Les upsets possibles, série par série

BasketSessionPar BasketSession Publié

Les playoffs NBA 2019 commencent samedi. On s'est demandé quelles séries étaient le plus susceptibles de donner lieu à des upsets ?

CHAUDE ALERTE

Portland Trail Blazers (3) - Oklahoma City Thunder (6)

Au début des années 2000, il y avait la saga de films d'horreur "Souviens-toi, l'été dernier". Les franchise players ? Sarah Michelle Gellar et Jennifer Love Hewitt dans leur prime. Pour les Blazers cette année, il s'agira d'éviter de tourner une suite à leur propre horror movie, "Souviens-toi au printemps dernier". A la même période en 2018, Portland avait été victime d'un upset comme on en fait peu. Non seulement les hommes de Terry Stotts, 3e, avaient été battus par une équipe moins bien classée, New Orleans, mais ils avaient en plus été sweepés (4-0) bien comme il faut... Jamais Damian Lillard et sa bande n'avaient réussi à opposer une résistance digne de ce nom après avoir pourtant fait la nique aux sceptiques en saison régulière. Le risque que Portland repense à cette déconvenue existe et pourrait peser au moment d'affronter une équipe sur le papier plus redoutable que ne l'étaient les Pelicans.

Le Thunder est en quelque sorte un faux 6e, qui a joué en-dessous de sa valeur sur le dernier mois de la saison après avoir donné l'impression de pouvoir jouer le podium. Même si Jusuf Nurkic ne s'était pas dramatiquement blessé, les bookmakers auraient peut-être quand même favorisé OKC. Sans le Bosnien, on peut craindre pour la solidité des Blazers dans la raquette. Nurkic était probablement le deuxième meilleur joueur de l'équipe cette saison, devant CJ McCollum. Le regain de forme d'OKC sur les derniers jours de saison régulière est aussi un indicateur inquiétant pour la franchise de l'Oregon. Prudence tout de même, puisque les Blazers adorent être pris de haut par les observateurs et le Thunder n'a finalement jamais passé le moindre tour de playoffs sans Kevin Durant...

Risque d'upset : 70%, alerte rouge.

Denver Nuggets (2) - San Antonio Spurs (7)

Est-ce qu'on en fait pas un peu trop sur l'inexpérience des Nuggets et le risque que des débutants en playoffs soient dépassés par l'enjeu ? C'est possible. Mais c'est pourtant là que les Spurs ont l'un de leurs seuls réels avantages par rapport à Denver. Les joueurs de Mike Malone ont la maîtrise collective et l'efficacité pour s'occuper d'une équipe texane un peu branlante. Toutefois, c'est bien de ce côté-là qu'il faut chercher des failles dans le Colorado. Paul Millsap est le seul cadre à avoir réellement de la bouteille au plus haut niveau.

Le franchise player, Nikola Jokic, est un phénomène compliqué à appréhender pour tous ses adveraires. Mais en trouvant le moyen de le faire sortir de son confort et de son calme, San Antonio se donnera plus de chances. On a plusieurs fois vu le Serbe dégoupiller cette saison et être invité à rentrer au vestiaire parce qu'un opposant l'avait fait vriller ou que son propre match ne le satisfaisait pas. Pas sûr que les Spurs aient ce qu'il faut en magasin pour neutraliser le jeu de passes et le QI basket du "Joker", mais sur le plan émotionnel, on ne sait jamais...

Pour passer ce 1er tour, San Antonio aura besoin d'être performant dans le secteur abhorré par Pop, le shoot à 3 points. Grâce à des spécimens comme Davis Bertans et Marco Belinelli, les Spurs ont été parmi les plus performants concernant l'adresse extérieure et c'est aussi un facteur de réussite important en playoffs. Enfin, pour créer l'exploit, Gregg Popovich devra montrer qu'il a encore quelques tours dans son sac et peut surprendre son très bon mais inexpérimenté collègue Mike Malone, qui découvre également la post-saison. Ne sous-estimons pas l'importance d'un bon ajustement ou d'une bonne modification dans la rotation en période de playoffs.

Risque d'upset : 40%, parce que Pop.

PRUDENCE

Boston Celtics (4) - Indiana Pacers (5)

Autant vous le dire, si Victor Oladipo n'avait pas été blessé, on aurait quasiment considéré ce Boston-Indiana comme l'upset le plus probable de ce 1er tour. Mais même sans l'arrière All-Star pour pimenter le débat, Boston n'aborde pas cette série avec une confiance inébranlable. Les Celtics sont sur courant alternatif depuis le début de la saison et ont l'air de pouvoir imploser à la moindre quote lunaire de Kyrie Irving (si toutefois il considère que la Lune existe et n'est pas une projection holographique). Le climat s'est quand même amélioré ces dernières semaines, mais on attend toujours de revoir l'état d'esprit et la discipline qui ont permis à Brad Stevens d'emmener ce groupe en finale de Conférence.

Parmi les épines dans le pied des C's, l'absence de Marcus Smart pour les deux premiers tours de cette campagne en est une bien douloureuse. L'ancien meneur d'Oklahoma State est la caution fighting spirit de ce groupe et c'est justement dans ce contexte de post-saison qu'il donne le meilleur de lui-même. Le rendement du banc bostonien n'est pas optimal, même si Gordon Hayward commence à ressembler à peu près à la moitié du joueur qu'il était dans l'Utah. Lorsqu'on doute un peu, affronter une équipe comme Indiana qui sait exactement qui elle est et ce dont elle est capable ou pas n'est pas une bonne nouvelle.

Sur le papier et la somme de talents, Boston doit se qualifier sans problème. Dans les faits, ce sera sans doute plus compliqué et si les Celtics lâche l'un des deux premiers matches, attention...

Risque d'upset : 25%, et encore, avec Oladipo...

Houston Rockets (4) - Utah Jazz (5)

En loupant leur sortie de saison régulière, les Rockets se retrouvent avec la perspective d'affronter Golden State dès les demi-finales de Conférence. Pour ce faire, il faudra quand même (re)passer sur le corps du Jazz. Houston, avec les mêmes ingrédients que la saison dernière, est évidemment favori, avec un James Harden qui a toujours les armes pour faire exploser n'importe quelle défense. Cela dit, personne ne voit les Texans se promener et sweeper Utah. Il y a une raison à cela.

Du côté de Salt Lake City, on est animé par un sentiment de revanche par rapport aux playoffs 2018, où les corps fatigués, blessés et parfois absents (coucou Ricky Rubio) n'avaient pas pu permettre aux hommes de Quin Snyder de défendre correctement leurs chances (4-1 pour Houston). Cette fois, le groupe est quasiment au complet et a fini la saison régulière sur une belle dynamique. Sur le plan individuel, Rudy Gobert est devenu, en plus d'un monstre défensif, un finisseur bien plus respecté et son duel avec Clint Capela vaudra le détour. Donovan Mitchell a pris de la bouteille et va poser des problèmes aux Rockets, moins fringants défensivement que la saison dernière.

Mais c'est sur ce que le Jazz peut opposer à James Harden qui déterminera peut-être l'issue de cette série. Si upset il y a, ce sera parce que Utah a parfaitement appliqué le plan anti-barbu en vogue dans la ligue : le forcer à aller sur sa main droite et le plus au large possible, le forcer à lâcher le ballon et limiter au maximum son utilisation du step-back à 3 points, son arme favorite. Snyder enverra du monde sur le MVP en titre, en espérant que Royce O'Neale, Jae Crowder et Joe Ingles, les usual suspects pour s'occuper du Bearded One, soient au top de leur art.

Risque d'upset : 25%

Philadelphie Sixers (3) - Brooklyn Nets (6)

Les Sixers ont un cinq majeur armé pour les playoffs. Ben Simmons, J.J. Redick, Jimmy Butler, Tobias Harris et Joel Embiid ensemble, ça envoie ! C’est d’ailleurs le troisième cinq le plus efficace de la ligue après celui des Warriors et des Pacers. C’est peut-être le groupe le mieux armé à l’Est en termes de « star power ». Sans pour autant que Philadelphie soit l’équipe la plus forte. Mais quand même suffisamment pour passer le premier tour sans encombre a priori, non ?

Et bien peut-être pas tant que ça. Les Sixers ont des lacunes essentielles : un manque de profondeur de banc et d’adresse extérieure. Deux points clés en playoffs ! Surtout que les Nets ont, à l’inverse, l’un des deuxièmes cinq les plus prolifiques de la NBA. Spencer Dinwiddie et Caris LeVert auront la lourde mission de terroriser les remplaçants de Philly à chaque fois qu’ils seront sur le parquet. Un bon moyen pour permettre à Brooklyn de rester au contact à chaque match et peut-être même de semer le doute chez leurs adversaires. La série sera peut-être déséquilibrée en termes de victoires (genre 4-1) mais les duels pourraient être engagés chaque soir.

Si Brooklyn réussit l'impensable pour son retour en post-saison, ce sera aussi parce que Joel Embiid a joué diminué ou a même été économisé sur un ou plusieurs matches de la série. Lorsque le Camerounais n'est pas là, Philly n'a plus personne pour intimider les intérieurs adverses tout en protégeant le cercle.

Risque d’upset : 20%

NO WAY

Toronto Raptors (2) - Orlando Magic (7)

Sur le papier, ça sent quand même la promenade. Les Raptors ont un effectif infiniment plus complet, avec de quoi éjecter n'importe quel adversaire un peu faiblard sur un coup de balai. Soyons clairs, il y a peu de chances qu'Orlando, qui a enthousiasmé beaucoup de monde dans le sprint final et mérite du crédit (surtout Steve Clifford), passe ce tour. Mais si on se met en tête que le coup est jouable, autant essayer de trouver des raisons valables.

Si upset il y a, cela passera déjà par un retour de la tradition annuelle abandonnée lors des playoffs 2018 : une défaite des Raptors dans le game 1 à la maison. Une fois le doute installé, il suffit d'un pépin physique ou deux pour que l'incertitude s'installe. Orlando a très peu de profondeur, mais son cinq a les arguments athlétiques pour obliger Toronto à se sortir les mains du short. Nikola Vucevic fait une superbe saison et joue plus ou moins le montant de son futur contrat, à Orlando ou ailleurs. Son duel avec Marc Gasol, un joueur dans la même veine bien que nettement supérieur en défense, vaudra le coup d'oeil. Les autres éléments de l'équipe sont disciplinés mais nettement moins fiables que le Monténégrin.

Là où le Magic peut surprendre, c'est en défense. On le sait, les playoffs mettent en valeur les équipes qui défendent le plomb et sont capables de verrouiller les meilleurs attaquants adverses. Orlando a la cinquième défense la moins perméable et tient clairement le choc de ce côté-là.

Risque d'upset : 3%

Milwaukee Bucks (1) - Detroit Pistons (8)

Le tableau est assez noir pour les Pistons avant d'affronter la meilleure équipe de la ligue. Blake Griffin est blessé et pas sûr de tenir sa place dès le game 1 et Milwaukee est peut-être l'équipe la moins réceptive aux arguments de Detroit. Motown a déjà du mal offensivement et doit se coltiner des matches-up compliqués (Griffin/Giannis, Drummond/Lopez, Jackson/Bledsoe...) qui n'incitent pas à l'optimisme.

Pour croire à un exploit ou même à une série serrée, plusieurs paramètres semblent inévitables : la confirmation des progrès défensifs et de la mobilité d'Andre Drummond, un Blake Griffin en mode playmaker non-apeuré par la perspective de voir Giannis l'écraser et un troisième larron, Reggie Jackson, capable d'être suffisamment prolifique au scoring, des joueurs inattendus qui sortent de leur chapeau... A moins que Giannis ne se re-blesse au mollet et que Bledsoe ne commette la même bourde que l'an dernier contre Boston en faisant sortir un Terry Rozier, Milwaukee devrait passer le cap.

Risque d'upset : 1%

Golden State Warriors (1) - Los Angeles Clippers (8)

"Les Los Angeles Clippers, sans Blake Griffin, ni Chris Paul, ni même Tobias Harris, avec un rookie ("SGA") comme titulaire et un autre comme 6e homme (Landry Shamet), ont stoppé l'une des meilleures équipes de l'histoire, si ce n'est LA meilleure, dès le 1er tour des playoffs 2019". Vous imaginez si les historiens sont obligés de transmettre aux générations suivantes cette information ? A priori, ils n'auront pas à le faire. Aucun blessé majeur n'est à déplorer chez les Warriors (Stephen Curry n'a pas passé d'IRM pour sa cheville) et il semblerait que les doubles champions en titre aient le loisir de passer la seconde quand bon leur semble.

Néanmoins, si on veut y croire un peu pour les fans des Clippers, il faut aller chercher du côté des qualités du groupe de Doc Rivers. Mentalement et physiquement, c'est très solide. Les Angelenos se font une joie de dépasser les attentes depuis le début de la saison, à coups de performances diaboliquement énergiques et enthousiasmantes. On imagine que s'il doit y avoir exploit, ce sera parce que Patrick Beverley a verrouillé Stephen Curry et contaminé tous ses partenaires de son envie. Ou que l 'un des cadres du groupe s'est blessé. Ou que DeMarcus Cousins a pété un boulon et plombé l'ambiance.

Le plus probable reste quand même une victoire 4-0 ou 4-1 des Warriors, qui sont plutôt du genre impitoyables une fois que les matches commencent à compter...

Risque d'upset : 0.5%