Les Rockets doivent-ils trader Omer Asik ?

Omer Asik veut partir, mais est-ce vraiment la meilleure solution pour les Rockets.

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les Rockets doivent-ils trader Omer Asik ?
A force de tourner et de retourner le problème dans sa tête, Daryl Morey, le GM des Houston Rockets, doit commencer à avoir un sacré mal de crâne. Faut-il trader Omer Asik et si oui, pour qui, et si non, comment faire pour qu’il donne malgré tout son maximum sur le terrain ? Voici les questions qui doivent hanter son esprit au point de se demander s’il n’entend pas des voix en mode Harold Crick. Depuis plusieurs semaines, les rumeurs d’échange ne cessent de circuler. Les Hornets, le Thunder ou les Mavs, notamment, font partie des équipes que l’on dit intéressées par les services du grand pivot turc. De leur côté, les Rockets chercheraient à récupérer un intérieur capable de tirer de loin afin de donner de l’espace à Dwight Howard dans la raquette et de permettre à Jeremy Lin et James Harden de pouvoir driver à loisir en ayant une solution de passe pour ressortir le ballon. Mais dans les faits, le dilemme auquel sont confrontés les Texans est plus complexe qu’il n’y parait. Car Omer Asik est un joueur rare : un intérieur de grande taille qui assure la protection du cercle et qui a suffisamment de potentiel et de jeunesse pour pouvoir encore sérieusement progresser. Dans la NBA actuelle, on peut compter ce genre de joueur sur les doigts d’une seule main. Le problème, c’est que ses problèmes offensifs (et notamment aux lancers francs) limitent grandement son rayonnement et ne le rendent attractif que pour une équipe qui aurait besoin spécifiquement de ces talents. Autre souci, ces caractéristiques sont très proches de celles de Dwight Howard. Du coup, Houston se retrouve avec deux joueurs qu’il lui est quasiment impossible de faire jouer ensemble, mais qui assurent malgré tout une protection du cercle pendant 48 minutes et qui donnent une vraie garantie de continuité au cas où l’un ou l’autre se blesserait. Et même si les Rockets se décidaient finalement à se séparer d’Omer Asik (comme tout semble malgré tout l’indiquer), rien ne garantit qu’ils parviendront à récupérer un joueur aussi « unique » en retour. Bref, Daryl Morey n’a pas fini de se réveiller le matin avec une barre de métal en fusion entre les deux yeux…
Afficher les commentaires (8)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest