NOLA, ça ne tourne pas rond et c’est inquiétant

NOLA, ça ne tourne pas rond et c’est inquiétant

Les New Orleans Pelicans ont pris un très mauvais départ cette saison et Stan Van Gundy se demande déjà comment sauver le coup.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

8 défaites en 9 matches, une 14e place à l'Ouest, tout ne se passe pas comme prévu dans ce début de saison pour les New Orleans Pelicans. Rien n'est perdu, évidemment. NOLA n'est qu'à trois victoires de la 8e place qualificative pour les playoffs. Mais il s'agirait de ne pas trop tarder et, surtout, de montrer des signes encourageants...

Pour le moment, force est de constater que le retour de Stan Van Gundy aux affaires n'est pas un franc succès. Il reste du temps à l'ancien head coach d'Orlando et Detroit pour se refaire une santé, mais la mayonnaise a du mal à prendre.

On s'attendait à voir des Pelicans ultra-concernés en défense, comme l'ont souvent été les équipes entraînées par "SVG". Pour le moment, Van Gundy a bien du mal à convaincre ses ouailles de "former un putain de mur". NOLA est 19e au classement de la moyenne de points concédés aux adversaires et 23e à celui du différentiel de points.

Si les Pelicans parvenaient à compenser par une attaque tout feu, tout flamme, ça irait encore. Mais malgré la présence de scoreurs intéressants comme Brandon Ingram (23.3 pts) ou Zion Williamson (23.4 pts), la franchise de Louisiane n'arrive pas à outscorer ses adversaires et pointe au 23e rang aussi des attaques les plus prolifiques en moyenne.

Karl Malone critique Zion Williamson : « A ton âge, tu ne devrais pas être fatigué »

On s'interrogeait sur d'éventuels problèmes de stretching et d'efficacité à 3 points. Ils sont bien là. Avec comme symptôme un JJ Redick plus habile pour gérer son (excellent) podcast que pour marquer derrière l'arc de cercle (30%), New Orleans est 27e au pourcentage à 3 points.

Parmi les recrues, Eric Bledsoe est sur les bases de l'une de ses saisons les moins productives depuis longtemps. Arrivé dans un échange avec Jrue Holiday, l'ancien joueur des Bucks n'a pour l'instant pas du tout l'apport two-way qu'apportait son prédécesseur. Steven Adams est utile pour permettre à Zion Williamson de mettre la majeure partir de son énergie en attaque, mais le Néo-Zélandais n'est pas encore redevenu l'armoire en chêne massif capable de dissuader les trois-quarts des opposants de s'aventurer dans le peinture que l'on connaissait.

Minnesota, la défaite de trop

La dernière défaite en date, la nuit dernière, va peut-être contraindre Stan Van Gundy à revoir ses plans pour de bon. Les Pelicans se sont inclinés devant les Wolves, ce qui peut ne pas être une honte en temps normal. Sauf que Minnesota jouait sans Karl-Anthony Towns et D'Angelo Russell, tout en sortant d'une série de quatre défaites. Une proie que l'on aurait pu penser facile. Résultat : 120 points dans les dents, un 3e quart-temps catastrophique en attaque (14 pts marqués), un Zion Williamson qui a de nouveau parfois semblé à bout de souffle (son adresse s'en est ressentie : 6/16), Redick toujours dans le dur à 3 points (0/6) et une incapacité collective inquiétante à repousser les assauts d'une équipe pourtant déplumée.

Dépité, Van Gundy n'a pas hésité à remettre en question l'implication de ses joueurs.

"Je vais évidemment prendre ma part de responsabilités, mais on a discuté de ça après le match. Certains vont devoir le faire aussi. Ce n'est pas possible que le mec sur lequel tu défends joue tous les soirs plus dur que toi. Notre formule c'est de défendre, prendre des rebonds et prendre soin du ballon. Ce soir, on a rien fait de tout ça", a déploré SVG sur ESPN.

Est-ce que du coup le changement de dynamique passe par une redistribution des cartes ? Le cinq Lonzo Ball-Eric Bledsoe-Brandon Ingram-Zion Williamson-Steven Adams a de la gueule. Mais dans les faits, il n'est pas particulièrement efficace et aucun de ses membre n'affiche un +/- positif dans cette configuration. Van Gundy n'a utilisé que quatre remplaçants cette nuit (NAW, Josh Hart, JJ Redick et Jaxson Hayes). Peut-être que d'autres méritent de figurer dans la rotation serrée. Melli, Lewis Jr, Hernangomez ou Gabriel auraient-ils fait beaucoup moins bien contre Minnesota ?

Si changement il y a, on devrait l'observer rapidement. NOLA sera en action mardi contre San Antonio.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest