Kevin Love, joue-la comme Chris Bosh

Comme Chris Bosh l'avait fait à Miami, Kevin Love va devoir se sacrifier pour permettre aux Cleveland Cavaliers de viser les sommets.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les associations de superstars au sein de la même équipe agacent, excitent et intriguent. On veut les voir briller ou échouer, selon le point de vue. Mais quel que soit le camp choisi, on veut voir ce dont sont capables trois joueurs extrêmement talentueux ensembles sur le parquet. Comment vont-ils se partager la balle ? Quelle complémentarité ? Réunir trois All-Stars dans la même équipe ne suffit pas à remporter des matches même si cela facilite évidemment la tâche. Une alchimie doit se créer et les joueurs en question connaissent un temps d’adaptation. Mais une fois l’équilibre trouvé, on se régale. On peut aimer ou détester le « Big three » floridien mais le Miami Heat a joué quatre finales consécutives avec LeBron James, Chris Bosh et Dwyane Wade. C’est désormais un autre trio infernal que le « King » est en passe de former avec Kyrie Irving et Kevin Love. Les Cavaliers n’en sont encore qu’aux étapes préliminaires. Fraîchement constituée, l’association doit trouver ses marques dans l’Ohio. Et les débuts sont déjà délicats pour Kevin Love. Le coup d’envoi de la saison n’a pas encore été donné que l’intérieur All-Star a déjà « réclamé » plus de ballons dans la peinture. Cette déclaration a évidemment suffit à agiter les réseaux sociaux et à alimenter les discussions lors des différents talkshow US consacrés à la NBA. LeBron James a donc été prié de réagir au sujet de la « requête » de son nouveau coéquipier.
« On va tous devoir faire des ajustements et on aura tous le sentiment de ne pas toucher assez le ballon », prévient déjà la superstar des Cavaliers. « A chaque fois que l’un de nous exprimera sa frustration, cela sera repris et amplifié par la presse. C’est ce qui s’est passé ici. »

Chris Bosh, un exemple à suivre pour Kevin Love

[caption id="attachment_129748" align="alignleft" width="300"] Chris Bosh a dû se sacrifier pour permettre au Heat de gagner.[/caption] La réponse de LeBron tempère les analyses trop hâtives sur le sujet mais elle délivre aussi un message envers ses coéquipiers : la frustration s’exprime au sein du vestiaire et à l’abri des caméras et des micros. Mais cette période d’adaptation compliqué pour l’un des trois membres du trio. Souvent, il s’agit de l’intérieur le plus doué de la bande. Chris Bosh peut témoigner longuement à ce sujet. La ligue est dominée par les meneurs et les extérieurs. Le spacing et le tir à trois-points sont des clés du succès. Les grands sont donc priés d’être adroits de loin et de faire de l’espace au meilleur dribbleur afin d’écarter au mieux la défense adverse. Kevin Love est déjà un expert en la matière (190 trois-points convertis la saison dernière). Bosh lui, a dû s’adapter. Il connait mieux que quiconque les épreuves qui attendent le numéro zéro des Cavaliers.
[superquote pos="d"]"Love aura la balle au poste bas." LeBron James[/superquote]« Cela va être très difficile pour lui. C’est une situation très frustrante et il va devoir apprendre à gérer ça », raconte la nouvelle star du Miami Heat.
Chris Bosh a dû se sacrifier pour permettre à Miami de développer le basket qui a mené la franchise en finale quatre saisons de suite. Erik Spoelstra le considérait même comme le joueur « le plus important » de son effectif en raison de cette capacité à s’ajuster. C’est désormais au tour de Kevin Love d’en faire de même. Il tournait à 14 pts (48% aux tirs et 43% à trois-points) de moyenne en pré-saison mais il a beaucoup shooté de loin avec 23 tentatives (sur 54 au total) derrière l’arc en six rencontres. Si Love est un excellent shooteur, c’est d’abord un intérieur extrêmement technique au poste bas et il ne faudrait pas l’oublier. Il est bien plus fort dos au panier que ce que Bosh pouvait l’être à Toronto et il est dans sa zone de confort à quatre-cinq mètres du cercle.
« Il aura des ballons. On a besoin qu’il touche la balle à l’extérieur mais aussi au poste pour gagner des matches », reconnait LeBron James.   « On lui donnera la balle en bain car il est efficace depuis le poste », assure son coach David Blatt.
Les Cavaliers sont aux petits soins pour le moment. Il a rapidement tenu à rassurer Kevin Love. L’intérieur connaitra d’autres moments de doute et il devra se faire violence. Le succès de Cleveland en dépend.
Afficher les commentaires (7)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest