Top 5 : les vestiaires NBA qui peuvent partir en vrille

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Tout n'est pas toujours rose dans un locker room NBA. Voici ceux qui sont les plus susceptibles de vivre des remous cette saison en NBA.

On ne le sait généralement qu'après coup, mais il n'est pas rare qu'un vestiaire implose en cours de saison. Des résultats pas à la hauteur, des personnalités qui ne matchent pas, des problèmes personnels... Il est parfois impossible d'éviter qu'une équipe ne parte en vrille et que le coach perde le contrôle du locker room. Ce n'est évidemment pas ce qu'on souhaite voir pour la saison qui s'annonce. Mais une rapide analyse de la composition des rosters à un moins et demi du début de la saison autorise quelques inquiétudes.

5- Golden State Warriors

Vous trouvez ça invraisemblable ? Vous avez peut-être raison. En attendant, il ne faut jamais tenir pour acquises la sérénité et la qualité de vie d'un vestiaire. Steve Kerr a plusieurs fois expliqué que maintenir l'harmonie et le 'vivre ensemble' d'un locker room qui a autant gagné était un vrai challenge. Passer le plus clair de son temps avec les mêmes personnes - plus qu'avec sa propre famille - pendant 4 ou 5 ans, avec la même pression de performer sans qu'il y ait le moindre accrochage, c'est impossible.

Les clashes fréquents entre Kerr et Draymond Green, les tensions entre coéquipiers évoquées puis tues par David West, l'usure mentale (ou "graisse mentale") classique chez les champions... Autant de paramètres qui sont là pour rappeler que même avec le plus bel effectif du monde, on n'est jamais à l'abri. Golden State arrivera peut-être à gérer ça avec sa maestria habituelle pour réaliser un Three-Peat. Mais on peut aussi se demander de quelle manière se passera l'intégration pas anodine d'un joueur et d'une personnalité comme DeMarcus Cousins.

Pour le moment, "Boogie" est vu comme une bouffée d'air frais. Pourvu que ça dure. Il occupera forcément une place différente de celle qui était la sienne à Sacramento, où il jouait les tyrans grincheux, et à New Orleans, où il s'est montré un bien meilleur coéquipier et co-leader.

Attention aussi à : Draymond Green, qui a déjà fait savoir qu'il ne ferait plus de ristourne aux Warriors sur son prochain contrat. Pour le moment, les sacrifices financiers des uns ont toujours été salués par les autres dans la Bay Area.

Lire la suite