Les Lakers, sur un air de Rockets

Sur les deux premières manches, les Lakers ont retrouvé une arme qui leur a fait défaut jusqu'à présent, le tir à trois points.

N.SPar N.S | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Les Lakers, sur un air de Rockets

On parle de physique, de jump, de vitesse, de taille, de mobilité... La liste est très longue. Mais le basket reste, avant tout, un sport d'adresse. Il faut mettre de putain de ballon dans le cercle. Voilà le but premier de ce jeu. Et dans cette bulle, c'est dans ce secteur que les Lakers avaient beaucoup de mal. Les premières sorties en Floride, en fin de saison régulière, étaient franchement dégueulasses. Ça s'est amélioré au fur et à mesure que les joueurs prenaient leurs marques dans une enceinte vide. Mais pas non plus de quoi s'enthousiasmer. Comme on le soulignait après le Game 1, les Californiens pointaient à l'avant-dernière place dans l'adresse à trois points depuis la reprise fin juillet.

Donc les Lakers sont bien allés en Finales NBA en bazardant l'aspect principal du basketball. Et l'arme absolue en NBA depuis 5-6 ans. Encore faut-il gagner ces Finales, histoire de finir le boulot et surtout éviter que LeBron perde une 7e finale. Et pour ça, quoi de mieux qu'une petit gun supplémentaire pour enfoncer un Heat déjà bien malchanceux avec toutes ces blessures. Lors de la première mi-temps premier round, les Lakers avaient déjà frappé onze fois à 7,23m. Il y en aura quinze au total, sur 38 tentatives. C'est plus facile comme ça, non ?

Anthony Davis et les Finals, un dépucelage fracassant

Et comme ça a bien fonctionné une fois, autant le refaire. Surtout face à une zone. Les Angelenos ont, une nouvelle fois, laissé le doigt sur la gâchette. Quitte à faire quelques écarts comme cette belle tranche de KCP. Après les 38 tirs longue distance, ce sont pas moins de 47 shoots qui sont partis au-delà de la ligne primée. Soit un nouveau record NBA puisque la dernière marque datait de 2017 où les Cavs avaient allumé à 45 reprises. Le pourcentage a baissé par rapport à la première (16/48 contre 15/38) mais quand on a une arme fatale comme Anthony Davis pour gober les deuxièmes chances...

En bref, tous les voyants sont vraiment au vert pour les Lakers et Miami va sérieusement devoir d'abord panser ses plaies qui sont nombreuses. Puis retrouver un schéma défensif efficace s'ils veulent relancer cette finale. Ils ont moins de 48 heures.

 

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest