Rudy Gobert, All-Star en puissance

Rudy Gobert, All-Star en puissance

Au cœur des performances étincelantes du Jazz en ce moment, Rudy Gobert est de plus en plus proche de devenir pour la première fois All-Star.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

La France atteint toujours son troisième All-Star, après Tony Parker et Joakim Noah. Si Evan Fournier est un candidat crédible à l’Est cette saison, les chances de l’Hexagone reposent surtout sur Rudy Gobert. Le pivot, double-DPOY, en a fait un objectif. Il n’est pas passé loin. Et ça l’a frustré. Sa peine a été exposée au grand jour quand le géant a versé quelques larmes devant les journalistes qui l’ont interrogé sur le sujet – il avait évoqué sa mère en pleurs – après sa non-sélection pour l’événement en 2019. Mais cette fois, c’est la bonne. Plusieurs éléments laissent penser que « Gobzilla » va enfin rejoindre les étoiles NBA.

Tout d’abord parce que son équipe est en pleine ascension ce moment. Il y a un mois, nous nous étions inquiétés pour la situation du Jazz. La franchise de Salt Lake City, pourtant présentée parmi les outsiders à l’Ouest, peinait à prendre son envol. 13 victoires seulement après 24 matches et un manque de cohésion au sein de l’effectif remanié suite à l’ajout de deux nouveaux titulaires pendant l’été. C’est notamment en attaque que les joueurs de Quin Snyder avaient régressé d’une saison sur l’autre. Ils ont bien corrigé le tir depuis.

« Je n’aimerai pas avoir à défendre sur nous en ce moment », confiait Gobert après les 118 points passés aux Nets cette nuit, pour une nouvelle victoire du Jazz (118-107).

Déjà la dixième de suite. Le Français a compilé 22 points et 18 rebonds sur cette partie. Donovan Mitchell a ajouté 25 points en performant dans le money time tandis que Joe Ingles en a inscrit 27, record en carrière égalé. Le danger vient à nouveau de partout et c’est ce qui fait la différence pour la formation mormone. Sur les 10 derniers matches, elle a marqué 122 points sur 100 possessions en moyenne. C’est de loin la meilleure attaque sur la période. Surtout que la défense est toujours très correcte et ce sera probablement le cas aussi longtemps que Rudy Gobert protège le cercle.

Le Jazz a gagné 10 rencontres consécutives et reste sur un 15-1. Un vrai retournement de situation. Et ce n’est sans doute pas une coïncidence si la franchise cartonne depuis la blessure de Mike Conley, recrue phare qui est complètement à la rue cette saison. Le meneur n’a pas pris part à la série fantastique de son équipe. En son absence, ses partenaires ont retrouvé des automatismes. Et voilà qu’ils sont remontés à la deuxième place de la Conférence Ouest, juste derrière les Lakers !

Cette position pour le podium peut jouer en faveur de Rudy Gobert. Il a le niveau pour être All-Star. Ses statistiques sont bonnes mais tout de même inférieures à celles d’un Karl-Anthony Towns par exemple. L’écart de chiffres fait la différence quand Utah est cinquième ou sixième. Dans ces moments-là, les coaches seront tentés d’envoyer Mitchell – qui est bien au-dessus des 20 pions par match – mais pas forcément un deuxième joueur du Jazz. Parce que deux représentants d’une équipe hors du top-4, ça fait tâche. Là, avec cette deuxième place, le Jazz est en bonne posture.

Surtout que la dynamique joue clairement en leur faveur, juste avant les sélections finales. Gobert est en 15-15 sur les 10 derniers matches et il est à 14 et 14 de moyenne sur la saison. Il mérite sa place. Il mérite d’être All-Star. L’heure de gloire est peut-être enfin arrivée.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest