NBA Awards : les New York Knicks

Voici notre trophée du jour. Les New York Knicks ont bien mérité le leur pour la correction subie cette nuit face aux Los Angeles Lakers.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Trophées
NBA Awards : les New York Knicks
Chaque soirée NBA a son lot de surprises, de perfs, de dégringolades, d’humiliations et/ou de révélations. Comme ce n’est pas toujours simple de s’y retrouver en un coup d’œil, voici ceux qui, selon nous, se sont le plus distingués… pour le meilleur ou pour le pire. Ce sont les NBA awards de BasketSession.

AVN Award Kink de l'attraction SM : les New York Knicks Kinks

Thierry Normandie nous a rencardés, il paraîtrait que le studio Kink de San Francisco est un peu ce qui se fait de mieux en matière de cinéma d'art et d'essai à tendance soumise voire franchement sado-masochiste. Des gens du Tag Parfait, l'un des sites les plus visités par Thierry pendant la Off-season, ont même poussé le reportage gonzo (le REPORTAGE gonzo, on a dit) jusqu'à nous sortir un article plutôt bien léché sur les coulisses de l'Armory, l'ancien château-fort reconverti en temple des caresses à coups de fouet. On l'avoue, les claques dans la gueule, c'est pas vraiment notre truc, on est plus sur les déambulations hypnotiques de donzelles telles qu'Anissa Kate ou Jessie Volt. C'est donc par pure volonté professionnelle de pousser au plus loin nos connaissances sur la filmographie de cette dernière que nous avons découvert qu'elle avait participé à quelques-unes des plus fameuses scènes de ce studio, sûrement moins visité que l'Oracle Arena mais procurant sûrement autant de plaisir (du moins aux initiés) que les Splash Brothers dans la Bay Area... Bref, pour certains, le mal fait du bien mais, ne jugeons pas, après tout, certains d'entre-nous à la rédac' sont bien fans de la franchise se rapprochant le plus des studios Kink, bien qu'elle se trouve à l'opposé géographique de ceux-ci : les New York Knicks. [caption id="attachment_140055" align="alignleft" width="222"] LA était en mode domina[/caption] Bien sûr, l'attrait de la Big Apple peut y être pour beaucoup mais, en 2014, ne pourrait-on pas comparer le fait d'être supporter des Knicks avec la perspective de prendre des torgnoles par James Deen et d'aimer ça ? Parce que franchement, la franchise des Knicks était tombée bien bas depuis le début de la saison mais l'engagement de Phil Jackson avait su agir comme le fameux "mot-code" indispensable à toute bonne relation SM qui se mérite. Un coup, deux coups, trois coups, et puis stop, c'en est trop, on s'arrête. Avec les Knicks, ça nous avait donné du James Dolan devenant proprio, Isiah Thomas qui se retrouve GM, LeBron qui préfère Miami, Carmelo en mode arrosoir qui s'en fout avant que, ô miracle, le Zen Master ne vienne calmer les rougeurs et apporte enfin une bonne nouvelle du côté du Madison Square Garden. La douleur n'en a été que plus intense la nuit dernière lorsque l'on a vu les Knicks se faire fesser (et recevoir bien d’autres humiliations SM que notre décence nous empêcherait de mentionner si on les connaissait, bien évidemment) de 31 pts par des Lakers en mode Divine Bitches (avec Xavier Henry en mode Maîtresse Madeline). Perdre contre les Lakers, rien de très humiliant nous direz-vous, mais perdre contre les Lakers 2013-2014, avant-derniers de la Conférence Ouest à une semaine de la fin de la saison régulière, les mots manquent pour décrire la sensation. Même Philou a préféré aller balader son chien lors du 4e quart-temps plutôt que d'assister au "spectacle". Pourtant, avec Jeanie Buss, il s’y connaît en maîtresse femme. En fait, il ne manquait sûrement que Jessie Volt en Laker Girl et James Deen assis au premier rang pour rendre le tout un peu plus crédible...
Afficher les commentaires (3)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest