Chicago Bulls : Mike Dunleavy Jr recruté pour… apaiser les tensions ?

Les Chicago Bulls n'ont pas traîné. Dès le premier juillet, ils ont signé Mike Dunleavy Jr pour deux ans. Un recrutement sous fond d'interrogations.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Chicago Bulls : Mike Dunleavy Jr recruté pour… apaiser les tensions ?
Une demi-journée. C'est tout ce qu'il a fallu aux Chicago Bulls pour réaliser leur principale acquisition de l'été. Alors que la plupart des franchises restent pendues à la décision de Dwight Howard pour avancer pleinement dans cette free agency, les taureaux ont déjà quasiment bouclé leur recrutement. Dès le premier juillet, Mike Dunleavy Jr a trouvé un accord de principe avec la franchise de l'Illinois. Le shooteur des Bucks devrait rejoindre Chi-Town pour deux saisons (six millions de dollars). Alors que les Bulls vont payer la Luxury Tax pour la première fois de leur histoire, les dirigeants ont décidé d'investir l'intégralité de leur capital à disposition pour débaucher le shooteur de Milwaukee. Si, sur le plan sportif, le choix de Dunleavy a du sens, cette signature suscite également de nombreuses interrogations. [superquote pos="d"]Une statistique traduit parfaitement les motivations des Chicago Bulls au moment de l'engager : 42,8% à 3-pts[/superquote]Concentrons-nous d'abord sur la réalité du terrain. A 32 ans, Mike Dunleavy a encore du jus. L'ancien prodige de Duke, drafté en troisième position en 2002 par les Warriors, va retrouver son ancien coéquipier des Blue Devils, Carlos Boozer. Présenté comme une star à son arrivée dans la ligue, le fils de l'ancien entraîneur NBA du même nom a d'abord déçu avant de s'imposer comme un role player intéressant en vieillissant. Une statistique traduit parfaitement les motivations des Chicago Bulls au moment de l'engager, à savoir ses 42,8% de réussite derrière l'arc. L'an passé, les hommes de Tom Thibodeau formaient l'une des équipes les plus maladroites longue distance (21ème, selon basketball-reference). Or le jeu en NBA tend à évoluer encore plus vers une utilisation accrue des shoots à trois-points - c'est déjà le cas depuis plusieurs années - notamment ceux dans le corner, plus faciles à rentrer. Sans pour autant vouloir suivre le mouvement, les Chicago Bulls avaient tout intérêt à se doter d'un tireur d'élite, capable d'étirer les défenses. Avec un meneur scoreur de la trempe de Derrick Rose, les autres joueurs de la "Windy City" devraient bénéficier de nombreux shoots ouverts. Si le plus jeune MVP de l'histoire de la ligue a retrouvé son niveau de percussion, nul doute que les défenses adverses seront obligées de se resserrer sur lui afin d'éviter de passer la soirée à regarder D-Rose dunker. Les Bulls ont d'ailleurs cruellement manqué d'un shooteur de la trempe de Mike Dunleavy Jr lors de leur finale de conférence perdue face au Miami Heat, en 2011. Rip Hamilton devait occuper ce rôle mais des blessures l'auront finalement éloigné des terrains, lui faisant ensuite perdre sa place. [caption id="attachment_105692" align="alignleft" width="300"] Mike Dunleavy Jr et Joakim Noah seront désormais coéquipiers.[/caption] Voici donc un poste clé renforcé pour six millions de dollars sur deux ans. Le vétéran aurait d'ailleurs pu prendre un plus gros chèque ailleurs, selon les sources du Chicago Tribune. La perspective de jouer avec Derrick Rose - nous reviendrons ensuite sur les liens étroits qu'entretiennent les deux hommes - pour un candidat au titre l'a convaincu à donner son accord verbal aux Chicago Bulls, dès les premières heures de la free agency, répétons-le. Au-delà de ses qualités au shoot, Mike Dunleavy Jr est un bon playmaker et il a progressé en défense. Il y a d'ailleurs de fortes chances qu'il continue de s'améliorer dans ce domaine sous les ordres de Thibodeau, comme ce fut le cas pour d'autres shooteurs passés par les Bulls depuis deux saisons (Kyle Korver, Marco Belinelli). Le joueur ne devrait pas avoir de mal à s'intégrer dans le groupe et sera assurément l'un des membres essentiels du banc des sextuples champions NBA. Venons-en maintenant au choix si soudain des Chicago Bulls. La franchise n'a même pas attendu que certaines équipes traitent avec Marco Belinelli pour signer Mike Dunleavy. En proposant six millions sur deux ans à l'ancien Blue Devil, elle abandonne tout espoir de faire resigner l'Italien, l'un des chouchous du public chicagoan. Marco Belinelli aurait certes demandé plus que les deux millions de dollars qu'il touchait l'an passé mais aurait peut-être accepté de rester au sein du groupe pour une rémunération équivalente à celle proposée à Dunleavy. En conclusion, les Bulls voulaient tourner la page. Pas forcément du goût des fans, qui doivent désormais se faire à l'idée que la principale recrue de leur équipe favorite est déjà connu (Chicago pourrait éventuellement signer un meneur de jeu et un intérieur pour le minimum, rien d'emballant). Il ne s'agit pas de comparer Dunleavy et Belinelli, sportivement les deux apporteront à peu près la même chose : une dizaine de points au maximum, quelques paniers primés et de la défense. On peut supposer que l'Italien est tout de même un peu plus hargneux mais l'enjeu n'est pas là. Mike Dunleavy et Derrick Rose ont une chose en commun très importante dans le sport professionnel. Ou plutôt un homme... leur agent. Les deux joueurs sont représentés par Arn Tellem. Jusqu'ici rien d'extra-ordinaire mais il se pourrait que la décision de faire venir Mike Dunleavy soit une main tendue par la direction envers son joueur vedette, comme le résume K.C. Johnson du Chicago Tribune : Nous vous en parlions il y a quelques jours (ici et ), les relations entre le GM des Chicago Bulls, Gar Forman, et Tom Thibodeau ne sont pas au beau fixe. Forman n'a pas prolongé Ron Adams, principal assistant de Thibs, sans même consulter son coach. En NBA, ce sont pourtant les coaches qui ont pour coutume de gérer leur staff, sans que les dirigeants s'en mêlent spécialement. Les deux parties n'ont pas souhaité commenter la décision de la direction mais il est évident que Thibodeau garde l'éviction de son "ami proche, l'un des meilleurs assistants de la ligue" en travers de la gorge. Et il ne serait pas le seul. En effet, Derrick Rose, à l'instar des autres joueurs des Chicago Bulls, était proche de Ron Adams. Alors que des incompréhensions entre le joueur, sa famille et le front office ont déjà été pointées en cours de saison, les Bulls ne pouvaient pas se permettre de froisser trop leur héros, adulé au sein de la ville et de l'organisation. Ainsi, en recrutant Mike Dunleavy Jr, les taureaux ont mis la main sur un shooteur efficace capable de donner un coup à Derrick Rose sur le terrain et ont quasiment bouclé leur recrutement. Tom Thibodeau va donc pouvoir penser ses plaies en se mettant au boulot avec son groupe, Derrick Rose également...
Afficher les commentaires (11)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest