FIBA World Cup – Le Power Ranking du 1er tour

BasketSessionPar BasketSession Publié

Voici notre Power Ranking du 1er tour de la FIBA World Cup 2019, avec le rapport de force qui se dégage des trois premières rencontres.

Russie FIBA World CUp 2019
Crédit : FIBA BASKETBALL

12- Russie

Le casting de cette team russe n'incitait pas franchement à la confiance avec moins de noms connus du grand public qu'à une époque. Sans faire de bruit, la Russie est arrivée très bien préparée en Chine et a commencé fort en stoppant le Nigeria et ses joueurs NBA, puis en maîtrisant la Corée. La courte et logique défaite contre l'Argentine n'a pas entamé la confiance d'une équipe pas du tout spectaculaire mais qui fait le job avec une belle répartition du scoring et des tâches à accomplir. A noter l'excellent tournoi des deux vétérans Nikita Kurbanov et Vitaly Fridzon.

Les Russes ont une belle opportunité de se qualifier pour les quarts de finale puisqu'ils affrontent deux nations théoriquement à leur portée : la Pologne, invaincue, et le Venezuela. Au-delà, ce sera quand même mission impossible.

11- Pologne

Dans le très ouvert groupe A, les Polonais ont fait preuve d'une magnifique ténacité et d'une constance qui leur ont permis de sortir invaincus de la poule. Il n'y avait rien de fantasmagorique dans le jeu pratiqué par les hommes de Mike Taylor, mais la patte du coach américain s'est faite sentir. Tout ça était très bien coaché et la masterclass de Mateusz Ponitka contre la Chine (25 points, 9 passes) a marqué les esprits dans une rencontre difficile.

Pour leur première Coupe du monde depuis 1967, les Polonais ont une vraie chance d'accéder aux quarts de finale. Ils devront écarter la Russie et le Venezuela de leur route, ce qui paraît envisageable. Au même titre que les Russes, rêver d'un parcours plus long sera ensuite utopique contre la Serbie, l'Espagne ou l'Italie selon les résultats.

10- Italie

Sans surprise, l'Italie s'est avérée moins forte que la Serbie, l'épouvantail du groupe D. Sans surprise, aussi, l'Angolo et les Philippines n'ont pas pesé bien lourd face à la Squadra Azzurra. Difficile du coup de savoir où se situe le réel niveau de l'équipe, alors que se profilent des matches face à l'Espagne et Porto Rico. Tout se jouera contre la Roja vendredi après-midi.

De ce que l'on a vu, les Italiens sont quand même extrêmement portés sur le shoot à 3 points. Une approche qui peut se comprendre avec Marco Belinelli et Danilo Gallinari comme chefs de chantier, mais qui comporte tout de même sa part de risques face à des équipes d'un niveau théoriquement supérieur comme l'Espagne. On ne les condamne absolument pas, mais les voir atteindre les quarts serait tout de même une petite surprise.

Lire la suite