Training : Travailler sa proprioception pour prévenir les blessures

Training : Travailler sa proprioception pour prévenir les blessures

Pour prévenir les blessures aux chevilles et aux genoux qui touchent régulièrement les joueurs et joueuses de basket, il existe une méthode simple : la proprioception.

Frédéric YangPar Frédéric Yang  | Publié

Quand procéder au travail de proprioception ?

La proprioception peut s’effectuer tous les jours pendant une vingtaine de minutes de manière préventive. Beaucoup la jugent utile uniquement avant un entraînement ou un match, mais rien ne vous empêche d’en faire chaque jour. En cas de blessures, elle peut être recommandée par votre kiné lors de votre rééducation et non pas pendant la période de convalescence. Si votre cheville est toujours enflée, il ne faut surtout pas effectuer des exercices de proprioception. Reposez-vous et immobilisez votre jambe douloureuse.

La proprioception, pas un remède miracle !

Même si elle très efficace pour prévenir les blessures, la proprioception n’est pas un remède miracle qui vous garantira d’éviter les entorses. Car celles-ci sont provoquées par de multiples raisons : chevilles laxes, pieds plats, morphotypes particuliers des pieds, etc.

Si votre corps est mis en alerte par la proprioception, les entorses arrivent souvent (pour ne pas dire toujours) lors des moments de relâchement. Exemple simple : vous êtes en train de tirer, votre esprit est concentré sur la balle qui va rentrer ou non dans le cercle puis, à ce moment précis, votre pied va venir s’écraser puis se tordre sur le pied d’un défenseur ou d’un coéquipier, lors de votre atterrissage sans que votre corps et votre esprit soient justement en alerte. Dans ce cas précis, le travail de proprioception en amont peut permettre d’améliorer ou d’optimiser la réaction suite à la torsion anormale de la cheville, mais elle ne pourra pas complètement empêcher le choc et la blessure.

Lire la suite
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest