5 clés pour que Philadelphie évite la catastrophe

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Après le désastre du game 1, les Philadelphie Sixers ont besoin de revoir leurs plans dans leur série face aux Brooklyn Nets.

Philadelphie a bien mal démarré ses playoffs. Contrairement aux Raptors, battus eux aussi à domicile à la surprise générale, les Sixers ont donné l'impression d'être à côté de la plaque pendant quasiment toute la rencontre. Alors que le game 2 se profile cette nuit, Brett Brown serait bien inspiré de trouver le moyen d'éviter une deuxième défaite à la maison qui sonnerait comme une vraie catastrophe en Pennsylvanie. Voici les clés d'un retour à la normale pour Philly.

Impliquer Simmons, Harris et Redick

La force des Sixers depuis février, c'est de pouvoir compter sur un cinq où tout le monde est capable de marquer au moins 15 points par match. Ça n'aura échappé à personne dans ce game 1, on a uniquement vu Joel Embiid (22 points en 24 minutes) et Jimmy Butler (36 points à 11/22) dans ce registre. Ben Simmons (9 points à 4/9), Tobias Harris (4 points en 40 minutes !) et JJ Redick (5 points) ont été effacés, pour ne pas dire plus. Philly doit retrouver une circulation de balle et un partage pour que les autres joueurs-clés retrouvent opportunités et adresse.

Alimenter Embiid dans la raquette

Joel Embiid est considéré comme un intérieur moderne parce qu'il a justement cette capacité à s'écarter du cercle à l'occasion pour claquer quelques shoots à 3 points. Dans le game 1, ses prises de balle ont été bien trop éloignées du panier et les Nets ont été ravis de voir le Camerounais évoluer aussi peu dans son rôle d'enforcer au poste bas (0/5 à 3 points, 5/10 sur les autres séquences). Dans ces situations de jeu, Embiid est injouable grâce à un combo puissance-technique sans pareil ou presque en NBA. Ce serait dommage que son positionnement et les passes de ses partenaires ne l'incitent pas à évoluer dans ce registre. Sans leur All-Star mis dans les meilleures dispositions tactiques et physiques, les Sixers s'exposent à des déconvenues.

Empêcher Dinwiddie et LeVert de massacrer leur banc

Brooklyn a pu compter tout au long de la saison sur l'un des meilleurs 6e homme de la ligue, Spencer Dinwiddie. Une fois revenu de sa blessure que l'on pensait dramatique, Caris LeVert est lui aussi sorti du banc pour apporter son énergie et son agressivité offensive. Dans le game 1, les deux arrières ont cumulé 41 points avec des +/- positifs à +18 et +17. Autant dire que si Brett Brown ne trouve pas de défenseurs capables de limiter leur impact, les Nets pourront encore compter sur leur apport très complémentaire avec celui de D'Angelo Russell.

Eviter de se mettre le public à dos

Les Sixers ont déploré le fait que leurs fans aient assez rapidement sifflé leur prestation dans le game 1. Ils ont intérêt à ne pas démarrer le match trop poussivement ou à prendre un éclat d'entrée s'ils ne veulent pas à nouveau entendre des huées dans les travées du Wells Fargo Center. Jouer correctement, ne pas lire ses SMS en plein match et mettre un peu de passion et d'énergie dès les premières minutes, voilà qui devrait aider...

Donner plus de minutes à TJ McConnell

TJ McConnell n'a pas la taille et le talent de Ben Simmons, le shoot de JJ Redick ou les qualités de finisseur de Jimmy Butler. Mais à chaque fois qu'il est sur le terrain, le meneur remplaçant vide ses tripes et apporte une vraie plus-value en termes de combativité et de punch. Dans le game 1 où tout le monde ou presque a déjoué, son petit quart d'heure sur le parquet s'est soldé par un +12 de différentiel dont peu de ses camarades peuvent se vanter. Si le bateau se met rapidement à tanguer, Brett Brown ne devrait pas hésiter à sacrifier un joueur plus référencé en donnant une partie de ses minutes à McConnell.