Nicolas Batum, et s’il était vraiment le franchise player des Hornets ?

Après une belle montée en puissance sur les derniers matches, Nicolas Batum était en feu la nuit dernière. Une performance digne d'un patron...

Damien Da SilvaPar Damien Da Silva | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Nicolas Batum, et s’il était vraiment le franchise player des Hornets ?
On ne va pas se mentir, on a tous pensé la même chose lors du trade de Nicolas Batum des Portland Trail Blazers aux Charlotte Hornets, il s'agissait d'une belle opportunité pour le Français mais on doutait vraiment du discours des dirigeants de la franchise. De Rich Cho, le GM, à Steven Clifford, l'entraîneur, ils étaient tous très élogieux envers l'ailier, lui promettant des énormes responsabilités et même le rôle de première option offensive. Si le talent de Batum n'est plus à prouver, il venait de connaître sa pire saison en NBA de sa carrière et il semblait peu probable de le voir devenir le patron des Hornets devant des joueurs comme Al Jefferson ou encore Kemba Walker. Et pourtant, après quelques semaines de compétition, le Français a pris clairement une nouvelle dimension au sein de cette équipe, notamment lors des dernières rencontres, et il pourrait réaliser une saison canon, l'idéal avant sa Free Agency...

Batum, les épaules d'un Franchise Player ?

La nuit dernière, Batum a fait payer les Portland Trail Blazers. Très attaché à cette franchise après 7 saisons passées dans l'Oregon, le Français a été échangé aux Hornets à la fin du dernier exercice. Avec le départ très probable de LaMarcus Aldridge, les dirigeants de cette équipe avaient fait le choix de se séparer du joueur de 27 ans afin d'entamer une reconstruction, un choix qui s'avère totalement compréhensible. Mais hier, ils ont sûrement regretté cette décision. En feu, Batum a été monstrueux pour vaincre son ancienne formation en compilant 33 points, 6 passes décisives et 5 rebonds. Une performance XXL qui a même impressionné son ancien coach, Terry Stotts, et son ancien coéquipier, Damian Lillard.
"Je ne l'ai jamais vu aussi bien joué offensivement qu'en première période. Il avait un super rythme, il marquait, il passait. Bon, il n'avait pas pris de rebond, aucun", a lâché Stotts dans un rire pour The Oregonian.
"Je lui ai simplement dit que j'étais heureux pour lui. Bien évidemment, je ne voulais pas qu'il réalise un tel match contre nous. Mais j'ai toujours été un fan de son jeu, de la façon dont il joue et du coéquipier qu'il a été avec moi. Donc de le voir venir ici et jouer bien, jouer à ce niveau, je suis heureux pour lui. Je lui ai dit de continuer comme ça", a déclaré Lillard.
Si Stotts préfère en rire, le niveau affiché par Batum cette nuit n'a pas été un feu de paille, ce n'est pas une prestation majeure isolée pour prendre une revanche sur une franchise qui a décidé de l'échanger. Non, l'international tricolore est tout simplement dans la lignée de ses récentes sorties. Après un début de saison correct, bon sans être transcendant, il a pris son envol avec les Hornets. Sur les trois derniers matches, Batum tourne à 28,3 points à 31/54 aux tirs, 6 rebonds et 3 passes décisives de moyenne. De son propre aveu, l'ailier n'a jamais aussi bien joué depuis ses 15 ans, mais surtout, il a su tirer avantage des responsabilités importantes qu'il peut avoir aux Hornets. Avec un Al Jefferson assez moyen en ce début de saison, un Kemba Walker pas grandiose, il est actuellement en train de porter cette équipe sur ses épaules.
"Il joue avec une énorme confiance. Il a la taille, il a le talent et c'est un grand compétiteur avec un QI basket au-dessus des autres", a admiré Steven Clifford pour le Charlotte Observer.
Grâce à ses qualités et à sa polyvalence, Nicolas Batum s'est parfaitement intégré à son nouveau rôle à Charlotte. Considéré comme un facilitateur par son coach, le Français est en train de prendre une nouvelle dimension en s'imposant comme un Franchise Player viable au sein d'une équipe qui a le potentiel pour aller en Playoffs au sein de la Conférence Est. En 10 matches avec les Hornets, il a démontré que sa dernière année difficile aux Blazers n'était qu'un accident en raison de problèmes physiques. À 100%, Batum peut faire très mal en NBA et c'est ce qu'il réalise actuellement. Bien évidemment, il va devoir confirmer cet état de forme sur le long terme, mais il est aujourd'hui l'un des grands favoris pour le titre de meilleur joueur de la semaine de la Conférence Est, un signe que ses performances sont reconnues dans cette Ligue.

Un contrat en or l'été prochain...

Car s'il faut souligner la bonne forme actuelle de Batum sur les parquets NBA, il faut aussi penser à son avenir. En fin de saison, il sera donc Free Agent lors d'une intersaison qui s'annonce particulièrement folle avec l'explosion des droits TV. Si certaines rumeurs loufoques l'ont déjà envoyé aux Toronto Raptors, le Français avait indiqué qu'il était totalement concentré sur sa saison à venir avec les Charlotte Hornets, et il a raison puisque ses performances vont définir son prochain salaire. Après un exercice 2014-2015 décevant, la côte de popularité de l'ailier n'était pas vraiment à son maximum en NBA, mais ses dernières performances ont attiré la lumière et devraient lui rapporter très gros s'il continue sur sa lancée. Même s'il n'a joué que 10 rencontres, il affiche des statistiques en progression dans tous les domaines et ça sera bien évidemment un élément important dans quelques mois. Un signe ne trompe pas, la presse locale de Charlotte a déjà peur pour les Hornets. La raison ? Pour eux, les dirigeants devront signer un très gros chèque à Batum pour ne pas le perdre. S'il est difficile d'annoncer un éventuel chiffre pour le prochain contrat de Batum, étant donné les derniers deals signés en NBA cet été et des performances actuelles du joueur, un contrat de plus de 80 millions de dollars sur 5 ans ne serait pas totalement fou... En quelques semaines de compétition, le Français a donné un véritable nouveau souffle à sa carrière. Même s'il reste nostalgique de son époque à Portland, il a parfaitement embrassé ce nouveau défi à Charlotte pour se relancer. Et honnêtement, après sa dernière année compliquée, c'était peut-être la meilleure chose pour lui. Désormais estimé comme une première option, Nicolas Batum s'éclate et régale lors de ses sorties sur les parquets. En continuant comme ça, il va gagner sur tous les plans.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest