Markelle Fultz a déjà perdu sa place de titulaire…

Markelle Fultz a déjà perdu sa place de titulaire…

L’arrivée de Jimmy Butler aux Philadelphia Sixers va pousser Markelle Fultz, auteur d’un début de saison délicat, sur le banc.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Si Markelle Fultz souffre bel et bien de problèmes d’anxiété, ce qui a vraiment l’air d’être le cas, alors le transfert de Jimmy Butler ne va pas l’aider. Il va être rétrogradé sur le banc. Ou alors peut-être que ça va justement lui ôter de la pression. Difficile de savoir tant le premier choix de la draft 2017 est mystérieux. Il était une superstar complète à l’université. Un grand joueur en puissance, capable de shooter, de driver, de passer. Où est passé ce joueur ? Aujourd’hui, il lui reste la défense, des flashs de sa capacité à aller au cercle mais surtout un manque de confiance qui saute aux yeux à chacune de ses sorties sur le parquet. Mais les Philadelphia Sixers assurent ne pas avoir perdu espoir.

« Le transfert de Jimmy Butler n’a pas changé notre vision sur Markelle et son avenir », promet le GM Elton Brand.

Les Sixers ont pour l’instant refusé toutes les offres de transfert incluant Markelle Fultz. Preuve en est qu’ils y croient encore. Et ça se comprend ! Le garçon n’a fait ses débuts que l’an dernier et il a été perturbé par une blessure à l’épaule. Pourtant, le mal ne semble pas physiologique mais bien psychologique.

« Il est talentueux. De ce que je peux dire, ça a l’air surtout mental avec lui. Et je pense que 90% de ce qui se fait dans cette ligue est mental. Je sais qu’il bosse dur parce qu’il s’entraîne à L.A. comme moi. Les gens qui travaillent avec lui m’ont dit qu’il veut devenir un grand joueur. Du moment qu’il donne tout, le gars aura mon respect. Je veux juste qu’il joue dur, qu’il se repose sur ses forces et qu’il soit lui-même. Il va avoir du succès », confiait pour sa part Butler à propos de son nouveau coéquipier.

Markelle Fultz avait travaillé tout l’été sur son jeu et notamment son shoot. Il semblait avoir engrangé de la confiance. Mais quelques tirs horribles – dont un dernier lancer-francs où il assure que la balle lui a juste glissé des mains – ont poussé le meneur à ne plus tenter sa chance de loin, ou presque. Il tourne aujourd’hui à 9 points par match et 40% aux tirs. Son incompatibilité avec Ben Simmons pose aussi (surtout) problème. C’est donc peut-être mieux qu’il poursuivre sur le banc. En attendant mieux. Peut-être.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest