Les Sixers, c’est pas si nul

Critiqués, raillés, humiliés, les Philadelphie Sixers sont en progression depuis quelques semaines. Les cancres se rebiffent.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les Sixers, c’est pas si nul
"Cette équipe de Philly est vraiment en progression. Je suis content que l'on s'en sorte avec la victoire." Arron Afflalo et les New York Knicks ont eu chaud. L'arrière vétéran, auteur de 25 points hier soir, est conscient que son équipe est passée près de la défaite. Les joueurs de la grosse pomme ont eu besoin de deux prolongations pour se défaire des cancres de la NBA. Si la colonne revers des Sixers prend une unité supplémentaire, la franchise de Pennsylvanie évolue à un niveau un peu moins catastrophique depuis trois semaines.

Ish Smith, un déclic pour les Sixers

[caption id="attachment_308465" align="alignleft" width="318"] Ish Smith cartonne depuis son arrivée aux Sixers.[/caption] Une progression légère mais significative pour une équipe complètement à la ramasse depuis... deux ans. Une progression qui a une date d'origine. L'arrivée d'Ish Smith - échangé contre deux seconds tours de draft - en provenance des New Orleans Pelicans a apporté un peu de stabilité à la mène. Déjà bon avec les Sixers l'an passé, le joueur de 27 ans a profité de cette nouvelle opportunité pour s'illustrer. Il tourne notamment à 16,8 points, 3,6 rebonds et 8,3 passes par rencontre avec Philadelphie. Surtout, Brett Brown dispose désormais d'un meneur susceptible d'alimenter ses deux intérieurs que sont Jahlil Okafor et Nerlens Noel. Le rookie drafté en troisième position a une panoplie intéressante dos au panier mais encore fallait-il un gestionnaire capable de le servir dans la raquette. Les "entry passes" n'étant pas le point fort des Sixers. Quant à Noel, il a maintenant un partenaire avec qui jouer le pick&roll.

Une équipe qui perd... un peu moins

[caption id="attachment_296927" align="alignleft" width="318"] Nerlens Noel est l'une des valeur sûre des Sixers.[/caption] Les Sixers affichent un bilan de quatre victoires et huit défaites et un net rating de -4,3 depuis l'arrivée de Smith. C'est mieux que plusieurs équipes dont les Phoenix Suns, les Los Angeles Lakers, les Brooklyn Nets ou même le Magic ou les Hornets - deux candidats aux playoffs - sur la même période. Les jeunes joueurs de Brown se donnent, ce n'est pas une nouveauté, mais ils semblent avoir pris une certaine confiance (positive) après les succès engrangés en peu de temps. Ils ont même infligé une rouste aux Trail Blazers (+16) avant de s'incliner au bout du suspense contre New York. Illustration de cette nouvelle attitude hier soir lorsque, menés de 18 points, les Sixers n'ont pas abandonné et ont trouvé les ressources pour revenir dans la partie.
"Nous étions menés de 18 points et nous avons non seulement trouvé un moyen pour revenir à la hauteur des Knicks mais aussi pour nous mettre en position de gagner le match", saluait Brett Brown.
Avec Smith mais aussi Okafor, Noel, Robert Covington, Hollis Thompson ou Isaiah Canaan (entre autres), la franchise a dans son effectif quelques joueurs susceptibles d'avoir un rôle plus ou moins important au sein d'une "vraie" équipe NBA. L'ensemble est encore brouillon et les Sixers ont des lacunes criantes mais c'est tout de même rafraîchissant de constater les progrès d'une équipe longtemps comparée à une formation universitaire... En attendant un nouveau choix de draft haut placé, le processus suit son cours à Philadelphie. Dans la bonne direction cette fois-ci.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest