L’histoire folle du crash miraculeux des Lakers d’Elgin Baylor

L’histoire folle du crash miraculeux des Lakers d’Elgin Baylor

Les Lakers d'Elgin Baylor sont passés tout près de la catastrophe en 1960. Ils s'en sont sortis par miracle.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Il y a des « what if » qui font plus froid dans le dos que d’autres. Que serait la NBA sans les Lakers ? Une question qui peut sembler étrange aujourd’hui. Mais peut-être que l’une des franchises les plus mythiques de la ligue n’existerait plus aujourd’hui sans un sacré coup du destin le 18 janvier 1960.

Parce que ce jour-là, c’est toute une équipe qui aurait pu disparaître tragiquement. Les Lakers, alors basés à Minneapolis, rentraient d’un match à Saint Louis. En avion. Et l’appareil s’est retrouvé au milieu d’une tempête de neige.

« Nous étions en train de jouer aux cartes puis toutes les lumières se sont éteintes. Il faisait très froid d’un coup. Pendant un long moment, le pilote n’a rien dit. Tout le monde voulait savoir ce qui se passait. Alors il nous a confié qu’il n’y avait plus que le générateur qui fonctionnait dans l’avion. Les instruments de vol, tout le reste, plus rien ne marchait. Les pilotes ne voyaient rien », raconte Elgin Baylor, rookie prestigieux des Lakers à l’époque.

La panique totale. Les joueurs, apeurés, se demandaient alors s’ils allaient mourir. Pendant ce temps, les pilotes essayaient tant bien que mal de diriger l’avion sans aucune visibilité. L’un d’entre eux a même été contraint d’ouvrir le cockpit en plein vol pour enlever de la neige. Au point de se brûler la moitié du visage à cause du froid.

Vintage : Le meilleur en carrière d’Elgin Baylor

L’avion commençait à manquer de carburant et devait absolument se poser. Sauf que le commandant de bord ne savait ni où il se trouvait, ni à quelle distance exacte du sol.

« Nous étions perdus alors nous avons commencé à suivre une voiture », poursuit Baylor. « On volait assez bas. On pensait que les lumières nous mèneraient vers une ville, sauf qu’en fait, c’était une colline. Le pilote s’est précipité pour nous faire remonter. Il a fini par nous dire qu’il allait essayer de nous poser et qu’il fallait nous tenir prêt. »

« Vous voyez votre vie défiler devant vous », ajoute Slick Leonard, un autre joueur des Lakers à l’époque.

Ils ont fini par se crasher dans un champ de Maïs. Sans victime. Les passagers se sont alors précipités hors de l’avion.

« On était tellement heureux. On avait de la neige jusqu’au torse… On s’est mis à faire une bataille de boule de neige. 70 mètres plus loin, il y avait un fossé gigantesque. Si nous avions fini dans ce trou, l’appareil aurait probablement explosé. »

Complètement fou. Quelques mois plus tard, les Lakers quittaient la neige et le froid du Minnesota pour s’installer au soleil à Los Angeles…

Lakers

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest