Kevin McHale défend les Pistons et critique les Bulls de Jordan et leur côté « pleureuses »

Il n'y a pas que les Bad Boys de Detroit pour trouver que les Bulls de Michael Jordan passaient beaucoup trop de temps à se plaindre de tout et de rien.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Kevin McHale défend les Pistons et critique les Bulls de Jordan et leur côté « pleureuses »

Pas besoin de s'appeler Bill Laimbeer ou d'avoir été un membre des Bad Boys de Detroit pour trouver que Michael Jordan et ses Chicago Bulls se plaignaient un peu trop de tout et de rien. Là où Laimbeer avait carrément qualifié les Bulls de "pleureuses" il y a quelques jours, Kevin McHale, le plus fidèle lieutenant de Larry Bird et membre du Hall of Fame, a abondé dans le même sens.

L'ancien intérieur des Boston Celtics n'a pourtant jamais eu à traiter Jordan et les Bulls comme des ennemis jurés. Il s'agit simplement de sa perception sur les événements de l'époque, à la fin des années 80 et au début des années 90. Dans un entretien avec Steve Bulpett du Boston Herald, McHale a ainsi défendu les Pistons d'Isiah Thomas.

"On peut comprendre pourquoi les Pistons n'aimaient pas les Bulls. Ils se plaignaient tout le temps. Ils disaient que ce n'était pas du basket ou que c'était du banditisme, des choses comme ça.

Je pense que les Bulls ont vraiment manqué de respect à tout ce qu'ont pu accomplir les Pistons. Mais bon, une fois que tu as tué le roi, tu peux ouvrir ta gueule..."

Kevin McHale a notamment aussi défendu les Pistons pour ce fameux game 4 contre les Bulls où ils ont quitté le terrain sans serrer la main de leurs adversaires. Ses Celtics en avaient plus ou moins fait de même la saison précédente....

"Dans toutes ces séries de playoffs que j'ai pu jouer dans les années 80, quand tu sortais d'un match très serré, tu ne parlais à personne après le match, à moins que tu tombes sur quelqu'un que tu connaissais.

On pouvait éventuellement les féliciter plus tard hors du terrain si on les croisait. Mais il n'y avait pas de discussion, de félicitations ou de choses comme ça. On rentrait au vestiaire, c'est tout.

Sur 90% des séries qu'on gagnées, je rentrais au vestiaire direct sans parler à personne. Les adversaires ne venaient pas me féliciter et je ne pense pas qu'ils avaient à le faire". 

Traduction : s'offusquer d'un manque de fair play, comme l'ont fait Michael Jordan et les Bulls pour critiquer les Pistons, ça ne serait pas venu à l'esprit de McHale et des Celtics, même s'ils détestaient probablement eux-mêmes affronter la bande à Chuck Daly...

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest