Quels Bleus pour se qualifier au Mondial ?

Quels Bleus pour se qualifier au Mondial ?

Vincent Collet se prépare déjà à composer un groupe privé des joueurs NBA et Euroleague pour les qualifications. Les Bleus bis sauront-ils faire le job ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Équipe de France
L'élimination précoce de l'Euro n'est pas encore digérée qu'il faut déjà se pencher sur l'avenir immédiat des Bleus. Si la prochaine compétition officielle, la Coupe du monde 2019, n'est que dans deux ans, encore faut-il s'assurer d'y participer. Le premier groupe - oui, pour le fun, il y en aura deux - est très abordable, d'autant que trois des quatre équipes engagées décrocheront un billet pour le second. Dans cette première poule, les Bleus affronteront la Belgique, la Bosnie et la Russie. Pas des peintres, surtout les Russes, mais rien d'insurmontable. Un problème de taille se pose néanmoins, en tout cas pour les deux premières fenêtres de rencontres. L'impossibilité de compter sur une immense majorité des joueurs inclus dans le Team France concocté ces derniers mois. Face à la Belgique et la Bosnie (les 24 et 27 novembre prochains), puis contre les Russes et les Belges (pour le match retour) en février, Vincent Collet sait déjà qu'il devra se passer de ses joueurs NBA. Exit donc Nicolas Batum, Rudy Gobert, Joffrey Lauvergne, Evan Fournier, Frank Ntilikina, Timothé Luwawu-Cabarrot et Guerschon Yabusele. Le sélectionneur devra ensuite faire au cas par cas avec les joueurs dont les clubs disputent l'Euroleague qui débute mi-octobre. La plupart des basketteurs concernés seront des cadres de leurs formations respectives et on peut supposer que celles-ci tenteront de les dissuader de participer aux quatre rencontres en question. Ce qui exclurait, dans le pire des scénarios, Nando De Colo (CSKA Moscou), Thomas Heurtel (Barcelone), Rodrigue Beaubois (Saski Baskonia), Kévin Séraphin (Barça), Kim Tillie (Olympiakos), Léo Westermann (CSKA Moscou), Fabien Causeur (Real Madrid), Antoine Diot (Valence), Nobel Boungou-Colo (Khimki Moscou), Adrien Moerman (Barcelone), Vincent Poirier (Vitoria) Mathias Lessort (Etoile Rouge Belgrade), Axel Toupane (Zalgiris Kaunas) et Amath M'Baye (Olimpia Milan). Vingt et un joueurs sont potentiellement hors course sur le noyau de 37 dans lequel Collet est censé piocher...

Quid de Babac ?

Sur les éléments a priori disponibles, il y a également les inconnues autour de Boris Diaw et Yakuba Ouattara. On peut supposer que le capitaine tricolore a reçu des propositions de la part de plusieurs franchises NBA et il n'est pas certain qu'il attendra les deux premiers matches de qualification pour signer un contrat. "Babac" n'a pas besoin d'argent, mais il doit tout de même songer à ce qui sert le mieux son intérêt personnel sur ce coup, alors qu'il se trouve au crépuscule de sa carrière. Peut-être patientera-t-il jusqu'à fin novembre, à la limite, mais s'il fait partie d'un roster NBA en février, la franchise en question ne pourra décemment pas le libérer. C'est le flou également autour de Yakuba Ouattara et son two-way contract avec les Nets qui le confinera la majeure partie du temps en G-League. Il sera peut-être plus simple pour lui de se libérer, mais il est aussi possible qu'il ait sa chance en équipe première et que son contrat soit requalifié.

L'intérêt national comme argument auprès des clubs de Pro A ?

Restent donc les joueurs des championnats exotiques (Edwin Jackson en Chine), ceux dont les formations françaises qui disputent l'Eurocoupe ou la Ligue des champions accepteront de privilégier l'intérêt national, à savoir Ousmane Camara (Chalon), Mouhammadou Jaiteh (Limoges), Livio Jean-Charles (ASVEL), Alpha Kaba (ASVEL), Louis Labeyrie (Strasbourg), Paul Lacombe (Monaco), Charles Kahudi (ASVEL) Nicolas Lang (ASVEL), Jérémy Leloup (Strasbourg) et Axel Bouteille (Limoges), mais aussi les expatriés Andrew Albicy (engagé en Eurocoupe avec Andorra) et Moustapha Fall, lequel ne sera pas sur la scène européenne avec le promu turc Sakarya, ou le local lui aussi sans implication continentale Axel Julien (Dijon). Finir dans les trois premiers d'un groupe de quatre ne sera pas une tâche insurmontable, quels que soient les joueurs engagés jusqu'en juillet 2018, date de la fin de la première phase. Les maux de tête seront plus intenses en ce qui concerne la 2e phase de poules, qui se tiendra en septembre et novembre 2018, puis en février 2019. Il s'agira cette fois de sortir d'un groupe de six, en finissant à nouveau parmi les trois premiers. Le niveau y sera plus homogène, prudence donc. Les roster probable, duquel il faudra retirer a priori deux joueurs Arrières : Andrew Albicy, Paul Lacombe, Axel Julien, Edwin Jackson, Axel Bouteille. Ailiers : Livio Jean-Charles, Jérémy Leloup, Charles Kahudi, Nicolas Lang. Intérieurs : Moustapha Fall, Ousmane Camara, Louis Labeyrie, Alpha Kaba, Mouhammadou Jaiteh.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest