116 PHI
105 ORL
115 MIA
89 MEM
97 UTA
90 DAL
122 MIN
104 CHI
108 SAC
113 LAL
112 GSW
80 OKC
104 PHO
106 POR
112 NYK
121 BOS
- CHA
- DET

La Grèce termine 3ème

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser Publié

Mais quelle équipe ! Alors qu’on la pensait en pleine crise générationnelle, privée de ses capitaines Papaloukas et Diamantidis, la Grèce a prouvé qu’il fallait et surtout qu’il faudrait toujours compter avec elle ! Elle vient d’ailleurs d’ajouter une nouvelle médaille à son palmarès en venant à bout (à l’usure), d’une équipe de Slovénie qui termine à […]

La Grèce l'emporte face à la Slovénie

Mais quelle équipe ! Alors qu’on la pensait en pleine crise générationnelle, privée de ses capitaines Papaloukas et Diamantidis, la Grèce a prouvé qu’il fallait et surtout qu’il faudrait toujours compter avec elle ! Elle vient d’ailleurs d’ajouter une nouvelle médaille à son palmarès en venant à bout (à l’usure), d’une équipe de Slovénie qui termine à la meilleure place de son histoire.

Comme toujours avec la Grèce, les choses se sont décidées dans les tous derniers instants puisque Vassilis Spanoulis (3 pts à 1/11, 4 rbds, 2 pds et 4 bps) et ses partenaires se sont imposés d’un tout petit point, 57-56, en tenant leurs adversaires au plus petit total de points de toute la compétition. Les Slovènes, sans doute toujours sous le coup de leur défaite en prolongation face à la Serbie, ont connu leur plus mauvais match en attaque (à peine 30% de réussite aux tirs !). Malgré ça, ils ont su rester dans le match jusqu’au bout, grâce à ses deux stars : Jaka Lakovic (16 pts, 2 rbds, 1 pd et 2 steals) et Erazem Lorbek (12 pts, 9 rbds et 2 pds).

Sofoklis les a tués !En dépit de leur maladresse, les Slovènes ont su profiter des trop nombreuses pertes des Hellènes (17 contre 8 seulement) et ils auraient même pu trouver le moyen de filer au score si Sofoklis Schortsanitis n’avait pas sorti un match de mammouth ! Arrivé très tôt au relais de Yoannis Bourousis (pourri par les fautes), Baby Shaq a sorti un match à 23 pts à 7/9 aux tirs, 9/12 aux lancers, 6 rbds, 2 steals, 2 ctrs et 12 fautes provoquées ! C’est ce qu’on appelle peser sur un match…

A la fin du temps règlementaires, les deux équipes étaient encore au coude à coude avant que Nikos Zizis ne prenne un rebond offensif décisif puis trouve Antonis Fotsis démarqué pour le trois-points assassin, donnant 5 points d’avance à la Grèce à 31 secondes du terme. Lakovic a alors sorti deux gros, gros shoots pour revenir à -1 à 9 secondes de la fin, mais c’était finalement insuffisant pour arracher la victoire face à l’équipe la plus clutch d’Europe.