Antoine Walker confirme que le titre de 2006 était unique pour Shaquille O’Neal

Antoine Walker confirme que le titre de 2006 était unique pour Shaquille O’Neal

Coéquipier de Shaquille O’Neal au Miami Heat en 2006, Antoine Walker a expliqué pourquoi le titre remporté représentait beaucoup pour l'intérieur.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS

Dans sa carrière, Shaquille O'Neal a remporté 4 titres NBA. Un Three Peat avec les Los Angeles Lakers (2000, 2001, 2002) et un sacre avec le Miami Heat (2006). Ancien coéquipier de l'intérieur au sein de la franchise floridienne, Antoine Walker a insisté sur l'importance du titre en 2006 pour le Shaq. En effet, le pivot avait vraiment envie de remporter une nouvelle bague. Pourquoi un tel besoin de gagner ? Une certaine rivalité avec Kobe Bryant.

"Il avait une petite rivalité en cours avec Kobe. Les deux voulaient voir s'ils pouvaient gagner l'un sans l'autre. Alors il était vraiment très content de gagner ce titre en 2006 et d'être capable de le faire avec D-Wade.

Et quand je dis très content, il l'était vraiment. Et je le comprends car il avait une énorme pression sur lui. Il voulait en découdre pour gagner un titre sans Kobe. Et il a réussi à le faire", a ainsi confié Antoine Walker pour la radio SiriusXM.

Et on le sait, Kobe Bryant avait la même envie de son côté. D'ailleurs, Kobe a souvent précisé que voir Shaq remporter ce titre en 2006 a été une des ses plus grandes sources de motivation. Shaq fut le premier à remporter un titre sans Kobe, mais ce dernier a réussi à le dépasser en remportant deux titres supplémentaires (2009, 2010). Les deux hommes ont ainsi tous les deux réussi à prouver qu'ils pouvaient gagner sans l'autre.

Reparler de ce titre 2006 c'est aussi se remémorer une équipe assez incroyable réunie autour du (jeune) phénomène D-Wade par le génie Pat Riley. Petit retour sur une victoire pas comme les autres...

Pourquoi Miami a gagné en 2006 en 3 leçons

Museler Dirk Nowitzki par Pat Riley

La réputation de Pat Riley n’est plus à faire. Ses 4 titres en tant que coach des Lakers sont autant de preuves de sa connaissance du basket. Depuis 18 ans toutefois, Riley échouait systématiquement. Aussi bien avec les Knicks qu’avec le Heat. Riley, un coach dépassé ? Au cours des Finales, il a tout simplement dominé le coach de l’année, Avery Johnson. Le technicien floridien a pris des risques. En envoyant 2 à 3 défenseurs sur Nowitzki, il s’est exposé à des performances délirantes de Jason Terry. Mais le Blocus de Berlin a eu les effets recherchés : Dallas ne pouvait pas gagner avec sa star à 39 % de réussite au shoot et 25 % à 3 pts.

Peser sur une défense par Shaquille O’Neal

Lors du Game 2, Shaquille O’Neal est le Patrick Ewing d’Orlando ou bien le Hakeem Olajuwon de Toronto : une légende qui joue la saison de trop. 5 pts & 6 rbds, une feuille de stats digne de Greg Ostertag. En face, Ben Wallace ? Non, Erick Dampier... Celui dont il a dit qu’il serait « un bon joueur en WNBA ». Les 13.7 pts de moyenne du colosse sont-ils le reflet d’une finale ratée ? Dans le même temps, Shaq sert de point d’ancrage de l’attaque floridienne. Le Centre de gravité. Une machine à écran de 150 kilos, un excellent passeur au poste malgré les prises à 2, un danger permanent qui empêche le pivot adverse de venir en aide sur les pénétrations de Wade et une présence dissuasive en défense. La meilleure réponse à ceux qui sous-estiment le rôle d’O’Neal dans cette campagne 2006 ?

Profiter de toutes les bonnes occasions par le supporting cast du Heat

Le front-office avait pris un pari osé en recrutant des joueurs aussi controversés que Jason Williams, Walker, Posey et Gary Payton. Une bande de croqueurs caractériels. Leur présence a pourtant été déterminante dans la victoire face aux Mavs. L’adresse longue distance retrouvée de James Posey a souvent puni des adversaires obsédés par D-Wade et Shaq. GP a mis 7 shoots de toutes les finales mais au moins 2 d’entre eux ont sauvé Miami (le shoot de la fin du Game 3, le lay-up main gauche en OT du Game 5). Enfin, 2 autres cadres ont répondu présents au moment le plus important. Les 5 contres de l’animal Zo Mourning et le double-double de Haslem ont été le complément parfait des 36 points de D-Wade dans le Game 6.

Mais évidemment, au delà de tout ça, la principale raison pour laquelle Miami a gagné en 2006 tient en un nom : Dwyane Wade...

LIRE : Finales 2006, le chef d’oeuvre inoubliable de Dwyane Wade

Miami Heat 2006 : les stats en playoffs

AgeMPFG%TRBASTSTLBLKPTS/G
Dwyane Wade2441.7.4975.95.72.21.128.4
Antoine Walker2937.5.4035.62.41.00.313.3
Shaquille O'Neal3333.0.6129.81.70.51.518.4
Jason Williams3029.8.4052.03.90.70.09.3
Udonis Haslem2529.5.4937.40.80.60.38.6
James Posey2927.6.4305.70.90.80.17.3
Gary Payton3724.3.4221.71.61.00.15.8
Alonzo Mourning3510.8.7032.90.10.21.13.8
Michael Doleac289.0.5382.80.00.10.02.0
Derek Anderson318.3.3001.10.60.30.03.0
Shandon Anderson326.9.3080.90.30.00.11.0
Wayne Simien223.5.0000.50.00.00.00.0
Jason Kapono242.00.00.00.00.00.0
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest