La renaissance de Jordan aurait elle eu lieu sans Penny Hardaway et Orlando ?

Penny Hardaway était un génie et son Orlando Magic est à la base de la renaissance de Michael Jordan en 1995. Il raconte.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
La renaissance de Jordan aurait elle eu lieu sans Penny Hardaway et Orlando ?

On l'oublie parfois, mais Michael Jordan n'est pas revenu en NBA comme si de rien n'était après sa première retraite. Son quatrième titre de champion avec les Chicago Bulls, il ne l'a décroché qu'après avoir d'abord pris le bouillon lors des playoffs 1995 contre le Orlando Magic (défaite 4-2 en demi-finale de Conférence). Les Floridiens avaient l'une des équipes les plus séduisantes de l'époque, avec le tandem Shaquille O'Neal-Penny Hardaway et Jordan a attendu 1996 pour les écarter de son chemin en finale de Conférence (4-0).

Penny Hardaway, justement, est revenu sur cette période de transition particulière et sur le rôle qu'a joué son équipe du Magic sur la motivation de Michel Jordan a reconquérir son trône.

"Michael n'était pas à son meilleur niveau. Ce n'était pas le MJ que l'on connaissait. Quand il est revenu, il était rouillé et c'était normal. Même quand il a repris son numéro 23 pour le game 2, il a été un peu meilleur, mais on voyait quand même qu'il était toujours rouillé.

Le United Center (qui avait été inauguré l'année passée, NDLR) n'était pas trop son truc au début. Il avait du mal avec la planche, le cercle, le fait que la salle soit plus grande... Beaucoup de choses ont joué en notre faveur, il n'était pas lui-même, c'est clair. On les a donc battus et ça a vraiment fait mal à Michael.

Tout l'été qui a suivi, on était dans son esprit. Il s'est mis en tête que nous étions cette nouvelle équipe qui arrivait pour se mettre en travers son chemin et qu'il devrait battre comme il avait dû le faire avec les Pistons et d'autres. L'année suivante, donc, il est arrivé contre nous avec l'esprit de revanche. Même si on était blessés, c'était un Michael Jordan complètement différent.

Il était plus difficile à défendre, mais il était aussi beaucoup plus tenace en défense. C'était devenu personnel pour lui", raconte Hardaway dans son passage chez Colin Cowherd. 

Derrière, Orlando s'est petit à petit désintégré, au gré des blessures de Penny Hardaway et de l'envie de Shaquille O'Neal de briller sous les spotlights de Los Angeles. Michael Jordan, lui, a guidé Chicago vers un second Three-Peat, avant de raccrocher les sneakers pour la deuxième fois.

Si pour une quelconque raison vous n'étiez pas au courant que Penny Hardaway était l'un des plus gros gâchis de l'histoire du sport, cette vidéo de son top 40 avec Orlando devrait y remédier.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest