91 IND
92 CLE
118 ATL
110 WAS
115 BKN
110 LAL
126 DEN
118 DAL

Aldridge, premier homme à demander son transfert à Popovich

BasketSessionPar BasketSession Publié

En vingt glorieuses années de carrière, Gregg Popovich n'avait jamais connu ça : une requête pour quitter les San Antonio Spurs. Ce joueur, c'était LaMarcus Aldridge.

Avec la magie d'internet, du League Pass ou des réseaux sociaux, pas besoin d'être un insider du vestiaire des San Antonio Spurs pour comprendre que LaMarcus Aldridge tirait la tronche depuis son arrivée dans le Texas. Il suffisait de regarder les matches. D'observer l'intérieur All-Star. Sa nonchalance. Ses hésitations. Ses kilos de plus en plus apparent. Son manque de confiance de plus en plus palpables. Ses réactions de plus en plus vides. Yep, il voulait se barrer. Gregg Popovich l'a carrément admis en racontant l'anecdote avant le match contre les Los Angeles Lakers cette nuit.

"Il m'a dit qu'il voulait être transféré. En 20 ans de carrière, personne ne m'a jamais dit ça : 'Je ne me sens pas bien, je ne me sens pas en confiance et je ne prends pas de plaisir. Je ne sais pas si vous voulez vraiment de moi ici donc je veux être transféré'", raconte le coach légendaire des Spurs.

C'est à ce moment là que la relation entre les deux hommes a évolué. LaMarcus Aldridge sortait de sa plus mauvaise saison depuis son ascension parmi les All-Stars de cette ligue. Il compilait à peine 16 points et 7 rebonds par match, lui qui dépassait régulièrement la barre des 23-24 pions avec les Portland Trail Blazers. Gregg Popovich s'est alors remis en question.

"Nous avons eu des meetings, nous sommes allés manger ensemble et nous avons rigoler. J'ai été très honnête avec lui. Je lui ai dit que, oui, j'aurais été heureux de le transférer. Apporte moi un talent comme Kevin Durant et je te déposerai à l'aéroport, je ferai tes valises puis je te mettrai dans l'avion. Il a rigolé. Je lui ai dit qu'au-delà de ça, je serai son meilleur ami car nous allons rester ensemble. Plus nous avons discuté, plus je me suis rendu compte que c'était de ma faute. Cela faisait neuf ans qu'il était en NBA. Je n'allais pas le faire évoluer en un joueur différent. Je pouvais le faire progresser en défense ou aux rebonds. Mais, offensivement, il est qui il est. C'était débile de ma part. J'ai essayé de trop le coacher. Nous avons mis les choses au clair et il est fantastique depuis."

LaMarcus Aldridge est effectivement métamorphosé. Il réalise d'ailleurs sa meilleure saison avec les Spurs. Le All-Star a parfaitement pris le relais en l'absence de Kawhi Leonard. Et ses stats ont été revues à la hausse avec donc 22 points et presque 9 rebonds par rencontre.