115 BKN
131 PHI
118 SAS
108 DEN
- LAC
- GSW

L’absence de Malcolm Brogdon va peser sur les Bucks

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Joueur sous-estimé, Malcolm Brogdon est essentiel pour les Milwaukee Bucks cette saison. Son indisponibilité pose problème.

Quand on pense aux Milwaukee Bucks, on pense d’abord à Giannis Antetokounmpo. Nouvel exemple cette nuit quand le Grec a tout écrasé sur son passage. 52 points – son record en carrière – 16 rebonds et 7 passes. Mais la franchise du Wisconsin s’est inclinée contre les Philadelphia Sixers, concurrents directs au sein de la Conférence Est. On l’a vu partout. Mais ce que l’on a vu aussi, paradoxalement, c’est le vide laissé par un joueur qui n’était justement pas là. L’absence de Malcolm Brogdon s’est vraiment fait ressentir.

L’arrière de 26 ans sera absent six à huit semaines après s’être blessé au pied. Et c’est un vrai coup dur pour son équipe. Plus que ce que l’on pourrait penser. En effet, le ROY 2016 n’a pas nécessairement la même popularité ou le même statut que certains de ses coéquipiers plus expérimentés comme Khris Middleton, Eric Bledsoe ou Brook Lopez. Mais il est peut-être plus important que ces gars-là. En fait, il est même sans doute le deuxième joueur majeur des Bucks après Antetokounmpo. Pas le deuxième meilleur en termes de talent intrinsèque, mais le plus efficace après sa superstar.

Malcolm Brogdon marque presque autant de points (15,6) que Middleton (17,6) ou Bledsoe (15,8). Sauf qu’il est bien plus adroit. 50% dans le champ et 42% à trois-points quand ses deux coéquipiers affichent respectivement 43-37 et 48-31. Surtout, il apporte un peu de tout sur le terrain. De la défense, de l’adresse qui permet d’étirer les lignes et donc de créer des espaces pour Giannis, un peu de création, du mouvement sans ballon, etc. Il est le « glue guy » de cet effectif tout en étant l’un de ses basketteurs les plus propres.

Les Bucks ne sont pas les mêmes quand il n’est pas là et ça s’est vu cette nuit. Milwaukee a pris 17 points d’écart en 12 minutes quand Antetokounmpo était sur le banc. Ce ne serait peut-être pas arrivé si Brogdon avait été là pour stabiliser l’équipe quand le meilleur joueur se reposait. Le problème, c’est que Mike Budenholzer, le coach, va devoir se passer de ses services pendant quasiment deux mois.  Le garçon va rater l’intégralité du premier tour des playoffs.

Ce ne devrait être qu’une formalité (et encore, tomber contre le Miami Heat n’est pas le duel le plus reposant) pour la meilleure équipe de la ligue cette saison. Mais même une fois revenu, Malcolm Brogdon sera-t-il réellement à 100% ? Les Bucks auront besoin de lui pour sortir un cador dès les demi-finales de Conférence Est. Il peut être le facteur X de cette série. En espérant pour Milwaukee qu’il soit complètement remis.