111 CLE
98 PHO
106 PHI
102 MIA
99 BKN
113 POR
98 MIL
97 BOS
125 GSW
123 SAC
111 LAL
106 HOU

Marvin Bagley, le talent commence à se voir

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Avec de plus en plus d’opportunités pour se montrer, Marvin Bagley monte en puissance et rappelle à tous pourquoi il est considéré comme l’un des meilleurs joueurs de sa génération.

Il y a un moment, cette nuit, où Marvin Bagley a bloqué méchamment un tir sous le panneau. Ses coéquipiers ont sécurisé le rebond et la balle a été rendue au jeune intérieur des Sacramento Kings. Dans son camp, il a temporisé. Puis il a remonté le terrain en dribbles. Comme un meneur de jeu. Il alors agressé son vis-à-vis une fois arrivé à la ligne à trois-points, toujours balle en main. Il l’a débordé avant de caler un euro-step suivi d’un panier avec la faute. Cette action résume bien l’enthousiasme autour du deuxième choix de la draft 2018. Il a vraiment du talent.

Ce n’est pas par hasard s’il a été choisi en deuxième position le soir de la draft. Les Kings ont joué petit bras en ne piochant pas Luka Doncic – qui s’attendait à être pris par Sacramento – mais ils ont tout de même récupéré un joueur qui était un temps pressenti comme le premier pick. Parce que Bagley était le meilleur joueur du pays au lycée. Il a été recruté par Duke en tant que tel et il était la superstar d’une très belle escouade des Blue Devils, avec plus de 21 points et 11 rebonds de moyenne pour sa seule saison à l’université.

Certains craignaient que son profil ne colle pas avec la NBA. Il est un peu coincé entre deux positions : ni vraiment pivot, ni vraiment ailier-fort fuyant. Mais la ligue évolue de plus en plus. Son style de jeu, en tout cas, il correspond parfaitement avec celui des Kings. L’équipe de Dave Joerger s’évertue à jouer vite. Il a les atouts pour ça. Il court aussi vite que n’importe lequel de ses coéquipiers ailiers. Sa mobilité et ses qualités athlétiques en font un cinq idéal dans une telle configuration. Au moins en attaque.

Il n’a que 19 ans et il a évidemment besoin de temps pour s’adapter à la ligue et à ses exigences. Mais il commence justement à prendre le pli. En le laissant sur le banc, dans un rôle de remplaçant, le staff des Kings l’a empêché de se montrer autant que certains de ses camarades de promotion. En revanche, ça lui a permis d’apprendre doucement, à son rythme. Et plutôt que de se prendre un « rookie wall » de plein fouet, il monte en puissance. Il se montre de plus en plus.

Marvin Bagley a inscrit 32 points en autant de minutes contre les Phoenix Suns cette nuit. Un match particulier, puisqu’il a été au lycée dans l’Arizona. Il était une star locale. Puis il était opposé à Deandre Ayton, premier choix de la draft. L’occasion de prouver qu’il aurait pu aussi revendiquer ce statut. Il l’a fait avec la manière, en dominant ses différents adversaires directs tout au long de la soirée.

Son arsenal est intéressant. Son explosivité en fait une belle option sur pick-and-roll. Mais il y a plus que ça. Il a une très belle touche intérieure. Il maîtrise notamment ses flotteurs et bras roulés main gauche. C’est beau à voir. Sa mécanique de tir est assez fluide et il travaille dessus. Il n’a pas peur de tenter sa chance à trois-points et ça lui arrive d’en mettre. Maintenant, à l’instar d’un Blake Griffin, il lui faudra un jour vraiment progresser dans ce domaine pour articuler une attaque autour de lui (sachant que Griffin est un bien meilleur playmaker). Mais ça, c’est une projection à moyen terme. Il n’y est pas encore.

N’empêche qu’il progresse. Il engrange de la confiance et ça se sent : 16,6 points et 9,8 rebonds de moyenne sur les 5 derniers matches. 15,9 et 9,1 sur les 10 derniers. 13,3 et 7 sur la saison. Ça pousse. Toujours en sortie de banc, en plus. Peut-être qu’il a moins d’opportunités pour se montrer qu’un Ayton, un Doncic, un Trae Young ou un Jaren Jackson Jr. Mais contrairement à ces gars-là, lui joue pour une équipe qui lutte pour les playoffs. Et ça aussi, ça forme. Ça aide à franchir un cap. Et en ce moment, Bagley les passe aussi vite qu’il décolle pour aller au dunk.

Les highlights de Marvin Bagley contre les Suns