La NBA ne veut pas de load management pendant les diffusions nationales

Si elle a du mal à accepter le load management, la NBA souhaite que les franchises ne mettent pas les stars au repos lors des matches diffusés sur la télé nationale

N.SPar N.S | Publié
La NBA ne veut pas de load management pendant les diffusions nationales

Avec des audiences en baisse et une saison régulière qui, dans le jeu et l'intensité, n'a rien à voir avec les playoffs, la NBA et Adam Silver se penchent de plus en plus vers une réforme. On parle d'une saison à 78 matches avec un final four, des matches d'accession aux playoffs, bref une sorte de mini-révolution. Une réflexion née également avec la pratique de plus en plus répandue du load management. Si elle a été mise au goût du jour par Gregg Popovich et les Spurs, tout le monde s'y met aujourd'hui. Sans parler d'énormes blessures, les staffs gèrent les petits pépins et les fatigues de leurs stars, comme les Clippers avec Kawhi Leonard ou encore les Sixers qui privaient Joel Embiid de back-to-back jusqu'à l'an passé.

La NBA a tout de même demandé aux trente franchises d'éviter cette pratique dans certains cas, notamment lors des rencontres diffusées sur le réseau national. La ligue prévoit de contrôler plus durement cette pratique, et précise qu'un joueur qui est à 100% doit être sur le terrain. Cet été, elle avait même demandé aux Clippers de partager leur plan sur la gestion de Leonard. En début de saison, Clippers et Bucks s'étaient affrontés sans Kawhi, Paul George et Giannis, ce qui avait profondément énervé les hautes instances de la NBA. Sans parler des diffuseurs qui payent depuis quelques années des droits colossaux chiffrés en milliards de dollars.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest