LeBron James a sérieusement envisagé les Rockets et les Sixers

BasketSessionPar BasketSession Publié

LeBron James a réfléchi à l'idée de rejoindre des équipes qui avaient plus de chances de gagner que les Lakers. Mais ce n'était pas le défi qu'il cherchait.

Il n’y a pas que parmi les basketteurs qu’il n’y a qu’un seul « Chosen One ». Chez les équipes aussi, il y a beaucoup de prétendantes, mais qu’une seule élue. En termes de titres, mais aussi de recrutement. Beaucoup de franchises ont caressé le rêve de signer LeBron James, seuls les Los Angeles Lakers l’ont eu. Il faut dire que ça semblait écrit. Entre ses rêves de business et de cinéma et le caractère historique de la franchise, les Lakers ont toujours semblé être les très larges favoris dans la course au LeBron James. Pourtant, le joueur lui-même assure que les Philadelphia Sixers ou encore les Houston Rockets ont eu leurs chances.

C’est ce qu’il a confirmé, aux médias présents à Cleveland pour l’inauguration de son école :

« J’ai mené mon travail de réflexion après la saison, j’ai réfléchi aux pour et aux contre de beaucoup d’équipes différentes, y compris les Cavs, les Philadelphia Sixers, y compris les Houston Rockets et Los Angeles.

Ça n’a pas été aussi rapide que ça en a eu l’air. Ce n’était pas juste le 9 juillet comme c’était le cas avant. Après en avoir parlé à ma famille plus qu’à quiconque, j’ai considéré que c’était (les Lakers) la prochaine étape dans mon aventure. »

LeBron James en a également parlé à Rachel Nichols, lors de l’interview d’ESPN :

« J’ai clairement réfléchi sérieusement et pendant longtemps à l’idée de jouer aux côtés de Ben (Simmons) et (Joel) Embiid, ou de jouer avec (James) Harden et Chris (Paul). »

Ces équipes lui offraient plus de chances de remporter le titre. Avec les Philadelphia Sixers, LeBron James aurait eu de grandes chances, même s’il ne faut pas minimiser les Celtics, de remporter la Conférence Est et d’atteindre les Finales NBA. Les Houston Rockets ont poussé les Golden State Warriors au 7ème match en finale de conf’. Les rejoindre aurait forcément donner à James une chance immense de battre ses meilleurs ennemis.

Au final, la capacité à remporter -vite - un titre n’était pas le facteur déterminant pour LeBron James. Ça pesait moins pour dans la balance que de vivre dans un endroit où il pourra s’épanouir en dehors des terrains et où, sur les terrains, il pourra relever le challenge de remettre sur le devant de la scène une franchise culte.