- WAS
- BOS
- PHI
- BKN
- IND
- MIL
- CLE
- NYK
- CHA
- DET
- MEM
- POR
- NOP
- OKC
- DAL
- ATL
- UTA
- MIA
- SAC
- MIN

Le pick and roll

George EddyPar George EddyPublié

Le pick and roll, ou écran et appel de balle, est la base de 80% des systèmes d'attaque contre une défense individuelle à travers le monde et constitue, avec le passe et va, le b-a-ba du basket. Souvent utilisé en début de possession pour créer un décalage ou en fin de possession pour trouver un […]

Le pick and roll, ou écran et appel de balle, est la base de 80% des systèmes d'attaque contre une défense individuelle à travers le monde et constitue, avec le passe et va, le b-a-ba du basket.

Souvent utilisé en début de possession pour créer un décalage ou en fin de possession pour trouver un tir, le pick and roll est une des raisons principales expliquant les défaites de Team USA en compétition internationale après 2000 (voir JO d'Athènes).


Réponses à vos questions
Le shoot - part 1
le shoot - part 2

Comme le Phœnix de Mike D'Antoni, les adversaires des ricains plaçaient des shooteurs dans les coins et libéraient la raquette pour le p/r haut qui créaient des mismatches, genre un meneur contre le pivot adverse qui se faisait battre en vitesse. Nash et Parker en font leur fonds de commerce surtout depuis l'interdiction des antennes dans la NBA ! Ces picks d'un grand étaient plus souvent pour les ailiers sur les cotés par le passé - exemple Garnett pour Pierce en finales NBA - mais maintenant ce sont surtout les meneurs qui profitent d'écrans qui arrivent un peu plus dans le dos du défenseur dans l'axe centrale du terrain.

En général avec un geste ou un regard, le dribbleur signale à son coéquipier à quel endroit il veut un écran et il dribble vers l'écran avec élan afin de rentrer dans les appuis de son shoot de loin si son défenseur recule ou passe derrière l'écran. S'il décide de pénétrer (une priorité lors des p/r), le porteur doit accélérer au moment de frotter contre l'écran afin de créer un décalage par rapport au défenseur et obliger l'aide du pivot-défenseur adverse pour créer le mismatch (duel désavantageux). Le porteur doit lire la défense et choisir la bonne option entre : pull-up tir après 2 ou 3 dribbles pas plus haut que le genou ; le teardrop et spin moves de TP, Rondo et Paul ; le runner de Navarro ; le tir avec la planche de Diaw ; ou le layup acrobatique de Brandon Roy ! Ne sautez en l'air que si vous allez tirer, sinon restez au sol et profitez des 5 secondes pour pivoter, feinter, shooter ou passer le ballon au joueur délaissé par un défenseur qui aide sur la pénétration.

Les variantes de ce schéma sont les suivantes : le porteur peut changer de direction et attaquer à l'opposée de l'écran de temps en temps pour brouiller les cartes ; puis le pivot peut feinter de faire écran et partir dans l'intervalle au panier - « slip the pick » ; autre possibilité, celui qui fait l'écran peut s'écarter et shooter comme Rasheed ou Duncan - le « pick and pop » ou « pick and fade ».

Le classic pick and roll est l'apanage de Kobe pour Gasol qui plonge vers l'arceau après l'écran ou Paul qui sert Chandler au alley-oop après l'écran. Dans un match de championnat ou sur un playground, le spacing est essentiel, car il faut placer ses coéquipiers dans les largeurs du terrain pour se donner les espaces nécessaires et rentabiliser au max le pick and roll !

Sachez pour finir que Oscar Robertson et Jerry West étaient déjà des rois du pick and roll dans les années 60 !! Allez voir ça sur youtube avant de vous gaver des images de Nash, TP, Paul, Deron et compagnie !