L’Histoire des Air Jordan (partie 2)

Après avoir découvert les modèles I à X de l'Air Jordan lors de la première partie de notre dossier sur l'Histoire de cette chaussure mythique, place aux modèles XI à XIX.

Frédéric YangPar Frédéric Yang  | Publié  | BasketSession.com / HOOP CULTURE / Ekickment
L’Histoire des Air Jordan (partie 2)
A l'occasion des 30 ans de l'Air Jordan, nous vous proposons de retracer l’histoire de cette chaussure devenue mythique. Depuis la sortie de la toute première en 1985, Nike a lancé 29 modèles de la chaussure signature de His Airness. Découvrez la deuxième partie de notre article avec la présentation des modèles XI à XIX (et retrouvez la première partie de notre dossier sur l'Air Jordan).

Air Jordan XI

Année : 1996 Caractéristiques : L'Air Jordan XI est sans doute le plus grand chef d'œuvre de Tinker Hatfield pour la gamme Jordan. Avec son empeigne faite avec du nylon très fin, sa semelle d’usure translucide et surtout son cuir verni (une grande première pour une chaussure de basket) sur la partie avant et les côtés de la chaussure, la XI est considérée par beaucoup de spécialistes comme la meilleure Air Jordan. Esthétiquement impeccable, elle demeure particulièrement confortable grâce à la technologie Air Sole présente sur l’intégralité de la semelle. Histoire : Élue meilleure basket de tous les temps par le site Sole Collector, la Jordan XI demeure tout simplement mythique pour plusieurs raisons. C’est tout d’abord avec cette chaussure aux pieds que Jordan réalisa une saison presque parfaite avec les Bulls, avec 87 victoires (dont 72 en saison régulière) durant la saison 1995-1996, soit le total le plus élevé en NBA avec en prime un 4e titre de champion ainsi qu’un 4e trophée de MVP des Finales. Ensuite, la Jordan XI fut portée par MJ dans le film Space Jam et par le groupe Boyz II Men (dont les membres étaient vêtus d’un costume) durant les Grammy Awards. MJ lui-même avait déclaré que « les Jordan 11 étaient tellement belles que certains les porteraient un jour avec un costume ». Le coloris « Concord » (voir la photo), particulièrement populaire auprès des fans, a déclenché de gros mouvements de foule lors de sa réédition en décembre 2011 et a même provoqué une saturation du site internet de Nike à cause des milliers de connexions. Plusieurs joueurs NBA ont porté cette chaussure dont Ray Allen lors des Finales NBA 2008 et Allen Iverson en NCAA.

Air Jordan XII

Année : 1997 Caractéristiques : Pour essayer de surfer sur le succès de la XI, Tinker Hatfield a décidé de créer une Air Jordan XII inspirée du drapeau du Japon mais également du style des chaussures pour femme. Côté innovation, on note cette partie faite avec de la fausse peau de reptile sur le devant et les côtés de la chaussure mais aussi une couture particulière du cuir sur l’empeigne pour former le soleil levant. A l’arrière de la chaussure, on retrouve le logo Jumpman mais également une étiquette avec la mention : « qualité inspirée par le meilleur de tous les temps ». La semelle extérieure a été constituée avec de la fibre de carbone et on retrouve également le Zoom Air sur l’intégralité de la semelle pour le côté confort. Histoire : Moins fameuse que la XI, la Jordan XII demeure la chaussure portée par MJ durant le mythique « Flu Game » face au Jazz d’Utah, lors du match 5 des Finales NBA 1997. Une rencontre durant laquelle Jordan inscrivit 38 points malgré son état fiévreux. Le coloris Black/Varsity Red fut renommé Air Jordan XII « Flu Game ».

Air Jordan XIII

Année : 1998 Caractéristiques : Pour l’Air Jordan XIII, Tinker Hatfield s’est directement inspiré des panthères noires pour représenter le côté félin du jeu de Jordan. On retrouve ainsi un hologramme sur la partie arrière de la chaussure au niveau des chevilles représentant un œil de panthère tandis que le design de la semelle extérieure fait penser à des traces de pas. D’un point vue performance, la XIII procure un confort de haut niveau grâce au Zoom Air présent à l’avant du pied et sous le talon mais aussi grâce aux fibres de carbone et au Phylon présents sur la semelle intercalaire. A sa sortie en 1998, la Jordan XIII fut lancée dans cinq coloris mid et deux coloris low. Histoire : La Air Jordan XIII a accompagné MJ durant sa dernière saison avec les Bulls de Chicago. Il a porté le coloris blanc à domicile, et le coloris noir à l’extérieur pendant toute la saison avant de changer de chaussure et opter pour la toute fraîche Jordan XIV pour disputer les Finales NBA. La Air Jordan XIII a été rendue populaire par le film He Got Game, puisque dans une scène, Denzel Washington aka Jake Shuttlesworth se rend dans une boutique de sport pour acheter cette paire qu'il portera jusqu'à la fin du film. https://www.youtube.com/watch?v=JYtMgbsip14

Air Jordan XIV

ù Année : 1999 Caractéristiques : Toujours aux manettes, Tinker Hatfield s’inspire cette fois-ci de la passion de Michael Jordan pour les voitures de sport et notamment les Ferrari. Le petit bouclier enfermant le Jumpman, placé au niveau de la cheville, puise ainsi sa source du logo de la marque italienne. Le design est également inspiré du sport automobile avec cette silhouette racée et ces lignes fines sur l’empeigne donnant l’impression de vitesse. La chaussure est particulièrement appréciée des athlètes car malgré une coupe low, le col asymétrique verrouille bien la cheville, le Zoom Air agit encore efficacement sous le talon et sur la partie du pied et le mesh offre une ventilation agréable et efficace. Histoire : La Air Jordan XIV restera dans l’histoire comme LA chaussure portée par MJ lors du « Last Shot » contre le Jazz d’Utah lors du match 6 des Finales NBA 1998, qui devait être le dernier match de la carrière de His Airness. Michael Jordan a d’ailleurs porté le modèle XIV en avant-première lors de ces finales qui lui ont apporté son sixième et dernier titre de champion NBA.

Air Jordan XV

Année : 2000 Caractéristiques : Pour célébrer le nouveau millénaire, Tinker Hatfield concocte une Air Jordan XV vraiment surprenante. Inspirée par les avions de chasse X-15, la Air Jordan XV affiche un design osé et fantasque. Le col de la chaussure, qui intègre directement la languette, possède une forme unique particulièrement large et pointue sur l’avant pour représenter la langue qu’avait l’habitude de sortir MJ pendant qu’il jouait. Pour la première fois, le Kevlar (un matériau très robuste) est utilisé ainsi que du Pebax au niveau du talon tandis que l’empeigne est coupée en deux avec du mesh et du cuir. Histoire : Lancée dans quatre différents coloris en 2000, la Air Jordan XV a été portée par de nombreux joueurs NBA comme Mike Bibby, Reggie Miller, Michael Finley, Derek Anderson ou encore Gilbert Arenas.

Air Jordan XVI

Année : 2001 Caractéristiques : Pour la 16e Jordan, Tinker Hatfield a cédé la main au designer Wilson Smith III. Le design de la chaussure est censé représenter la transition entre Michael Jordan, le joueur, et Michael Jordan, nouveau président des opérations chez les Wizards de Washington. On retrouve du cuir verni (qui avait fait le succès de XI) au niveau des orteils mais également une semelle extérieure translucide. L’empeigne en cuir se distingue par cette poche retirable pour jouer (un clin d’œil à la transition entre le joueur et le dirigeant). L’Air Sole devient de nouveau visible sur la semelle intercalaire. Histoire : Lancée en 2001 dans quatre coloris différents, la Air Jordan XVI a été portée par Mike Bibby, Michael Finley, Reggie Miller, Q Richardson ou encore Darius Miles sur les parquets. Michael Jordan l’a également portée mais en dehors des terrains (avec un beau costume). Elle est considérée par beaucoup comme la première Jordan plus lifestyle que performance.

Air Jordan XVII

Année : 2002 Caractéristiques : L’Air Jordan XVII est une nouvelle fois pensée et réalisée par Wilson Smith III. Le design de cette 17e Jordan a été inspiré du jazz, qui est un clin d’œil à la signature du jazzman Mike Phillips avec Jordan Brand, mais aussi de l’Aston Martin. Côté pratique, une plaque en TPU a été placée au niveau du talon pour stabiliser le pied tandis que le Tuned Air (qui permet à l’air de passer entre plusieurs coussins d’air) a été adoptée pour la première fois dans la gamme Jordan. On retrouve également une petite poche (ou languette) qui couvre ou cache les lacets. A noter qu’un CD-Rom et une mallette métallique étaient fournis avec la paire. Histoire : Trois ans après sa deuxième retraite, JoJo a décidé de rechausser ses baskets. Son premier match avec les Washington Wizards contre les Knicks au Madison Square Garden fut donc disputé avec la Air Jordan XVII aux couleurs de sa nouvelle équipe. Plusieurs joueurs ont porté ce modèle durant la saison dont Kobe Bryant. La paire vendue dans son packaging inédit (CD-Rom + mallette) fut la Jordan la plus chère jamais commercialisée avec un prix de vente de 200$.

Air Jordan XVIII

Année : 2003 Caractéristiques : Tate Kuerbis prend la succession de Wilson Smith III pour concevoir la Air Jordan XVIII. Cette dernière puise son inspiration des courses de F1, des chaussures que portent les pilotes mais aussi des chaussures de ville italiennes. On retrouve toujours cette poche recouvrant les lacets, une plaque en fibre de carbone, une empeigne composée de suède et une semelle dotée de l’incontournable Zoom Air. Pour faciliter le nettoyage de la chaussure (vu que le suède aspire la poussière) Jordan Brand a décidé d’inclure une brosse ainsi qu’un « manuel  de conduite » de la Jordan XVIII dans le packaging. Histoire : La Air Jordan XVIII restera dans l’histoire comme la dernière paire portée par MJ en match officiel. Malgré une saison tronquée par les blessures et une nouvelle non-qualification pour les Playoffs, Jordan réalisa une bonne saison avec 20 points de moyenne (à 40 ans) avec une pointe à 43 points contre les Nets (finaliste NBA cette saison-là). Le 16 avril 2003, ce fut avec la Jordan XVIII coloris White/Royal Air que sa Majesté se retira définitivement des parquets.

Air Jordan XIX

Année : 2004 Caractéristiques : Conçue par Tate Kuerbis en collaboration avec Jason Mayden, Wilson Smith III, Josh Heard et Suzette Henri, la Air Jordan XIX est chaussure particulièrement confortable principalement grâce au Tech Flex. Cette technologie permet une meilleure ventilation, une meilleure flexibilité mais aussi d’alléger la chaussure tout en garantissant résistance et confort. On retrouve aussi le cuir verni sur le devant de la chaussure, une semelle intérieur en Phylon et un strap en Velcro pour maintenir la cheville. Côte design, la Jordan XIX est inspirée du redoutable serpent Black Mamba. Histoire : Fournie une nouvelle fois dans un packaging original, une boîte s’ouvrant en deux, l’Air Jordan XIX a été initialement lancée dans cinq coloris. De nombreux joueurs tels que Carmelo Anthony, Gary Payton, Jason Kidd, Rip Hamilton, Mike Bibby et Ray Allen ont fait la promotion de la paire en la portant en match.  

La 1ère partie de notre dossier : L’histoire des Air Jordan – 1ère partie

La 3ème partie de notre dossier : L’histoire des Air Jordan – 3ème partie

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest