Latrell Sprewell : après avoir dilapidé 100 millions, il lance un SOS pour sauver sa petite-fille

La déchéance de Latrell Sprewell l'oblige à lancer un SOS. Pas pour lui, mais pour sa petite-fille, qu'il n'a pas les moyens d'aider.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Latrell Sprewell : après avoir dilapidé 100 millions, il lance un SOS pour sauver sa petite-fille

Tous les fans de la NBA des années 90 et 2000 n'ont pas pu oublier Latrell Sprewell. L'ancien All-Star des Warriors et des Knicks était l'archétype du joueur "frisson" un peu fêlé mais totalement divertissant.

Quand on dit "un peu" fêlé, c'est un euphémisme. Sprewell a tenté d'étrangler son coach aux Warriors PJ Carlesimo avant de partir prendre sa douche puis de le frapper, s'est déjà battu avec des coéquipiers, en a menacé d'autres avec un flingue... Et tout ça a continué après sa carrière, avec des incidents assez invraisemblables : l'un de ses pitbulls a attaqué sa fille, une fac l'a accusé d'avoir dérobé du matériel lors de l'un de ses passages, la mère de ses quatre enfants l'a attaqué en justice en réclamant 200 millions de dollars et une femme l'a accusé d'avoir tenté de l'étrangler (décidément) sur son yacht...

Sprewell fait malheureusement partie de ces joueurs qui ont totalement dilapidé leur fortune en dépenses inutiles, pensions alimentaires et investissements immobiliers désastreux. On parle d'un joueur qui a gagné près de 100 millions de dollars en carrière et qui aurait pu avoir un matelas encore supérieur s'il n'avait pas refusé le deal proposé par les Minnesota Timberwolves en 2004.

A l'époque, "Minny" croit encore étonnamment en lui et lui propose un contrat de 3 ans pour 21 millions de dollars. Sauf que Sprewell est un peu... déconnecté de la réalité et refuse avec des déclarations qui le grilleront définitivement :

"J'ai une famille à nourrir. Si le propriétaire veut que je puisse le faire, il a intérêt à cracher un peu plus d'argent. Sinon, vous allez voir mes gamins dans une de ces pubs pour nourrir les enfants pauvres".

Joe Smith, ce n°1 de Draft qui a dilapidé 60 millions de dollars

Derrière ça, Latrell Sprewell a quand même fini son contrat avec les Wolves lors d'une dernière saison complètement anecdotique. Rapidement, les problèmes se sont enchaînés et la faillite n'a pas mis longtemps à poindre. Son yacht à un million et demi de dollars a été saisi et deux de ses maisons ont dû être hypothéquées. En 2011, Sprewell était endetté à hauteur de 3.5 millions de dollars auprès du fisc dans l'état du Wisconsin. Comme beaucoup d'anciens joueurs pas assez précautionneux, Sprewell s'est retrouvé sur la paille et la vie est plutôt dure avec le 24e pick de la Draft 1992.

Il vient en effet de faire ouvrir un appel aux dons pour réunir 35 000 dollars. L'argent n'est pas pour lui, mais pour les soins dont a besoin sa petite-fille, atteinte d'une leucémie. Il est terrible de se dire qu'avec 100 millions de dollars de gain en carrière, l'ancien All-Star n'est pas en mesure de débloquer cette somme pour une cause aussi vitale. On espère évidemment que son appel à l'aide aboutira.

C'est en tout cas un moyen de comprendre pourquoi aujourd'hui la plupart des joueurs ne prennent pas les offres et les contrats à la légère en NBA.

L’histoire folle d'un escroc qui s'est fait passer pour une star du basket en Lituanie

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest