119 ORL
98 PHI
115 MEM
103 OKC
125 UTA
92 PHO
148 POR
144 BKN

Les 5 talents capables d’être n°1 de la Draft 2018

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

A un an de la Draft 2018, voici les cinq joueurs à suivre impérativement cette saison dans la course au n°1.

On est encore très loin de la Draft 2018, mais il est toujours bon de savoir quels joueurs seront les plus à suivre tout au long de la saison. Cinq joueurs nous paraissent aujourd'hui capable de prétendre, si tout se passe correctement pour eux, au statut de n°1 de leur promotion.

Michael Porter Jr - Missouri - F

Porter n'évoluera pas dans le programme le plus clinquant du pays, mais il est toujours intéressant de voir de gros talents être mis en valeur dans des équipes autres que Kentucky, Duke ou Kansas, où la densité de talents est déjà importante. A Missouri, Porter sera le centre d'attention et l'option n°1 indiscutable, dans un rôle d'ailier déjà capable de shooter depuis la distance NBA et avec des qualités athlétiques épatantes.

Doté d'une bonne éthique de travail (son père est coach), il devra progresser un peu au niveau du ball handling et de la défense. On parle tout de même du MVP du dernier McDonald's All American Game et d'un joueur parfois comparé à Kevin Durant pour ses facilités en attaque. Pas facile à assumer, notamment face aux adversaires particulièrement "focus" sur lui en NCAA.

Marvin Bagley - Duke - PF

Comme tous les joyaux qui passent entre les mains expertes de Coach K, une saison devrait suffire à le polir suffisamment s'il est à l'écoute. Marvin Bagley jouit de la hype du moment grâce à ses performances lors de la Drew League face à des pros, mais celle-ci semble méritée. Il faut dire que ce qu'il montre sur le plan athlétique défie toute logique, en attaque comme en défense où sa faculté à protéger le cercle et tenir son rang physiquement saute aux yeux, sans lui ôter un skill set assez admirable pour son âge.

On peut redouter que son gabarit (2,10 m) et sa maturité physique expliquent sa domination face à des lycéens et que ce sera plus compliqué pour lui ensuite. Mais on peut aussi se dire qu'il s'agit d'un phénomène capable de devenir un poste 5 moderne parfait qui deviendra encore plus épatant après avoir fait ses gammes chez les Blue Devils.

Mohamed Bamba - Texas - C

Le potentiel défensif de Bamba, l'un des jeunes joueurs les plus malins et intéressants à lire et écouter depuis pas mal de temps, est tout bonnement ahurissant. Son envergure gigantesque et son intelligence de jeu parlent pour lui dans ce domaine, mais il est déjà en train de développer un arsenal offensif pour pouvoir se frotter à la NBA. On l'a ainsi vu travailler son shoot extérieur ces derniers mois et participer à des conférences sur les stats avancées pour mieux cerner les aspects du jeu qui comptent aujourd'hui.

A voir s'il sera suffisamment "two-way" à la fin de la saison pour convaincre une franchise de le prendre en première position, mais on l'imagine mal être pris au-delà du top 5 à l'heure qu'il est.

DeAndre Ayton - Arizona - C

Il n'a peut-être pas encore le côté playmaker qu'ont développé Joel Embiid ou "KAT", mais DeAndre Ayton est à ranger dans cette catégorie de talents sur ce que l'on a vu de lui jusqu'ici. Déjà extrêmement complet en attaque, il sera une équation très complexe à résoudre pour les adversaires des Wildcats en NCAA. Cette saison universitaire lui permettra de mieux définir son profil, lui qui est peut-être encore un poil énigmatique pour les scouts NBA. Il lui a parfois été reproché d'être trop décontracté et de ne pas être un travailleur forcené, ce qui pourrait l'empêcher de devancer certains de ses "concurrents" dans la course au first pick.

Luka Doncic - Real Madrid - G

Le Slovène est un prodige, ni plus, ni moins. Tous les virtuoses précoces n'ont pas réussi à devenir des superstars, mais si on devait parier sur l'un d'entre eux pour atteindre les sommets, Doncic aurait nos faveurs. Depuis qu'il a 16 ans et qu'on le voit évoluer au haut niveau, Luka Doncic progresse tout en conservant cette part de folie et de créativité qui caractérise son jeu.

Evidemment, le fait qu'il joue en Europe (pourtant face à des adversaires plus proches du niveau NBA que les autres prospects) l'empêchera peut-être d'être pris en n°1. Son manque d'explosivité et sa défense fragile aussi. Mais difficile de passer à côté de ce qu'il est capable d'apporter en termes de QI basket, d'orchestration, de playmaking, de taille (2,01 m) et de shoot.