116 PHI
102 DET
109 IND
101 WAS
113 BOS
100 NOP
89 CHI
108 SAC
108 MIL
92 CLE
122 OKC
113 UTA
101 DAL
76 ORL
105 DEN
99 MEM
119 PHO
123 LAC
108 LAL
105 MIA
116 GSW
108 MIN

Le cinq majeur des transferts ratés

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Ils étaient destinés à partir et ils n’ont finalement pas bougé le soir de la deadline NBA. Zoom sur cinq actes manqués.

Marcus Smart (Boston Celtics)

Danny Ainge a résisté à la tentation de toucher à un effectif qui a su prendre la tête de la Conférence Est malgré la blessure de Gordon Hayward. Peut-être que Marcus Smart aurait été transféré dans un autre contexte financier. En effet, l’arrière remplaçant des Boston Celtics sera free agent protégé cet été. Mais il n’y a pas que peu d’argent disponible et il sera peut-être plus facile pour sa franchise de le conserver à bas prix à ce moment-là. Si les dirigeants n’avaient pas offert des contrats en or massif en 2016, et qu’ils avaient donc plus d’espace sous le Cap cet été, l’un d’entre eux aurait sans doute proposé une coquette somme à Smart. Il aurait alors été difficile pour Boston de s’aligner vu les salaires de Kyrie Irving, Al Horford ou Hayward.

Ceci dit, il est toujours probable que le sixième choix de la draft 2014 change de tunique en juillet. Mais le risque de troubler l’alchimie dans le simple but d’acquérir un asset était trop grand. Aucune franchise n’était prête à lâcher un premier tour de draft pour Marcus Smart. Et Boston ne voulait pas céder l’un de ses propres picks pour aller chercher son remplaçant potentiel (Tyreke Evans). D’où le statut quo. C’est peut-être mieux comme ça.

Avery Bradley (Los Angeles Clippers)

Vu le nombre de courtisans, il est étonnant qu’Avery Bradley n’ait pas été transféré hier soir. Plusieurs candidats étaient sur le dossier, des San Antonio Spurs aux Golden State Warriors en passant par le Oklahoma City Thunder. Mais aucune de ces équipes ne voulait céder un premier tour de draft pour un joueur dont le contrat expire cet été. Puis vu son salaire, 8 millions, ce n’est même pas garanti que les Los Angeles Clippers négocient un buyout avec Bradley.

Il connait bien Doc Rivers. Il est titulaire. En gros, il devrait donc finir la saison au sein de cette formation sympathique qui va jouer sa chance dans la course aux playoffs.

Tyreke Evans (Memphis Grizzlies)

Les Memphis Grizzlies ont refusé toutes les avances, pourtant nombreuses, pendant la soirée d’hier. La franchise du Tennessee s’est entêtée : elle voulait un premier tour de draft pour Tyreke Evans. Quitte à le conserver alors que son contrat expire en juillet. Les dirigeants espèrent désormais le signer avec leur « mid-level exception ». Si Evans reçoit et accepte une offre plus conséquente, les Grizzlies l’auront donc perdu sans contrepartie. Un risque.

C’est surtout dommage pour le joueur qui méritait mieux que de finir la saison au sein d’une équipe trop faible pour lutter pour les playoffs. Avec presque 20 points (39% à trois-points), 5 rebonds et 5 passes par match, Evans est revenu sur les bases fantastiques de sa saison rookie. Il aurait été intéressant de le voir en post-saison, lui qui n’a joué que quatre matches au-delà du mois d’avril depuis le début de sa carrière.

Derrick Favors (Utah Jazz)

Le Jazz n’a pas refourgué le contrat expirant de Derrick Favors et l’intérieur va peut-être prendre place sur le banc suite à l’arrivée de Jae Crowder. Là aussi, le marché risque d’être difficile pour le joueur de 26 ans cet été. Il aura évidemment des offres. Mais certainement en-dessous des 12 millions qu’il touche actuellement. Favors est finalement l’un de ses pivots incapables de défendre au large ou d’étirer le jeu en attaque. Un profil de moins en moins recherché. D’où l’absence de transfert.

DeAndre Jordan (Los Angeles Clippers)

Le marché n’a pas été aussi actif que prévu pour DeAndre Jordan. Les Cavaliers ont maintenu les discussions avant de chambouler la moitié de leur effectif. Ils ont certainement bien fait. Le pick demandé par les Clippers pour un DJ en fin de contrat (il a une option sur la prochaine saison) était sans doute trop, comme pour tous les autres joueurs de ce cinq. C’était ce que pensaient les franchises, visiblement.

Les Toronto Raptors ont eux aussi tenté leurs chances avec Jordan. Sans forcer. Le pivot devrait donc se retrouver sur le marché cet été ou le suivant. Reste à voir ce quel sera son prix. C’est peut-être plus intéressant de signer un joueur moins cher, même moins fort, que lui dans la même registre (défense du cercle, pick-and-roll) et de blinder les autres positions du roster.