100 SAC
99 BOS
125 ORL
121 WAS
114 MEM
131 DEN
108 NOP
100 GSW
122 LAL
101 ATL

Phil Jackson, Twitter Master ou presque…

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

On s'est replongé sur quelques uns des faits d'armes de Phil Jackson sur Twitter. Le Zen Master a alterné le bon et le... nettement moins bon.

Lorsque Phil Jackson s'est inscrit sur Twitter en mars 2013, peu avant son retour aux affaires en NBA, on s'est dit que le Zen Master allait être du genre divertissant. On n'a pas été déçus du voyage. Si sa parole est rare, le président des New York Knicks a fait le job, entre traits d'esprit, explications tactiques, prophéties manquées, comparaisons foireuses et roublardises. Sa dernière sortie, clairement destinée à faire comprendre à Carmelo Anthony qu'il ne compte pas sur lui, nous a donné envie de nous replonger dans l'historique du coach le plus titré de tous les temps en tant que "twittos".

Son plus beau tweet

Incontestablement son premier. Après avoir donné l'impression de ne pas savoir taper sur un clavier d'ordinateur le 27 mars 2013 ("11 champ;ipnsikp[ ringhs"), Jackson a attendu le lendemain pour poster une vidéo expliquant ce message inaugural. Un must et un joli coup de com' à l'époque.

Le tweet le plus mal interprété

Le 25 juin 2013, Phil Jackson poste quatre mots surprenants. "Mo is a bitch". On se demande alors si on n'a pas loupé un beef passé entre le Zen Master et Mo Williams ou tout autre Maurice de la ligue. Après quelques heures de doute, on comprend qu'il s'agit simplement de l'abréviation du mot momentum...

Sa plus mauvaise prophétie

Ravi de voir son poulain Brian Shaw nommé au poste de head coach des Denver Nuggets, Phil Jackson y va de son éloge. "Je suis heureux pour B-Shaw. Je pense que les Nuggets vont vraiment bénéficier de sa présence. C'est une bonne équipe pour mettre en place des systèmes offensifs". Brian Shaw n'arrivera jamais à se faire comprendre de ses joueurs et sera remercié en 2015 après 59 matches. Bien vu l'aveugle.

Sa bonne intuition

Alors que les Celtics surprennent leur monde en nommant Brad Stevens, un jeune coach arrivé de Butler en NCAA, au pote de head coach, Phil Jackson est l'un des premiers (et des seuls) à saluer cette décision. "Félicitations à Danny Ainge pour avoir engagé Brad Stevens. Il a l'allure d'un leader serein. J'espère qu'il aura l'art du camouflage du rhinocéros pour tenir le coup en NBA". Boston est aujourd'hui 2e de la Conférence Est et Stevens l'un des coaches les plus respectés du pays.

Le tweet de poucave

Devant sa télé, Phil Jackson peste devant une rencontre du Heat et le comportement selon lui inapproprié d'Erik Spoelstra. "Pourquoi la NBA autorise-t-elle les coaches à être sur le terrain ? Spoelstra est sur le parquet sur cette violation des 8 secondes". On suppose qu'il a ensuite écrit un courrier à David Stern pour lui rappeler ce point du réglement et lui demander d'être plus strict. "Moi, de mon temps, blablabla..."

Le tweet un peu rageux

Alors que San Antonio est encensé par tout le monde et s'apprête à décrocher un nouveau titre de champion, Phil Jackson explique que les Spurs ne sont pas une dynastie. "Pour les mecs qui ne sont pas d'accord avec moi : je vous rappelle que la définition d'une dynastie, c'est un règne consécutif. Je suis désolé mais les Spurs n'ont jamais gagné deux fois de suite". Techniquement, c'est vrai. Moralement, c'est un peu bitchy...

Le voeu pieu pas respecté

"Nous allons reconstruire une équipe avec des joueurs qui se complémentent et qui vont jouer dans un style que les dieux du basket approuveront", lance le Zen Master en mars 2015 après deux premières saisons décevantes. Malheureusement, la machine n'est toujours pas relancée et on a du mal à imaginer que les dieux du basket prennent beaucoup de plaisir à regarder les bouillies proposées par les Knicks depuis le début de l'année...

Le tweet de hater

"Les analystes m'ont donné leur diagnostic sur les équipes qui se basent sur le shoot à 3 points durant ces playoffs. Sérieusement, comment vont-elles ?", lâche un Phil Jackson taquin en mai 2015, alors que les Warriors ont quelques difficultés à s'exprimer aussi bien qu'en saison régulière. Malheureusement pour Phil Jackson (et Charles Barkley), la "jump shooting team" de Steve Kerr remportera le titre et le "goink" deviendra une source de moqueries de memes sur Internet...

Le tweet de troll aigri

En février 2016, au plus fort de la hype autour de Stephen Curry et alors que le meneur des Warriors défie l'entendement sur le plan statistique, Phil Jackson lance une petite pique très remarquée au futur double MVP. "Vous n'avez jamais vu un joueur comme Stephen Curry ? Il ne vous rappelle pas Chris Jackson alias Mahmoud Abdul-Rauf, qui avait fait un passage court mais brillant en NBA ?". S'il a assuré ensuite ne pas avoir eu l'intention de minimiser le talent du joueur des Warriors, ça y ressemblait quand même beaucoup avec tout le respect que l'on a pour Ab

-