Liste de Noël : Quels joueurs seront transférés cet hiver ?

A chaque saison NBA son lot de transferts. L'occasion de faire le point sur les joueurs susceptibles de changer d'uniforme en cours d'exercice.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Analyse
Liste de Noël : Quels joueurs seront transférés cet hiver ?
Officieusement, le 15 décembre marque le début de la période des transferts en NBA. Les franchises ont la possibilité de faire leur emplettes depuis le mois de juillet mais les joueurs signés cet été ne sont disponibles sur le marché qu'à partir de cette date. Les journalistes spécialisés sont donc à l'affût de la moindre source et le flot de rumeurs s'est épaissi depuis quelques jours. S'il est toujours délicat de trier le vrai du faux, nous avons passé à la loupe les situations de plusieurs joueurs susceptibles d'être échangés dans les prochaines semaines.

Kevin Martin (Minnesota Timberwolves)

Une fois la trentaine passée, les meilleurs joueurs de la ligue sont de moins en moins stimulés à l'idée de jouer pour une franchise en reconstruction, surtout s'ils n'ont que très peu eu l'occasion de savourer l'atmosphère bouillante des playoffs NBA. Kevin Martin évolue dans la grande ligue depuis 2004 mais il a disputé les playoffs à deux reprises seulement (en 2006 et 2013). Dur. Si l'avenir des Minnesota Timberwolves s'annonce brillant, le joueur de 32 ans ne s'inscrit pas dans les plans à long terme de la franchise. Ni même à court terme. Les Wolves ont eu la brillante idée d'encadrer leurs jeunes talents avec des vétérans respectés - Kevin Garnett, Andre Miller, Tayshaun Prince - mais ses joueurs prometteurs ont besoin de temps de jeu pour s'exprimer et se développer. Andrew Wiggins, Zach LaVine et même Shabazz Muhammad évolue au(x) même(s) poste(s) que Kevin Martin, contraint de sortir du banc en début de saison.
"Il ne s'agit pas seulement de mériter sa place de titulaire. C'est parfois une question de direction choisie par l'organisation. Je ne dis pas que Kevin doit l'accepter (sa situation - NDLR) avec le sourire mais c'est là où nous en sommes en tant qu'organisation", déclarait le coach Sam Mitchell, à propos du nouveau rôle de son vétéran.
[superquote pos="d"]Kevin Martin est barré par Wiggins et LaVine à Minnesota[/superquote]Martin est un joueur plus confirmé que LaVine - et il a fini par retrouver sa place dans le cinq - mais gagner le plus de matches possibles cette saison n'est pas un objectif primordial pour Minnesota. Les Wolves sont ambitieux, certes, mais le temps joue pour l'instant en leur faveur, à l'inverse de 'K-Mart'. Les playoffs semblent (déjà) hors de portée pour l'équipe de Minneapolis. Autant se séparer d'un joueur qui dispose encore d'une certaine valeur marchande sur le marché. L'ailier peine à trouver son rythme cette saison (12,7 points à 36,7% aux tirs) mais son arsenal offensif est susceptible de séduire une équipe en manque de scoring sur les ailes. Kevin Martin dispose d'une option sur sa dernière année de contrat (7,3 millions de dollars) et on peut supposer qu'il souhaitera tester le marché au moment de la hausse significative du Cap afin de signer un dernier contrat sur plusieurs saisons. Les Wolves s'étaient retrouvé dans une situation similaire avec Corey Brewer et ils avaient finalement transféré l'ailier dès le mois de décembre afin de ne pas le perdre sans obtenir de contrepartie en retour. Destination(s) potentielle(s) : Une source a mentionné un retour à Sacramento, où il a débuté sa carrière. Pourquoi pas à Chicago, histoire d'enflammer un peu l'attaque des Bulls ? Quel(s) autre(s) joueur(s) de Minnesota dans les trading blocks ? Shabazz Muhammad est un nom qui revient fréquemment parmi les rumeurs de transferts. Les dirigeants ont démenti à chaque fois. Nikola Pekovic serait sans doute placé sur la liste des joueurs disponibles s'il n'était pas blessé.

Markieff Morris (Phoenix Suns)

L'ex-plus-fort-désormais-moins-performant des jumeaux Morris veut-il seulement jouer aux Phoenix Suns ? Il a réclamé son transfert avec insistance depuis le jour où la franchise de l'Arizona a expédié son frangin aux Detroit Pistons cet été. Depuis, 'Kieff' a menacé de plus jamais rejouer avec Phoenix avant de faire marche arrière. Mais quelque chose semble d'être brisé entre la direction et le joueur de 26 ans. Son nom est donc rapidement revenu sur le tapis. Ses statistiques et son temps de jeu sont en baisse par rapport à la saison dernière. Il est passé de 15,3 points à 46% aux tirs et 6,2 rebonds en 31 minutes de jeu à 11,4 points à 38% et 5,2 rebonds en 25 minutes. [superquote pos="d"]Markieff Morris n'est pas un 'stretch four' ! [/superquote]Markieff Morris n'est peut-être plus heureux à Phoenix. Changer d'environnement est parfois une solution pour se relancer. Destination(s) potentielle(s) : Yahoo! Sports a fait part d'un intérêt des New Orleans Pelicans pour Markieff Morris. La franchise de Louisiane s'est adapté aux standards de la NBA moderne et elle rêve de pratiquer du basket porté sur l'offensive avec une association entre Morris et Anthony Davis dans la raquette. Houston est aussi un point de chute avancé pour l'intérieur. Mais Markieff Morris est-il vraiment adapté au jeu des Rockets ? Le joueur des Suns n'est pas un "stretch four". Cette perception est un peu erroné. Il est bien moins adroit que son frère à trois-points par exemple. Il raffole du tir à mi-distance, une zone prohibée dans le Texas. Un échange impliquant Corey Brewer et Terrence Jones a tout de même été annoncé.

Ryan Anderson (New Orleans Pelicans)

Lui est un intérieur fuyant. Il a d'ailleurs été annoncé un temps du côté de Phoenix. Le contrat de Ryan Anderson arrive à expiration cet été et ça se sent dans ses statistiques. Il cumule 18,2 points à 37% à trois-points et 6,7 rebonds depuis le début de la saison. Vu l'évolution du jeu en NBA, un joueur comme Anderson a fort à gagner en juillet prochain. La valeur des grands capables de shooter de loin a considérablement augmenté au cours des dernières années et les rumeurs font état d'un possible contrat autour des 15 à 18 millions de dollars la saison pour le joueur de 27 ans. C'est plus du double de son salaire actuel. Les sommes peuvent faire froncer des sourcils mais la hausse du Cap pourrait complètement fausser les données en matière d'émoluments. Rien n'indique que, dans ces conditions, Ryan Anderson poursuive sa carrière à New Orleans. Les Pelicans prennent donc le risque de le laisser filer sans contrepartie si jamais il venait à terminer la saison en Louisiane. Les Pelicans se cherchent un nouveau souffle après un début de saison compliqué et un transfert n'est donc pas à exclure. Destination(s) potentielle(s) : Phoenix ? Une franchise prête à prendre le risque de le perdre cet été mais qui tient à renforcer son banc ou son secteur intérieur en vue des prochains playoffs.

Josh Smith, Lance Stephenson et Jamal Crawford (Los Angeles Clippers)

[caption id="attachment_264497" align="alignleft" width="318"] Doc Rivers le père doit sans doute souhaiter faire jouer son fils, Doc Rivers le GM aimerait tirer profit de la valeur de Crawford et Doc Rivers le coach sait que Crawford est son meilleur élément sur le banc.[/caption] Les Los Angeles Clippers font des rabais sur d'anciens lots. Plus sérieusement, la franchise californienne risque bien de devoir associer plusieurs de ses "assets" pour espérer obtenir un joueur de qualité en contrepartie. Le recrutement de la franchise a été salué cet été. Nous avons été bien trop rapide en jugement. Tranchant en sortie de banc à Houston, Josh Smith fait ressortir tous ses mauvais côtés à Los Angeles. Brillant à Indiana il y a deux ans, Lance Stephenson n'est plus qu'une mauvaise punchline de Fababy. Les Clippers ne tireront guère mieux qu'un second tour de draft en l'échange de l'un des deux joueurs - s'ils sont transférés séparément - alors que l'objectif de l'organisation reste le même : renforcer enfin un banc inefficace qui annihile les super pouvoirs d'un cinq dévastateur. Jamal Crawford a une valeur un peu plus élevé sur le marché même si ses statistiques et surtout son pourcentage de réussite ont été revus à la baisse (12,2 points à 37%). L'ancien lauréat du trophée de meilleur sixième homme de la saison fait doublon avec Austin Rivers ce qui laisse Doc Rivers dans l'embarra. Doc Rivers le père doit sans doute souhaiter faire jouer son fils, Doc Rivers le GM aimerait tirer profit de la valeur de Crawford et Doc Rivers le coach sait que Crawford est son meilleur élément sur le banc. Un sacré casse-tête. Mais les Clippers ont l'habitude.

Quelques pistes à explorer...

Joakim Noah et/ou Taj Gibson (Chicago Bulls) : FREE BOBBY PORTIS ! Il y a un trop plein d'intérieurs à Chicago et Fred Hoiberg peine à trouver la bonne formule. Du coup, l'un des deux joueurs cités est susceptible de changer d'équipe. Brandon Jennings (Detroit Pistons) : Pour la simple et bonne raison que Reggie Jackson a pris sa place pendant que Jennings soignait sa grave blessure au tendon d'Achille. Le meneur évoluait à un très haut niveau de jeu avant sa blessure mais il lui faudra retrouver ses sensations. Les Pistons sont aussi susceptible de l'utiliser en back-up de Jackson afin de renforcer un banc assez faible. N'importe quel joueur des Boston Celtics : Danny Ainge n'a pas caché son désir brûlant de mettre la main sur une superstar, idéalement un intérieur (DEMARCUS COUSINS BABY). La franchise du Massachussetts dispose de plusieurs joueurs de devoir mais il lui manque une star capable de faire la différence soir après soir.

Quelques rumeurs bidons...

Les rumeurs sont toujours sources de clics pour les journalistes qui n'hésitent pas à balancer des sources dans tous les sens sans que l'on sache réellement s'il s'agit juste de suppositions personnelles ou de vrais informations. Il est plus facile d'attirer les lecteurs avec des noms ronflants et c'est la raison pour laquelle Carmelo Anthony, Dwight Howard, Hassan Whiteside ou DeMarcus Cousins seront cités dans différents articles lors des prochaines semaines.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest