La NBA, médias comme joueurs, pleure Sekou Smith

Sekou Smith, l'un des journalistes NBA les plus appréciés de la planète basket, est décédé mardi du Covid-19. La ligue est en émoi.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
La NBA, médias comme joueurs, pleure Sekou Smith

La tristesse était infinie sur Twitter la nuit dernière, après la terrible nouvelle du décès de Sekou Smith. Le grand public, en France en tout cas, ne connaissait probablement pas le journaliste d'Atlanta qui a longtemps officié sur NBA.com et chez Turner Sports. Dans le petit monde des médias américains, et même des joueurs NBA, Sekou Smith était une figure importante et incroyablement aimée. La mort de ce dernier à l'âge de 49 ans à cause d'une forme grave du Covid-19 a provoqué un émoi rare sur les réseaux.

D'Adrian Wojnarowski d'ESPN aux autres plumes et visages bien connus du panel journalistique NBA, le son de cloche a été le même. C'est un analyste et un homme rares qui s'est éteint mardi, le jour de l'anniversaire de la mort de Kobe Bryant.

"Sekou Smith était le meilleur d'entre nous. Intelligent, drôle, téméraire. Plein de bonté. J'ai passé beaucoup de journées et de nuits sur la route avec lui. Il me montrait toujours des photos de ses enfants en train de jouer au basket, de recevoir leurs diplômes ou d'entrer à l'école. Bon vent, mon ami", a posté Woj sur Twitter.

"Cette journée est devenue encore plus difficile. Mes condoléances à la femme, la famille et les amis de Sekou. C'est un homme d'une gentillesse et d'une compassion énormes que nous venons de perdre", a tweeté Chris Paul.

Craig Sager, c'était des grands moments de TV

"Repose en paix, Sekou Smith. Je te regardais à la télé tous les soirs. C'est une terrible nouvelle", a déploré Klay Thompson.

L'aggravation rapide de l'état de santé de Sekou Smith a pris tout le monde de court. Stan Van Gundy, le coach des New Orleans Pelicans, a immédiatement réagi à la nouvelle devant la presse, expliquant que les dernières nouvelles au sujet de la santé de Smith étaient pourtant encourageantes. "SVG" n'a pas caché son émotion.

Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi Sekou Smith était autant aimé. A ma toute petite échelle, j'ai eu deux interactions avec Sekou lors de la saison 2013-2014 que j'ai passée à New York.  Qui que vous puissiez être, rookie ou vétéran du métier, il faisait immédiatement preuve de bienveillance, d'intérêt et de sympathie. Pour ne rien gâcher, c'était évidemment un puits de connaissances sur la NBA et un journaliste extrêmement compétent.

Rest in Power.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest