Quand Dennis Rodman craquait après avoir été nommé DPOY en 1989

Dennis Rodman ne pouvait contenir ses émotions après avoir été nommé meilleur défenseur de la saison en 1989. Normal, vu son histoire.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / Vidéo
Quand Dennis Rodman craquait après avoir été nommé DPOY en 1989

Le parcours de Dennis Rodman est hallucinant. Son père l’a abandonné très tôt et il a grandi uniquement avec ses sœurs et sa mère, qui ne donnait que très peu d’attention. Il n’a presque pas joué au basket au lycée, où il disait lui-même ne pas être en mesure de « marquer un layup ». C’est seulement après avoir poussé d’un coup qu’il a pu convaincre un coach de lui donner sa chance. Mais ça n’a pas suffit pour attirer le regard des prestigieuses universitaires. Ni même d’aucun programme NCAA en réalité. Comme son futur coéquipier Scottie Pippen, il a fait ses armes en NAIA, l’échelon inférieur. Drafté au second tour, il a débarqué aux Detroit Pistons en 1986.

Trois ans plus tard, il s’affirmait comme l’un des joueurs clés de la rotation des champions en titre. Avec, comme récompense, un premier trophée de DPOY (il a été nommé deux fois meilleur défenseur de l’année). « The Worm » a fondu en larmes au moment de recevoir son award.

Il faut vraiment comprendre d’où vient – ou revient – Dennis Rodman pour analyser en partie certains de ses agissements loufoques. Il a été SDF après le lycée avant d’être accueilli par une famille blanche de l’Oklahoma. Là-bas, il a parfois souffert de racisme, notamment en étant frappé et menacé d’une arme juste parce qu’il sortait avec une femme blanche. Du coup, le Hall Of Famer a souvent laissé aller ses émotions à chaque fois qu’il a été récompensé. Parce chaque accomplissement, pour lui, est une sacrée victoire sur la vie.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest