New Orleans Pelicans, follow the Brow

Le secteur intérieur des New Orleans Pelicans a été incroyable cette nuit dans le sillage d'Anthony Davis, suffisant pour espérer les playoffs ?

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
New Orleans Pelicans, follow the Brow
Cette nuit, les New Orleans Pelicans se sont facilement imposés 101-84 contre le Magic Orlando grâce à un secteur intérieur dominateur. Dans le sillage d'un Anthony Davis terrifiant, Omer Asik et Ryan Anderson se sont montrés à la hauteur en étant des parfaits lieutenants pour le #1 pick de la draft 2012. Depuis quelques jours, on vous a livré les pronostics de la rédaction de BS concernant la saison à venir, vous avez pu constater qu'on a placé les Pelicans à la 8ème place de la conférence Ouest et que cette franchise est souvent revenue parmi nos équipes "surprises", on a fait ce choix pour une seule raison : la montée en puissance d'Anthony Davis. L'ailier-fort de 2,08m ne cesse de grandir (à tous les sens du terme) et il est en train de franchir un cap très important dans la construction de sa carrière, une carrière qui devrait être digne des plus grandes superstars de la NBA. À l'approche d'une saison charnière pour Anthony Davis, Monty Williams et les Pelicans, on s'est penché sur la principale arme de cette formation : Anthony Davis & la puissance de sa raquette.

Anthony Davis, du jamais vu depuis Hakeem Olajuwon

26 points, 17 rebonds, 9 contres, 3 interceptions en 36 minutes de jeu, même avec sa ligne de statistique Anthony Davis parvient à nous scotcher. L'intérieur des Pelicans a réalisé une prestation tout simplement incroyable cette nuit contre le Magic en dominant la rencontre de la tête et des épaules. Dès les premières minutes, il a annoncé la couleur : actif en défense, il intercepte le ballon avant de conclure avec un superbe dunk en contre-attaque. Une action révélatrice de la grande soirée de l'ailier-fort. À 21 ans (oui...), il a prouvé hier soir pourquoi il était annoncé comme la prochaine superstar de la ligue avec un impact important des deux côtés du parquet. On pourrait se dire qu'on en fait beaucoup à son sujet, mais il faut se rendre compte que sa performance est tout simplement historique et qu'il entre d'ores et déjà dans l'histoire de la ligue. En effet, depuis la saison 1985-1986, jamais un joueur depuis un certain Hakeem Olajuwon n'avait affiché une telle ligne de statistique (+ de 26 pts, 17 rebs, 9 contres, 3 interceptions). Encore plus impressionnant, il est le premier joueur à réaliser une telle prestation lors d'une opening night depuis la saison 1973-1974 (on ne comptait pas les contres avant). [html] [/html] Mais le plus fort, c'est que son impact ne s'arrête pas à ses statistiques. Propulsé franchise player des Pelicans depuis son arrivée au sein de l'équipe, Anthony Davis a les épaules pour être à la hauteur de statut et il l'a prouvé cet été en annonçant qu'il visait une qualification pour les playoffs. Avec des ambitions élevées, le jeune joueur s'est donné les moyens de ses objectifs en bossant comme un acharné pendant l'été (avant et après le Mondial) et le résultat est bluffant : il a pris du poids et de la taille (bon ça, c'est juste que c'est un monstre de la nature). Incroyable hier soir, le garçon est aussi doté d'un remarquable état d'esprit. Après la rencontre, il était hors de question de tirer la couverture à lui :
"C'est notre défense collective qui a permis à notre attaque de fonctionner, on a eu des points faciles sur les transitions. On doit assurer les rebonds, même nos arrières pour avoir une équipe encore plus forte. Moi je fais simplement mon job : je prends les rebonds, je harcèle les adversaires, je protège la raquette et je me projette", a déclaré Anthony Davis au Times Picayune.
Des statistiques impressionnantes, un apport incroyable des deux côtés du parquet, le gamin dispose de tous les atouts pour devenir une véritable superstar. Mais il peut encore faire mieux, car il fait partie de ces rares joueurs qui rendent leurs partenaires meilleurs.

Omer Asik & Ryan Anderson, les lieutenants de luxe

La différence entre un bon joueur et une véritable légende de la NBA se fait notamment sur l'impact de ce dernier sur ses coéquipiers, on dit souvent que les "grands" parviennent à tirer le meilleur des autres autour de lui. Sur cet aspect, Anthony Davis a d'ores et déjà tout d'un "grand". Bien sûr ce n'est qu'un match, le premier en plus et contre le Magic d'Orlando, mais l'opposition dans la raquette n'était pas la plus faible de la ligue et les prestations des intérieurs des Pelicans sont loin d'être anodines. Depuis plusieurs semaines, on vous présente l'association Davis-Asik comme l'une des plus complémentaires de la ligue. L'arrivée de l'ancien pivot des Houston Rockets a permis à Anthony Davis de retrouver son poste de prédilection et elle a apporté énormément d'un point de vue défensif. L'intérieur turc (14 points, 17 rebonds, 5 contres) a montré cette nuit qu'il allait être le parfait complément de son coéquipier en étant brillant dans les tâches obscures. D'ailleurs, Anthony Davis n'a pas manqué de souligner l'apport de son nouveau partenaire :
"On sait qu’on est bien servi dans la peinture, avec Omer qui est capable d'utiliser son gabarit et moi qui peut tourner autour et suivre la balle pour prendre des rebonds. C’est une très bonne combinaison", s’est satisfait Anthony Davis.
Sur le papier, ce duo est bien moins sexy que l'association Joakim Noah - Pau Gasol des Chicago Bulls, mais il sera peut être plus complémentaire et surtout bien plus efficace sur la saison à venir. Puis sans faire de bruits, Ryan Anderson est revenu de blessure. Après une longue absence, l'ailier-fort apporte un profil différent en sortie de banc et son association avec Anthony Davis est aussi prometteuse car la présence d'Anderson permet d'écarter les défenses adverses. Même s'il n'était pas vraiment dans son match jusqu'à la mi-temps, l'intérieur de 26 ans a pris littéralement feu dans le 3ème quart-temps avec plusieurs tirs à 3 points successifs. Et il ne faut pas être dupe, si ses deux joueurs ont brillé c'est aussi grâce au travail de sape de leur franchise player. Leader par les paroles, leader par les actes, Anthony Davis a tout simplement apporté son esprit de guerrier à toute cette équipe. D'ailleurs, l'agressivité des intérieurs des Pelicans (16 rebonds offensifs, 32 points sur deuxième chance) a été saluée par les deux coachs à la fin de la rencontre :
"Il faut donner beaucoup de crédits à la façon dont ils ont joué, cette agressivité et cette intensité physique. Ils ont fait la différence sur ça avec de nombreuses deuxièmes chances, ils vous sautent aux visages, c'est la différence", a commenté Jacques Vaughn (coach Orlando).   "Ils ont rattrapé toutes nos erreurs juste en étant agressifs, bravo à eux", a déclaré Monty Williams.
Monty Williams évoque les erreurs de son équipe, car même si le secteur intérieur s'est montré à la hauteur, la prestation de son équipe est loin d'être parfaite. Avec des joueurs extérieurs décevants, le coach des Pelicans sait parfaitement que son groupe va devoir progresser aussi dans les autres secteurs. La triplette Eric Gordon - Jrue Holiday - Tyreke Evans a tout simplement été nulle (12/34 aux tirs, 5 pertes de balles) et elle devra rapidement se reprendre pour épauler un secteur intérieur - encore une fois - dominateur. Portés par un Anthony Davis en mode MVP, les Pelicans disposent de tous les atouts pour être la véritable équipe surprise de la saison. Si jamais les blessures épargnent cette équipe, on fait le pari qu'elle sera en playoffs grâce à une saison tonitruante de l'un des meilleurs joueurs de la ligue à seulement 21 ans...

Highlights : Le festival d’Anthony Davis

[youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=c7Wnp7-cGlo[/youtube]
Afficher les commentaires (14)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest