Les Sacramento Kings, ça sent encore le sapin

Les Sacramento Kings sont 24e de notre classement d'avant-saison. Malgré la présence du caractériel mais phénoménal DeMarcus Cousins, ça sent encore le sapin pour Sacto cette saison.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les Sacramento Kings, ça sent encore le sapin
Jusqu'à la reprise des débats en NBA, le 26 octobre prochain, retrouvez nos présentations de chaque équipe selon l'ordre décroissant de notre power ranking. Aujourd'hui, on se penche sur les Sacramento Kings, qui peuvent s'appuyer sur DeMarcus Cousins mais manquent cruellement de profondeur pour espérer quitter la pénombre à l'Ouest.

SACRAMENTO KINGS - 24e

A priori, Sacramento ne sera toujours pas "Boogie Wonderland" (le pays des merveilles du boogie en VF) cette saison. DeMarcus Cousins est l'un des meilleurs joueurs de la ligue malgré son caractère de cochon, mais difficile pour autant d'imaginer les Kings retrouver les playoffs après 11 ans de disette. On n'arrive même pas à se dire que l'effectif s'est réellement amélioré, puisque Rajon Rondo, le meilleur passeur de la ligue, a été remplacé numériquement par Ty Lawson, en perdition depuis deux ans, et que la seule autre recrue significative, Arron Afflalo, ne s'est pas imposée à New York. Sur le papier, il y a toutefois de quoi faire une saison pas trop malhonnête... Si on considère que "Boogie" Cousins est un joueur dominant en NBA, que Darren Collison, Rudy Gay (qui a déjà annoncé qu'il allait partir à la fin de son contrat...), Omri Casspi ou encore Matt Barnes sont des vétérans performants dans leur registre et que les jeunes intérieurs Willie Cauley-Stein et Skal Labissière ont du talent en stock, pourquoi ne pas envisager un run et un exercice réussi ? Parce que ce sont les Kings de Vivek Ranadive, pardi. Vlade Divac, le nouveau patron du secteur sportif, a tenté des choses cet été, recrutant notamment l'efficace Dave Joerger pour remplacer George Karl, en espérant qu'il devienne le premier coach à faire de "DMC" un vrai leader. Mais on ne gomme pas 7 ans de choix et décisions loufoques et incohérentes en quelques semaines. A moins que Joerger ne cuisine une improbable mayonnaise, Sacramento est voué à échouer au-delà des 8 premières places, en attendant qu'un autre joueur majeur rejoigne Cousins ou que ce dernier ne prenne la poudre d'escampette pour chercher une franchise qui exploitera mieux son talent... https://www.youtube.com/watch?v=god7hAPv8f0

Le facteur X : Willie Cauley-Stein

Pénalisé par des blessures et une volonté de George Karl de le préserver, "Trill" comme il aime être surnommé, n'a pas fait des débuts fracassants en NBA. Cela dit, on a pu constater à plusieurs reprises que l'ancien de Kentucky avait une vraie présence défensive à l'intérieur, de l'énergie à revendre et des qualités athlétiques susceptibles de compléter celles de DeMarcus Cousins. Si Dave Joerger parvient à parfaire leur association et à impliquer davantage Cauley-Stein, ce dernier, déjà mature de par ses trois années passées en NCAA, peut être une belle surprise pour des Californiens en manque d'exaltation et changer dès à présent leur courbe de progression. https://www.youtube.com/watch?v=JxWxkBTeEsM

A lire sur les Kings

- 5 raisons d'aimer DeMarcus Cousins DeMarcus Cousins n'est peut-être pas le plus sympathique des joueurs NBA, mais "Boogie" est voué à devenir une star comme on n'en fait plus.

Le roster 

Postes 1/2 :  Darren Collison, Ty Lawson, Jordan Farmar, Ben McLemore, Isaiah Cousins, Garrett Temple Postes 2/3 : Aaron Afflalo, Malachi Richardson, Lamar Petterson Postes 3/4 : Omri Casspi, Rudy Gay, Matt Barnes, Anthony Tolliver Postes 4/5 : DeMarcus Cousins, Willie Cauley-Stein, Kosta Koufos, Skal Labissière, Georgios Papagiannis Le cinq que l'on veut voir : Ty Lawson version 2013-2014 - Aaron Afflalo - Rudy Gay - Willie Cauley-Stein, DeMarcus Cousins. Cet article vous a été présenté par les falafels Casspi, le whisky Lawson, le tsatziki Koufos et les décalcomanies Barnes.

Les autres previews NBA 

30e, les Brooklyn Nets : "Y a-t-il pire job que GM des Nets ?" 29e, les Los Angeles Lakers : "Les Lakers sont trop jeunes pour faire les malins" 28e, les Philadelphie Sixers : "On va enfin kiffer suivre les Sixers" 27e, les Phoenix Suns : "Les Suns ont du talent mais pas d'identité" 26e, les Denver Nuggets : "Denver, c'est cool, mais tout le monde s'en tape." 25e, les New Orleans Pelicans : "Les Pelicans seront chauds... en 2019"
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest