Draft 2014 : Le point sur les joueurs libres cet été

Les franchises NBA avaient jusqu'à hier soir pour prolonger ou non les joueurs issus de la draft 2014. Plusieurs talents prometteurs seront restricted free agents en 2018.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article
Draft 2014 : Le point sur les joueurs libres cet été
La Draft 2014 a son lot de très bons joueurs. Au moins potentiellement. Sur le papier, une bonne vingtaine d’entre eux peuvent s’affirmer comme des éléments importants d’une rotation NBA. Les plus brillants du lot étant Joel Embiid et Andrew Wiggins. Ils sont d’ailleurs les deux seuls joueurs de la cuvée à avoir signé un contrat maximum de 148 millions sur cinq ans. Sans doute pas un hasard. Gary Harris, en pleine progression à Denver, a pris 84 millions sur quatre ans. T.J. Warren a prolongé pour 50 plaques sur quatre saisons lui aussi. Pour les autres, il va encore falloir faire ses preuves. En effet, la grande majorité des franchises ont préféré jouer la montre en n’offrant pas d’extension à leur jeune joueur issu de la draft 2014. La plupart d’entre eux seront donc restricted free agents en 2018. Tour d’horizon.

Jabari Parker (Milwaukee Bucks)

Sans ses pépins de santé, le deuxième choix de la draft 2014 aurait sans doute lui aussi signé un joli contrat. Mais avec deux blessures graves en trois saisons, il est compréhensible que les Bucks aient des doutes. Même si Jabari Parker tournait à 20 points et 6 rebonds par match avant de se péter l’an dernier. S’il arrive à revenir fort, l’ex-star de Duke peut toucher le gros lot cet été.

Aaron Gordon (Orlando Magic)

Va-t-il même finir la saison à Orlando ? Aaron Gordon est susceptible d’être transféré cette année. Son expérimentation au poste trois fut évidemment un échec. Le garçon a cartonné pendant la pré-saison (18 pts et 7 rbds par rencontre) mais encore reste-il à savoir si c’est le signe que le Magic veut le garder… ou faire grimper sa valeur pour le vendre. En effet, les nouveaux dirigeants ont drafté Jonathan Isaac, plus ou moins le même profil polyvalent. Les deux jeunes joueurs sont en concurrence. Si une organisation est vraiment intéressée par le profil de Gordon, c’est le moment de se manifester.

Dante Exum (Utah Jazz)

La tuile pour l’Australien. Comme Jabari Parker, Dante Exum a vécu sa deuxième blessure grave en trois ans. Et il devrait manquer l’intégralité de la saison. Le timing est vraiment mauvais. Au moins, le Jazz ne devrait pas avoir à aligner trop de thunes pour conserver le cinquième choix de la draft 2014.

Marcus Smart (Boston Celtics)

Selon la presse locale, les Celtics et Marcus Smart étaient proches d’un accord avant la deadline fixée hier soir. Mais la crainte de payer une Luxury Tax trop lourde a finalement refroidi les dirigeants. Le pari est risqué pour Boston. Smart n’a pas l’étoffe d’une superstar. Il est maladroit comme pas possible (35% aux tirs, 28% à trois-points) par exemple. Mais il est vraiment précieux au sein de la rotation de Brad Stevens. Sa défense est primordiale en sortie de banc. Surtout avec le départ d’Avery Bradley. Vu son profil, Smart risque d’être convoité l’été prochain. Et les Celtics devront peut-être payer le prix fort pour le garder.

Julius Randle (Los Angeles Lakers)

Star en NCAA, Julius Randle tombe peu à peu en disgrâce. L’ailier-fort devrait même perdre sa place dans le cinq majeur au profit de Larry Nance Jr ou Kyle Kuzma. Randle a quelques points communs avec Draymond Green mais il ne défend clairement pas aussi dur et son shoot est catastrophique. En fait, à ce rythme, il y a des chances que les Lakers ne lui proposent même pas la qualifying offer. Les Californiens ont besoin de toute leur masse salariale disponible pour essayer de signer une ou plusieurs superstars l’été prochain. Chaque million économisé compte. Le joueur de 22 ans devrait même avoir le luxe d’être unrestricted free agent après seulement quatre années passées en NBA.

Elfrid Payton (Orlando Magic)

Même cas de figure que Gordon : va-t-il finir la saison en Floride ? Elfrid Payton a enfilé les triple-doubles la saison dernière. Mais personne ne sait réellement ce qu’il vaut. Les dirigeants actuels du Magic ne l’ont pas drafté. Les meneurs sont légions en NBA. Dans ces conditions, Payton aura du mal à faire grimper sa valeur.

Doug McDermott (New York Knicks)

Les Knicks sont jeunes et ils ont besoin de shooteurs. S’il s’applique et ne se montre pas trop gourmand, Doug McDermott trouvera sans doute une petite place dans le projet de la grosse pomme.

Zach LaVine (Chicago Bulls)

Zach LaVine revient doucement d’une grave blessure au genou. C’est normal que les taureaux n’aient pas osé lui filer direct le maximum. Ils vont d’abord évaluer la situation. Mais la franchise a déjà fait comprendre qu’elle voulait conserver l’arrière. Quitte à payer une grosse somme en juillet.

Jusuf Nurkic (Portland Trail Blazers)

Les Blazers ne lui ont pas filé un gros chèque mais Jusuf Nurkic est en bonne position pour exploser cette saison. Les millions suivront.

Rodney Hood (Utah Jazz)

Comme Nurkic, Rodney Hood a une belle occasion pour se mettre en valeur cette saison. Le départ de Gordon Hayward lui libère l’aile. A lui de saisir l’occasion.

Clint Capela (Houston Rockets)

La situation financière à Houston fait que les dirigeants ont préféré attendre avant de filer du blé à Clint Capela. Mais après s’être régalé des lobs de James Harden et Chris Paul, le Suisse devrait lui aussi toucher une belle somme. Qu’elle provienne des Rockets ou d’une autre franchise.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest