Pourquoi Wilt Chamberlain pensait être plus fort que Michael Jordan

Pourquoi Wilt Chamberlain pensait être plus fort que Michael Jordan

Wilt Chamberlain n'était pas en admiration béate devant Michael Jordan. Il aurait été amusant de l'entendre en 2020 sur la question du GOAT.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

Ah, si seulement Wilt Chamberlain était encore de ce monde... Disparu en 1999, à l'âge de 63 ans, le mythique pivot NBA aurait pu nous offrir de belles punchlines et des avis sur le débat autour du meilleur joueur de tous les temps. Rares sont ceux qui osent aujourd'hui être irrévérencieux sur la question avec Michael Jordan. A l'époque, malgré le respect qu'il avait pour la star des Chicago Bulls, Wilt Chamberlain n'hésitait jamais à remettre en place ceux qui lui assénaient que MJ était un plus grand joueur que lui.

"The Stilt" avait le sens de la formule. Dans les années 90, au plus fort de la domination de Michael Jordan, plusieurs passages télévisés de l'homme aux 100 points dans un match ont donné lieu à quelques petites piques.

En 1996, après le sacre des Bulls en Finales contre Seattle, Wilt Chamberlain s'était ainsi vu demander ce qu'il pensait des 4 titres de Jordan et de sa place dans la hiérarchie du GOAT. Pour lui, Bill Russell, son rival et ami, méritait par exemple plus de crédit.

"J'ai un ami avec lequel je discute environ une fois par semaine. Vous savez ce qu'il dit des quatre titres de champion de Michael Jordan ? Il n'en dit rien. Parce que lui en a gagné 11. Je ne pense pas que l'on puisse prêcher pour la grandeur d'un type uniquement parce qu'il a gagné des titres. Beaucoup de joueurs ont fait partie d'équipes championnes sans rien faire concrètement".

Bill Russell et Wilt Chamberlain : courses sauvages sur les routes américaines

Quant au statut de meilleur attaquant de l'histoire, Chamberlain n'était pas non plus très enclin à décerner ce titre à MJ...

"Jordan, le meilleur scoreur ? Ce que les gens oublient, c'est que j'ai marqué énormément de points lors de mes 7 premières années dans la ligue, puis que je me suis arrêté de scorer de mon plein gré. J'ai essayé de faire d'autres choses. Et on m'a demandé de faire d'autres choses. Si j'avais continué de scorer, j'aurais tourné à 40 points de moyennes sur ma carrière.

Est-ce que ça fait de moi le meilleur scoreur ? Je vous en laisse juge. Ce que je peux vous dire, c'est que pendant toutes ces saisons où j'ai dominé la ligue au scoring, je dominais aussi la ligue au pourcentage. Si tu prends tous les tirs, tu te dois d'être au pourcentage le plus haut.

Donc quand ils me comparent à Michael, qui tournait à 31 points de moyenne en carrière, je dis que moi je me suis arrêté de scorer à un moment".

Dans un autre entretien, le "Big Dipper" expliquait pourquoi cela l'agaçait quand on lui disait que Michael Jordan était un meilleur basketteur que lui.

"Oui, ça m'ennuie, parce que chacun a droit à son opinion. Je ne pense pas qu'avec ce qu'il a fait et ce qu'il fait aujourd'hui, avec le jeu tel qu'il est aujourd'hui, qu'il soit meilleur qu'un certain nombre de gens. Michael dans son prime contre moi dans mon prime ? Combien d'argent vous seriez prêt à mettre sur la table ?".

Idem lorsque l'hypothèse d'un Michael Jordan en train de dunker sur les intérieurs des années 60 et 70 lui a été soumise.

"Il mesure 2 mètres et pèse environ 90 kg. Je ne pense pas que ç'aurait été très sage de sa part de venir face à nous dans la raquette. On l'aurait laissé faire ses trucs sophistiqués en dehors de la raquette. Je ne penses pas qu'il se serait fait écraser dans la raquette, j'en suis sûr. Ca n'aurait pas été bon pour lui".

Et enfin, au moment d'évoquer à nouveau la place de Jordan dans l'histoire :

"J'étais tellement dominant, j'ai tellement détruit le jeu, que ça effrayait les gens. Je dirais à Michael que tant que l'on n'a pas changé le jeu à cause de lui, il ne peut pas recevoir autant d'éloges que d'autres joueurs avant lui".

On aurait aimé être une petite souris en 1997 lors des célébrations autour de la meilleure équipe de l'histoire de la NBA, avec toutes les légendes invitées à la cérémonie. Attablés dans un coin, Michael Jordan et Wilt Chamberlain ont apparemment passé une partie de la soirée à débattre ardemment de cette question du GOAT. La discussion a paraît-il été aussi intense que l'on peut l'imaginer entre ces deux-là...

Quand Wilt Chamberlain dominait Magic et sa team à presque 50 ans

 

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest