Stan Van Gundy salue le travail de Daryl Morey à Houston

Daryl Morey, le GM des Houston Rockets, n'a pas eu besoin de détruire complètement son équipe pour la reconstruire. Une façon de faire qu'apprécie Stan Van Gundy.

Mickael LaviollePar Mickael Laviolle  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Les Houston Rockets sont de retour au premier plan après avoir récupérer consécutivement James Harden et Dwight Howard sur les deux dernières intersaisons. Pourtant, comme le souligne Stan Van Gundy dans le Orlando Sentinel, Daryl Morey n'a pas eu besoin que son équipe touche le fond pour retrouver de la compétitivité. Les Rockets ont connu six saisons avec un bilan positif avant de recruter les deux All-Stars qui font d'eux, désormais, un sérieux concurrent au titre NBA. Une philosophie que SVG apprécie et qui se rapproche, selon lui, de celle d'Otis Smith, le GM du Magic d'Orlando.
"Même les critiques les plus virulentes le diraient, chaque mouvement qu'Otis a réalisé était fait dans le but de rendre l'équipe la meilleure possible et de gagner immédiatement ou l'année suivante. Les gens critiquent facilement les general managers qui choisissent cette voie alors que vous en voyez d'autres qui sont dans des processus de reconstruction à long terme, à qui on fait des louanges", explique-t-il. "C'est une des raisons pour lesquelles je suis vraiment content que Dwight soit allé à Houston, ils ont maintenant une chance de jouer le titre. Je pense que c'est devenu une généralité que la bonne façon de reconstruire une équipe c'est de devenir aussi mauvais que possible et ensuite de reconstruire - et c'est la seule manière de faire. Mais ce n'est pas comme ça que Daryl Morey a fait. Il n'a jamais fait ça. Les Rockets n'ont eu aucun draft pick dans le top 10 et il a tout de même réussi à reconstruire cette équipe pour en faire un concurrent au titre. Il y a une autre façon de faire. Vous pouvez essayer de gagner. Vous pouvez essayer de livrer un produit à vos fans chaque année. Je ne dis pas que les autres équipes qui procèdent différemment ont tort. Je dis juste qu'il y a une autre façon de faire."
Le successeur d'Otis Smith à Orlando Rob Hennigan n'a visiblement pas suivi le même chemin que son prédécesseur. Le Orlando Magic sort d'une saison à 20 victoires pour 62 défaites...
Afficher les commentaires (9)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest