Michael Porter Jr à la draft, top cinq ou steal potentiel ?

Le prodige américain Michael Porter Jr va se présenter à la draft 2018 après seulement trois rencontres disputées en NCAA. Les doutes autour de son physique peuvent faire baisser sa cote mais le talent est là.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Draft
Michael Porter Jr à la draft, top cinq ou steal potentiel ?

Un (tout) petit tour et puis s’en va. C’était prévu dès sa sortie du lycée, Michael Porter Jr n’allait pas s’éterniser sur les bancs de l’université. Le monde professionnel et la NBA lui tend les bras. Il a donc joué trois matches avec Missouri. Pour un total de 53 minutes. Blessé au dos dès le premier match NCAA de sa carrière, il est finalement revenu en toute fin de saison. Sa présence n’a pas empêché les Tigers de sortir dès le premier tour de la March Madness. Et voilà donc que l’ailier le plus coté de la cuvée se présente à la draft 2018. Il a fait part de sa décision de quitter la fac hier soir.

Michael Porter Jr se présente à la draft 2018

https://www.instagram.com/p/BgzUEChD2PC/?utm_source=ig_embed

Michael Porter Jr était le prospect le plus attendu du pays à sa sortie du lycée. Encore plus que DeAndre Ayton, Marvin Bagley ou Mo Bamba, autant de joueurs susceptibles d’être sélectionnés avant lui le soir de la draft. Il était le favori pour être choisi en premier. Il avance désormais dans le flou. Enfin, pas tout à fait. Sa cote reste haute malgré ses pépins de santé. Tout dépendra des évaluations médicales faites par les franchises lors des différents workouts.

Il est attendu entre la troisième et la dixième place. Le garçon a tout de même été comparé à Kevin Durant – mais aussi à Harrison Barnes, Otto Porter Jr et Keith Van Horn. Le shoot reste sa grande force et c’est ce qui devrait lui permettre d’avoir, dans le pire des cas, une honnête carrière dans cette ligue portée sur le tir extérieure. Porter Jr est un scoreur. Mais pour s’affirmer au niveau supérieur, pour vraiment confirmer les espoirs placés en lui, il devra démontrer qu’il peut faire plus que ça. Il y a travail physique à faire pour résister aux contacts. Son aisance en dribble est une autre zone d’ombre. Mais il va pouvoir profiter d’un staff NBA pour se développer. Il y aura en tout cas une vraie bonne affaire à saisir s’il venait à tomber au-delà de la sixième ou septième place.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest