Rubio-Teague-Hill, qui est gagnant ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Trois meneurs de bon calibre ont échangé leurs places pendant l'intersaison. Qui de Ricky Rubio, Jeff Teague et George Hill s'en sort le mieux pour l'instant ?

Un petit jeu de chaises musicales s'est opéré durant l'intersaison entre trois meneurs de la ligue. Pas des cracks, mais des joueurs respectés, All-Star pour l'un d'entre eux.

Ricky Rubio a quitté les Wolves pour rejoindre le Jazz et y remplacer George Hill, parti à Sacramento.

Jeff Teague a lui pris la place Rubio dans le Minnesota.

Il est évidemment un peu tôt pour livrer un verdict définitif sur les éventuels gagnants et perdants de ce mouvement tripartite. On peut en revanche se pencher sur la manière dont les trois joueurs ont débuté leur saison.

A la lumière des dernières rencontres, voici ce que l'on peut retirer des premières statistiques les concernant.

Collectivement, leurs équipes se classent de la sorte : 1- Minnesota (Teague) et Utah (Rubio), avec 5 victoires et 3 défaites, 3- Sacramento (Hill), avec 1 victoire et 7 défaites.

Au scoring : 1- Ricky Rubio : 17.5 points (+6.4 par rapport à la saison passée),  2- Jeff Teague : 13.1 points (-2.2) 3- George Hill (-7.3).

A la passe : 1- Jeff Teague : 7.8 passes (=), 2- Ricky Rubio : 6.5 passes (-2.6), 3- George Hill : 2.7 passes (-1.5).

L'adresse globale : 1- George Hill : 45.6% (-2%), 2- Ricky Rubio : 43.7% (+3.5%), 3- Jeff Teague : 42% (-2.2%).

A 3 points : 1- George Hill : 50%, avec près de deux fois moins de tentatives/match (+9.7%), 2- Jeff Teague : 39.1% (+3.4%), 3- Ricky Rubio : 37.2% (+6.6%).

Au Player Efficiency Rating (pour l'activité et l'efficacité globale) : 1- Ricky Rubio (19), 2- Jeff Teague (15.8), 3- George Hill (10).

A Salt Lake City, Rubio prend ses marques et semble en confiance, avec une agressivité offensive très intéressante (un peu plus de passages sur la ligne notamment), comme lors de la rencontre face à Portland la nuit dernière (30 points). L'Espagnol développe sa relation avec Rudy Gobert et le début de saison du Jazz, en tenant compte des départs de Gordon Hayward et Hill, est plutôt réussi. Rubio devrait logiquement délivrer plus de passes décisives au fur et à mesure de la saison et devra faire en sorte de ne pas trop chuter au niveau de l'adresse. C'est à ce prix que l'on pourra estimer que la greffe a pris.

Chez les Wolves, Jeff Teague est confronté au petit problème d'alchimie assez attendu qui touche l'équipe de Tom Thibodeau. Comptablement, Minny se porte très correctement, mais on ne sent pas encore que le quatuo Butler-Teague-Wiggins-Towns fonctionne à plein régime. Teague n'est néanmoins pas particulièrement en sous-régime et c'est surtout Butler qui est attendu en progrès sur le plan statistique.

A Sacramento, le rendement de George Hill est assez paradoxal. Venu encadrer le développement de De'Aaron Fox notamment, Hill a du mal à s'exprimer comme dans l'Utah avec son profil de bon défenseur plutôt habile à la finition. S'il n'a jamais été un pur créateur, ses 2.7 passes/match font un peu tâche, alors que que son adresse reste plus qu'acceptable. Habitué à jouer la qualif' en playoffs avec les Spurs, les Pacers et le Jazz l'an dernier, Hill se retrouve dans une situation de transition qui ne lui permet pas d'avoir le même impact. Il est, à cette heure, le plus grand perdant de ce jeu de chaises musicales. Pas sur le plan financier évidemment, puisqu'il touche 12 millions de dollars de plus par an en Californie...