Preview : Houston-Golden State, la « vraie » finale

BasketSessionPar BasketSession Publié

Les Houston Rockets et les Golden State Warriors sont les deux favoris pour le titre cette saison. Problème, les voilà qui s'affrontent en finale de Conférence à partir de cette nuit.

No disrespect pour les Boston Celtics et les Cleveland Cavaliers, qui nous ont fait du bien cette saison dans des registres différents. Mais voilà plusieurs semaines, plusieurs mois, que les Houston Rockets semblent être la seule équipe capable de faire un peu suer les Golden State Warriors pour le titre. Il y a de bonnes chances pour que le vainqueur de cette série bouillante brandisse le trophée Larry O'Brien à la mi-juin.

Le joueur clé

A Houston : Chris Paul

James Harden sera élu MVP de la saison régulière, ça ne fait aucun doute. Pourtant, le métronome de cette équipe des Rockets, et on l'a vu de façon éclatante dans ces playoffs, c'est bien Chris Paul. Sa capacité à être un poison défensif, un organisateur de jeu magnifique et un leader vocal est clairement ce qui manquait aux Texans dans leurs précédentes campagnes. Si "CP3" est au meilleur de sa forme, Houston ne sera pas loin de l'exploit.

A Golden State : Stephen Curry

Même cas de figure qu'à Houston. Kevin Durant a beau être le basketteur le plus fort et injouable des Warriors, l'identité de Golden State, c'est Stephen Curry qui l'a développée. Le double MVP, revenu de blessure et de mieux en mieux, peut faire vriller un match positivement par la simple grâce de son shoot et de son ball handling. S'il respecte ses standards en termes d'adresse et amène le grain de folie dont il est capable, les Warriors n'ont pas grand chose à craindre.

Notre gars sûr

A Houston : Clint Capela

Le pivot suisse a énormément progressé cette saison et c'était un vrai plaisir de le voir passer d'une raquette à l'autre à la vitesse de l'éclair, basher tout ce qui bougeait et afficher une vraie complicité technique avec Chris Paul. Défensivement, l'ancien joueur de Chalon est en train de devenir un monstre et il se voit proposer un challenge non moins monstrueux. De sa capacité à encaisser les switches sur pick and roll des Warriors entre Curry et Durant dépendront aussi les chances des Rockets. A lui seul, il peut contrarier le small ball flamboyant des Californiens et ça vaudra forcément le coup d'oeil.

A Golden State : Andre Iguodala

Comme chaque année, il s'est décidé à jouer à fond au début des playoffs pour rappeler qu'il n'est pas un role player lambda. "Iggy" se verra forcément assigner une tâche défensive-clé dans cette série, avec des duels intenses et compliqués contre le roi du fadeaway sur une jambe à 3 points James Harden. On sait que son apport statistique sera négligeable, mais que son intensité et son QI basket, notamment en défense, seront absolument déterminants pour les champions en titre.

Le joueur qui fera perdre son équipe

A Houston : James Harden

A priori, ce n'est pas Chris Paul qui mangera la feuille avec un 3/20 au shoot, une volonté d'iso farouche et une capacité à fermer le passage aux hommes aussi peu développée qu'une porte de saloon ou une soeur Kardashian-Jenner. Harden a été complètement absent de deux moments forts pour les Rockets ces dernières années : la "remontada" contre les Clippers orchestrée par Josh Smith et Corey Brewer pendant qu'il cuvait sur le banc, et la défaite face aux Spurs il y a deux ans où même Manu Ginobili et ses cannes de quadra étaient parvenus à le contrer sur un shoot crucial.

A Golden State : Draymond Green 

Green est irréprochable depuis le début des playoffs. C'est même le meilleur joueur des Warriors, qui n'affichent pas beaucoup de lacunes au moment de se pointer dans cette finale de Conférence. Si Draymond doit flancher, ce sera parce qu'il aura fauté la veille d'un match. Soit en tardant un peu trop avec Lisa Ann (pour discuter fantasy basketball, hein, n'allez pas vous imaginer des choses), soit parce qu'il sera allé se taper avec Charles Barkley. Dans les deux cas, Golden State sera privé de son meilleur combattant.

Le duel que tout le monde attend : Backcourt vs backcourt

On peut difficilement faire sur la base arrière en NBA que les Splash Brothers d'un côté et le tandem Chris Paul-James Harden qui a fait taire les sceptiques en quelques semaines. Ca peut prendre chaud très vite des deux côtés, mais on guettera aussi lequel des quatre fatiguera le plus vite ou ne se montrera pas à la hauteur de l'événement. Il y en aura forcément au moins un...

Le duel qu'on attend : Steve Kerr vs Mike D'Antoni

Deux coaches de l'année, deux coaches offensifs qui ont contribué à faire de la NBA ce qu'elle est aujourd'hui. Sans le 7 seconds or less de D'Antoni à Phoenix, les Warriors ne joueraient sans doute pas comme ça aujourd'hui. Le reste de la ligue non plus, d'ailleurs. Le plus fou, c'est qu'ils ont évolué ensemble à Phoenix en 2007-2008, avec Kerr en General Manager et D'Antoni sur le banc. Ça ne s'était pas très bien terminé, puisque D'Antoni avait quitté Phoenix en cours de route et que leur tandem n'avait pas été aussi fructueux qu'espéré.

Le duel de l'horreur : Gerald Green vs Nick Young

On s’est bien marré, et Steve Kerr aussi, à voir jouer Nick Young en saison régulière avec ce qui est l’une des plus grosses forces de frappe offensives de l’histoire. Mais toutes les bonnes choses ont une fin et Steve Kerr blague un peu moins en playoffs. Résultat, si on voit un duel entre Swaggy P et Gerald Green, il y a des chances que ce soit dans le garbage time, à l’occasion d’un sale blowout qui n’est pas vraiment espéré par les amateurs de suspense. Et de basket.

Parce qu’un garbage time où ces deux cinglés enchaîneront les shoots avec la même cohérence qu’un mec sous flakka (on a failli dire qu’un Gerald Green sous flakka, mais cette histoire de novembre 2015 est définitivement trop sombre pour ce genre de référence) serait aussi moche qu’un tir de Jooks ou que la houpette de Rudy Fernandez.

---

Le scénario logique

Golden State a économisé ses forces toute la saison pour arriver en full force dans les matches-clés de playoffs. Si tout se déroule comme prévu pour eux, les Warriors seront suffisamment frais et efficaces pour ne pas perdre plus de deux matches, même contre leur seul rival crédible à l'Ouest. 4-2 pour Golden State.

Notre scénario rêvé

Un match en 7, peu importe le gagnant. On a besoin de savoir que Golden State ne peut pas se pointer tranquillement contre la meilleure équipe de la saison régulière et la sweeper ou ne lui laisser qu'un pauvre match en consolation. Pour la compétitivité de la ligue, une belle séire bien accrochée et indécise serait une formidable pub. Et inciterait les autres équipes à ne pas partir perdantes en début de saison face à la superpuissance de la Bay Area. Si Golden State l'emporte au terme des 7 matches, ça nous ira bien aussi. Un quatrième volet de la saga intergalactique face aux Cavs ou la découverte d'un nouvel adversaire de taille comme Boston aurait de la gueule.

Le scénar de l’horreur

Comme dit plus haut, un sweep en faveur des Warriors. Si Houston n'est pas capable de faire transpirer Golden State, c'est la fin des haricots et on peut filer le titre à Golden State sur les deux ou trois prochaines années sans sourciller.

---

Le cinq que l'on veut voir

A Houston : Du very, very, very small ball. Chris Paul - James Harden - Eric Gordon - Trevor Ariza - PJ Tucker.

A Golden State : Le Death Line Up sur 48 minutes. Curry-Thompson-Iguodala-Durant-Green.

Le cinq de l'horreur

A Houston :  Gerald Green - Joe Johnson - Luc Mbah-a-Moute - Ryan Anderson - Nene.

A Golden State : Quinn Cook - Nick Young - Shaun Livingston -  Zaza Pachulia - JaVale McGee.

Le prono de BS pour Rockets vs Warriors

4-2 pour Golden State. La logique sera respectée.

Le prono de notre consultant Nadil Bjellit

"James Harden a prouvé cette saison qu’il était le meilleur joueur de l'histoire à égalité avec Karim Benzema. Comme je l'ai brillamment exposé dans une analyse chirurgicale postée dans un tweet, je me demande si, comme pour Gregg Popovich, ce ne serait pas la saison de trop pour Stephen Curry et Kevin Durant. 4-0 pour Houston".