RJ Barrett, lueur d’espoir dans la tempête des Knicks

RJ Barrett, lueur d’espoir dans la tempête des Knicks

RJ Barrett va être particulièrement intéressant à suivre du côté des New York Knicks pour sa deuxième saison dans la ligue.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Même pas besoin de se concentrer sur la présaison pour savoir que les New York Knicks seront nuls en 2021. L’effectif dans son ensemble est faible (malgré quelques individualités intéressantes) et la franchise semble disposée à aligner certains vétérans sans saveur plutôt que ses jeunes joueurs. Rien de nouveau à Manhattan. Mais avec tout de même une éclaircie dans la grisaille : RJ Barrett.

Le Canadien, troisième choix de la draft 2019, sort d’une première saison correcte mais pas sensationnelle chez les pros. 14 points, 5 rebonds, 40% aux tirs. Il est déjà plus attendu pour sa deuxième année dans la ligue. Parce que c’est pour lui l’occasion de se tester dans la peau d’un « faux franchise player » sans toutefois avoir une « vraie obligation de résultat. »

Autrement dit, même s’il n’est pas encore prêt pour assumer un statut de superstar, il pourrait endosser le costume du patron tout en sachant que les Knicks n’ont pas pour ambition de faire les playoffs cette saison. Mais pour apprendre, il faut aussi avoir des responsabilités.

On veut voir Barrett ballon en main. On veut le voir en dépositaire du jeu (pauvre) de l’équipe new-yorkaise. Le voir faire des erreurs mais engranger de l’expérience dans ce rôle si particulier auquel il est promis un jour ou l’autre. Alors autant commencer dès maintenant.

La tâche s’annonce de toute façon compliquée. Parce que ça manque de talents autour de lui et surtout parce que ça manque d’espace. Un joueur comme RJ Barrett, dont l’adresse extérieure n’est pas le point fort, a besoin de tireurs susceptibles de lui étirer les lignes. Elfrid Payton, Julius Randle ou Nerlens Noel, trois de ses quatre compagnons du cinq majeur pour l’instant, ne correspondent pas au profil.

RJ Barrett, la belle performance de la nuit

Alors le jeune homme se débrouille comme il peut. Comme hier soir, à l’occasion du deuxième match de présaison des Bockers. Avec à la clé une défaite contre les Detroit Pistons (91-99). Mais le score, à ce stade de l’année, n’a aucune importance. Les mauvaises langues diront (à raison ?) que les rencontres des Knicks ne comptent jusqu’en avril. Ce qu’il faut regarder, ce sont les attitudes de chacun.

CQFR : Kevin Durant is back, Doumbouya super sub

Et RJ Barrett rassure. Il fait même naître un certain enthousiasme. D’abord, la performance chiffrée. 25 points (10 sur 17), 4 rebonds et 2 passes. Mais surtout, le jeu. Il a montré quelques sur quelques actions qu’il pouvait créer du danger balle en main. Soit pour conclure lui-même, soit pour servir ses partenaires. Comme un alley-oop conclu avec Mitchell Robinson après avoir drivé dans la raquette. Ou cette belle passe pour un tir extérieur d’Alec Burks.

C’est le Barrett créateur que l’on veut retrouver tout au long de l’année. Rapide et tranchant sur ses drives, tout en gardant une certaine vision de ce qui se passe autour. C’est l’un de ses principaux défis. Encore plus tant qu’il ne met pas dedans de loin (1 sur 5 derrière l’arc) et tant que les Knicks s’entêtent à laisser leur meilleur playmaker (Frank Ntilikina) dans un rôle d’arrière sans le ballon.

La saison sera longue pour New York. Mais RJ Barrett peut lui donner au moins assez de piquant pour tenir un an de plus.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest