-
-
- TOR
- NOP
-
-
- LAC
- LAL

Calvitie, girlfriends et game winners : les Awards anticipés des Rookies

BasketSessionPar BasketSession Publié

On vous dévoilé en exclusivité quelques uns des faits marquants qui toucheront des rookies issus de la Draft NBA 2017.

Premier rookie à se faire dunker sur la tronche : Zach Collins (Portland Trail Blazers)

Aussi doué soit-il (surtout en attaque), Zach Collins est un pivot blanc longiligne de 2,13 m. Les compagnies d'assurance du pays l'ont donc automatiquement inscrit sur la liste des sujets à risque. On aurait pu mettre Lauri Markkanen à sa place, mais le Finlandais va rarement au contre. En NCAA, Collins a montré quelques aptitudes intéressantes sur le plan défensif et on a dans l'idée qu'il ne se planquera pas forcément tout le temps en défense. Et s'exposera donc à quelques parties d'escalade où il jouera le rôle de la paroi...

Le fait qu'il ressemble de façon presque perturbante à l'actrice Anna Kendrick a également joué dans ce choix, ce qui, là aussi, est parfaitement arbitraire.

Premier rookie à devenir chauve : Luke Kennard (Detroit Pistons)

Désolé Luke, l'implantation et la finesse du cheveu ne trompent pas. Quelques implants seront peut-être nécessaires pour permettre à sa petite amie, l'animatrice Savannah Chrisley, de garder la flamme.

Premier rookie à gagner une bague NBA : Jordan Bell (Golden State Warriors)

Les Cavs n'ont drafté personne et il y a quand même de sérieuses chances que les Warriors remettent le couvert. Jordan Bell est donc tout indiqué. On a d'ailleurs hâte de voir le poste 4 d'Oregon en action. Il a tout d'un steal.

Premier rookie à faire une flagrante sur Lonzo Ball : De'Aaron Fox (Sacramento Kings)

L'un des buts avoués de De'Aaron Fox avant de jouer contre UCLA avec Kentucky au Tournoi NCAA était de "fermer la bouche de LaVar Ball". Juste avant la Draft, Fox expliquait également que Ball avait "posé une cible sur la nuque de son fils". Vu l'intensité et l'envie de prouver du nouveau meneur des Kings et en sachant qu'il va affronter quatre fois Ball durant la saison, il devrait y avoir des étincelles. Les 38 points de De'Aaron Fox face à Ball pendant la March Madness lui ont d'ailleurs déjà permis de prendre un petit avantage psychologique...

Premier rookie à sortir avec une Kardashian/Jenner : Lonzo Ball (LA Lakers)

Lonzo Ball aime bien se planquer derrière des proches un peu plus haut en couleur et médiatisés que lui. Kylie Jenner a 19 ans, comme lui, et tout un tas de suiveurs acharnés qui lui permettront d'être encore plus présente dans les médias que son nouveau boyfriend. LaVar y verra une aubaine pour faire un crossover inédit entre deux reality shows phares : "Keeping up with the Kardashians" et "The Balls don't lie" (on réclamera des royalties si cette suggestion est retenue).

Premier rookie à envoyer chier son coach : Dennis Smith Jr (Dallas Mavericks)

Dennis Smith a les moyens d'être l'un des rookies les plus électrisants de la saison, notamment grâce à des qualités athlétiques hors-norme. Petit bémol, l'ancien meneur de NC State a un fort caractère et un petit historique de prises de tête avec ses coaches. On peut supposer qu'il tentera de se tenir à carreau dans un premier temps vu le CV de Rick Carlisle, mais ce dernier n'est pas du genre à ménager la chèvre et le chou - vive les expressions du Larousse 1971 - Rajon Rondo s'en souvient. Si l'un des petits nouveaux doit aller au clash, pas impossible que ce soit le 9e pick de cette Draft 2017.

Premier rookie à boire dans un bar avant ses 21 ans : Jarrett Allen (Brooklyn Nets)

Jarrett Allen a un petit look rétro qui devrait faire son effet auprès des fans des Nets. On ne dirait pas, mais il vient simplement de fêter ses 19 ans. Les physios des bars et boîtes de Big Apple pourraient même croire qu'il s'agit d'un vétéran.

JArrett Allen rookies

Le public du Barclays Center devrait aussi apprécier sa capacité à dunker sur tout ce qui bouge quand il en a l'occasion.

Le premier rookie à réussir un game winner : Malik Monk (Charlotte Hornets)

L'ancien joueur de Kentucky est sans doute le joueur de cette promo le plus à même de prendre feu offensivement, particulièrement dans le money time. Il l'a fait à plusieurs reprises en NCAA, notamment dans quelques matches importants comme contre UNC, où il avait au passage claqué 47 points...

Si Steve Clifford lui fait confiance dans un backcourt avec Kemba Walker lorsqu'il faut faire la décision en attaque, on pourrait avoir droit à quelques scènes de ce genre.