L’équipe de Seattle pourra-t-elle prendre le nom de Seattle Sonics ?

Les Sacramento Kings déménagent à Seattle et le nouveau nom de la franchise pourrait bien être Seattle Sonics.

Benoît JametPar Benoît Jamet  | Publié
L’équipe de Seattle pourra-t-elle prendre le nom de Seattle Sonics ?
Avec l'annonce du rachat de la franchise des Sacramento Kings par un consortium emmené par Chris Hansen et Steve Ballmer, c'est toute la ville de Seattle qui fête le retour du basket professionnel dans l'état de Washington. Néanmoins, si tout le monde s'accorde à penser que la nouvelle équipe sera nommée les Seattle Supersonics ou Seattle Sonics et perpétuera donc la tradition commencée en 1967, il faut se pencher sur les modalités de l'accord signé le 2 juillet 2008 (pdf en anglais) entre PBC (Professional Basketball Club), la compagnie de Clay Bennett, et la ville de Seattle pour comprendre le processus qui suivra. Si les premiers termes de l'accord parlent de la somme de 45 millions de dollars qu'avait dû verser PBC à la ville de Seattle pour pouvoir définitivement déménager à Oklahoma City, la poursuite en justice de l'ancien propriétaire, Howard Schultz (president de Starbucks), à l'egard de PBC mettait en péril certaines de ces mentions. Le fait que le milliardaire ait décidé, en août 2008, de laisser tomber ce pan judiciaire a, de fait, validé certaines de ces clauses. La question du nom et de l'histoire des Seattle Sonics est abordée dans la clause 6 de l'accord. Celle-ci édicte des règles claires et précises quant au propriétaire du nom, du palmarès ou encore du logo de la franchise
"PBC donne son accord pour ne pas utiliser le nom ou les logos, symboles, design, code vestimentaire (incluant, mais n'étant pas limité, aux couleurs de l'équipe) des "Seattle Sonics/Supersonics" ou quelconque autre marque commerciale associée avec les Seattle Sonics/Supersonics (la "Propriété Intellectuelle") dans le but d'identifier son équipe lors des matches, d'opération marketing, promotionnelle ou du même genre à la suite de l'installation de l'équipe à Oklahoma City", peut-on lire.
Cette clause fut bien respectée par PBC, puisqu'ils créèrent le nom "Thunder" de toute pièce et que la marque "Sonics" n'a jamais été présente autrement que dans les pensées chagrines des supporteurs de la franchise, en voyant Kevin Durant devenir une superstar de la Ligue. [caption id="attachment_109351" align="alignright" width="296"] On l'oublierait presque, mais Kevin Durant a bien joué aux Seattle Sonics.[/caption] Est ensuite aborde le "problème" de la propriété intellectuelle "(i) au cas où la NBA donne son accord pour qu'une nouvelle équipe NBA joue à Seattle dans une Key Arena renovée" et "(iii) si PBC a installé de façon permanente la nouvelle franchise à Oklahoma City" (la mentions (ii) fait référence à la plainte d'Edward Schultz, nulle et non avenue depuis.
"Sur la requête du propriétaire de la nouvelle équipe NBA située à Seattle, [PBC] transfèrera gratuitement tous les droits, titres et intérêts de "Propriété Intellectuelle" à ce nouveau propriétaire (...) PBC consent également, dans les limites de ce que demandera le nouveau propriétaire, à transférer gratuitement les bannières d'équipes, les trophées et les maillots retirés au nouveau propriétaire, si celui-ci reconnait que ces souvenirs font partie d'une "histoire partagée" entre PBC et l'équipe, et que PBC garde les droits de pouvoir créer et exposer des copies de ces souvenirs."
Selon cette clause, le nouveau propriétaire pourra donc récupérer, s'il le souhaite, le nom "Sonics/Supersonics" pour sa nouvelle équipe, laissant d'ailleurs au passage le nom Kings à l'abandon. La seule petite anicroche pourrait être cette mention de "KeyArena" rénovée puisque, si la prochaine équipe de Seattle y jouera pendant les deux prochaines années, ce sera seulement temporaire et la vieille salle ne sera pas rénovée pour être abandonnée plus tard. Clay Bennett pourrait donc ici y trouver un moyen de mettre des bâtons dans les roues des nouveaux propriétaires, s'il le désirait vraiment. Ces derniers pourront néanmoins exposer les bannières de champion ou les maillots retirés d'anciens joueurs des Seattle Sonics (actuellement au nombre de 5 : le #32 de Fred Brown, le #10 de Nate McMillan, le #43 de Jack Sikma, le #19 de Lenny Wilkens et le #1 de Gus Williams). Gageons que les nouveaux propriétaires pourront organiser une petite cérémonie dès l'année prochaine pour honorer un joueur comme Gary Payton et retirer son #20, ou bien le #40 de Shawn Kemp. Tous ces trophées, bannières et maillots étaient depuis 2008, selon les termes de l'accord, gardés au Musée de l'Histoire et de l'Industrie de Seattle. Si, donc, les nouveaux propriétaires pourront surement profiter de l'usufruit du nom Seattle Sonics et de ses souvenirs, il semble tout de même que l'histoire et les records de la franchise appartiendront toujours à PBC et à Clay Bennett car, en effet, un problème se serait posé si la nouvelle équipe de Seattle avait été une equipe d'expansion. Elle aurait alors dû partager ces statistiques et records avec la franchise d'Oklahoma City. L'accord, lorsqu'il parle d'une équipe arrivant à Seattle, prenait pour base que les records et statistiques de l'ancienne franchise (ici, les Kings) feraient partie du mouvement. On pourrait donc se retrouver avec des Seattle Supersonics au niveau des couleurs, des maillots et du merchandising mais ne pouvant que s'approprier les statistiques et records des Kings (la franchise ayant pas mal bougé, on hésite à parler des Sacramento Kings...). Un peu ubuesque mais les supporteurs des Sonics devraient pouvoir se consoler assez vite, dès lors qu'ils reverront une équipe vétue de vert et blanc fouler les parquets NBA avec un maillot barré de la mention "Seattle Sonics".
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest