Spencer Dinwiddie, le vrai patron à Brooklyn

Spencer Dinwiddie, le vrai patron à Brooklyn

Maintenant qu’ils sont guidés par l’habituel remplaçant Spencer Dinwiddie, les Brooklyn Nets n’en finissent plus de gagner des matches.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

Cela fait maintenant deux ans que Spencer Dinwiddie est censé jouer les doublures d’un meneur All-Star plus coté que lui. D’Angelo Russell la saison dernière et Kyrie Irving depuis son arrivée l’été dernier. Pourtant, quand l’équipe est en crise, c’est bien vers son sixième homme qu’elle se tourne. Parfois pour jouer les héros dans les moments les plus tendues d’une rencontre. Parfois pour assumer le leadership en l’absence d’un ou plusieurs cadres. Et le plus souvent, ça paye.

« Il fait la différence en ce moment », notait son coach Kenny Atkinson après la nouvelle victoire des Brooklyn Nets contre les New York Knicks (103-101) hier soir.

Dinwiddie a inscrit 30 points lors du derby de la grosse pomme. Avec notamment quelques lancers-francs précieux dans les dernières minutes pour sceller le succès des siens. Une victoire de plus pour une groupe complètement relancé depuis que le joker a été installé aux commandes du vaisseau. C’est la troisième de suite et même la quatrième en cinq rencontres. Le dénominateur commun ? 20 points minimum du meneur à chaque sortie. Une série inédite dans la carrière du joueur de 26 ans.

https://twitter.com/NBA/status/1198824884626788352

Drafté au second tour en 2014, le natif de Los Angeles est arrivé en NBA par la petite porte. Et bien que membre de l’effectif des Detroit Pistons, il a passé la majorité de son temps en G-League lors de ses deux premières saisons professionnelles. Avant d’être transféré aux Chicago Bulls. Il n’a jamais porté la tunique des taureaux. Ils l’ont coupé, puis signé et ne l’ont finalement pas conservé. C’est alors que Sean Marks, l’architecte des Nets, est allé le chercher pour lui donner sa chance en 2016. Il n’a cessé de progresser depuis : 7,3 points en 2017, 12,6 en 2018, 16,8 en 2019 et 19,6 pour l’instant.

Spencer Dinwiddie, titulaire à plein temps ?

Spencer Dinwiddie n’a pas le talent de Kyrie Irving. Mais quand il est là, tout est mieux cadré. Les résultats parlent pour lui. Mais en réalité, ce n’est pas tant un problème « Kyrie ». L’ancienne star des Cleveland Cavaliers et des Boston Celtics est très productive : plus de 28 points, 5 rebonds et 7 passes. Son différentiel ON/OFF est proche de zéro, ce qui sous-entend que l’équipe n’est pas plus performante quand il est absent. En revanche, les Nets sont bien plus efficaces quand Dinwiddie est sur le parquet. +3 points sur 100 possessions avec lui. -9 en son absence.

Ça peut faire réfléchir le coach. Peut-être que ça mérite de laisser son facteur X dans le cinq majeur même après le retour d’Irving. ‘Uncle Drew’ devrait encore manquer les matches contre ses ex (Cleveland et Boston). Par contre, Caris LeVert est indisponible pour plusieurs semaines. Dinwiddie peut très bien se décaler au poste deux pour épauler son meneur. Peu importe le rôle, il est prêt à s’adapter.

« Je ne suis pas l’entraîneur, je ne prends pas ces décisions. Si on me dit de faire ça, je le ferai. »

Atkinson pourra expérimenter, histoire de voir si ça déséquilibre la rotation ou non. En attendant, Brooklyn est revenu dans la course aux playoffs avec un bilan équilibré (8 victoires et 8 défaites).

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest