Stephen Brun : « Les Grecs ont tout pour aller au bout »

La forte impression laissée par la Grèce, la surprise italienne, la relance de l'équipe de France, Stephen Brun fait le point sur ce début d'Euro.

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Stephen Brun : « Les Grecs ont tout pour aller au bout »
Champion de France 2013 avec Nanterre et consultant pour Sport +, Stephen Brun commente et décrypte pour nous l'Eurobasket 2013 ainsi que les résultats de l'équipe de France. BasketSession : Comment juges-tu le niveau global de cet Euro ? Stephen Brun : Je trouve ça assez moyen. C’est la deuxième fois qu’il y a 24 équipes à un Euro, moi je serais plutôt partisan de redescendre à 16 comme c’était auparavant, parce qu’il y a des équipes qui sont un peu faibles. Je crois d’ailleurs que c’est la plus petite moyenne de points inscrite sur un Championnat d’Europe. Je trouve ça très moyen pour l’instant. BasketSession : Parmi les équipes qui n’auraient probablement pas été là dans un Euro « classique », est-ce qu’il y en a certaines qui t’ont surpris ? SB : On peut parler de la Finlande, qui a déjà trois victoires et qui va probablement se qualifier pour le deuxième tour. On avait pu la voir contre les Français lors du premier match de préparation à Pau, c’est une équipe qui vit et qui meure par le tir à trois-points, mais avec beaucoup d’envie et d’agressivité. Après, il y a l’Italie qu’on n’attendait pas à pareille fête avec les désistements qu’elle a connus et qui est la dernière équipe invaincue du tournois. J’ai pu la commenter trois fois, donc je connais cette équipe très bien et c’est vraiment une belle génération, avec un leader comme Belinelli qui est toujours aussi fantasque et talentueux. Il y a aussi Luigi Datome qui va aux Pistons et qui est très fort, mais il y a également des meneurs comme Andrea Cinciarini et Alessandro Gentile qui sont pas mal. La nouvelle génération italienne va être surprenante. [caption id="attachment_120990" align="alignright" width="300"] "Les Grecs jouent bien au basket. C’est très fort !"[/caption] BasketSession : Au début de la compétition, on disait que l’Espagne, la Grèce et la France faisaient office de favoris. Tu trouves que ces équipes ont tenu leur standing jusqu’à présent ? SB : Oui, puisqu’elles vont toutes se qualifier. La France a lâché un match mais elle va accéder au deuxième tour sans la pénalité de cette défaite parce que l’Allemagne, elle, ne passe pas. On peut dire que ces nations tiennent leur standing au niveau des victoires, mais il faut également regarder la qualité du jeu proposé. On a l’habitude de dire que les Espagnols laissent toujours un match en poule, mais je ne les ai pas trouvés très saignants. Marc Gasol est compliqué à gérer pour les adversaires, mais le problème c’est qu’il joue 35 minutes par match et qu’il n’a pas de réel back-up. Sur le poste 4, je trouve ça faible. Victor Claver n’a jamais vraiment explosé alors qu’il était attendu comme un futur crack. Il ne pèse pas sur les défenses et Aguilar, son remplaçant, non plus. Donc je les trouve un peu fragile à l’intérieur. Les Grecs, par contre, jouent bien au basket. C’est très fort ! On les connait, ils sont rugueux, ils sont durs et surtout ils ont un excellent passing game qui leur permet de toujours faire des transferts de balle pour trouver des tirs à l’opposé. Là, ils souffrent un petit peu de l’absence de Vassilis Spanoulis qui est blessé, donc hier ils ont lâché le match contre l’Italie, mais quand il va revenir, ça va être très costaud. BasketSession : Au bout du compte, quelle équipe t’a fait la plus forte impression jusqu’ici ? SB : Il y en a deux : l’Italie et la Grèce. Les Grecs, pfiou… Collectivement, c’est quand même bien, bien au point. Ça joue au basket. En plus, ils ont deux joueurs de grande taille à l’intérieur qui ne sont pas manchots. Ioannis Bourousis et Loukas Mavrokefalidis qui sont des joueurs de top niveau Euroleague. Ils sont vraiment armés à tous les postes. En 3, ils ont Kostas Papanikolaou qui va jouer au Barça l’année prochaine et qu’on avait vu en prépa contre la France quand il avait massacré Nico Batum. Les Grecs ont vraiment tout pour aller au bout. Et l’Italie, c’est bien coaché et ils sont surtout portés par Belinelli et Datome qui ont un talent monstrueux et qui ont toujours ces moments où ils prennent feu et où ils font le trou. Et puis j’aime bien leur état d’esprit. Ils sont combatifs. Hier, contre les Grecs, on a même pu les voir chambrer un petit peu, c’est une belle équipe. [caption id="attachment_120980" align="alignleft" width="300"] "Gelabale est parfait dans son rôle de Monsieur Propre."[/caption] BasketSession : Comment juges-tu la première partie de tournoi de l’équipe de France ? SB : C’est correct, sans plus. Même si on sait que c’est toujours compliqué de rentrer dans un Euro et qu’on a vu d’ailleurs qu’il y avait eu pas mal de surprises lors de la première journée, c’est toujours regrettable de perdre contre l’Allemagne. On les avait joués deux fois en préparation, ce que je trouve un peu dommage sachant qu’ils étaient dans notre poule. En plus, on les a battus deux fois, donc je sais bien que Vincent Collet a dû répéter que ça ne voulait rien dire, mais dans les têtes des joueurs forcément ça joue un peu. On a pris une belle claque qui nous a fait du bien pour la suite de la compète. Après on a battu les Anglais et les Israéliens, mais c’était un peu deux équipes fantômes pour moi. La belle équipe qu’on a battue, c’est l’Urkaine hier, mais c’est sûr que les Français peuvent encore s’améliorer. Ils sont très dépendants de Tony Parker. Vincent Collet a dit hier qu’il ne voulait pas calculer et qu’il voulait assurer la victoire, mais TP a quand même dû jouer 35 minutes. Sachant qu’il a joué 100 matches la saison passée en NBA, ça va finir par tirer s’il doit jouer autant à ce stade, d’autant qu’il reste encore beaucoup de matches. Il faudrait que d’autres joueurs prennent la relève et que Nico Batum commence à hausser son niveau de jeu, lui qui déclarait vouloir être le meilleur ailier du tournoi. Il va falloir qu’il s’y mette un petit peu. Hier, on a eu un bon Alexis Ajinça, un Mickael Gelabale parfait, toujours dans son rôle de Monsieur Propre et un Babac qui a mis un dunk alors que ça doit faire 15 ans que ça ne lui était pas arrivé (rires). On se qualifie, c’est très bien, et on part sur la deuxième phase avec 0 défaite mais il va falloir absolument qu’on hausse la qualité du jeu parce que, dans les prochains adversaires, ont aura la Serbie et la Lituanie plus un troisième pays de l’Est, donc le niveau va monter. BasketSession : Le secteur intérieur français a beaucoup été chamboulé, mais alors que la ligne arrière est restée quasiment inchangée, on a encaissé beaucoup de tirs extérieurs face à l’Allemagne et à l’Urkaine. Comment tu expliques ces sautes d’attention défensives ? SB : Il faut noter que, hier, Nico et Mike ont fait du très bon travail sur Sergii Gladyr qui était quand même à 18 points de moyenne jusque-là et qui a fait son plus mauvais match de l’Euro (9 pts à 3/11 en 30 min – ndlr). Après contre l’Allemagne, on n’y était pas du tout. Toute la première mi-temps et surtout le premier quart-temps, on était à un mètre des shooteurs et ils ont mis dedans. On n’a pas le droit de faire ça, parce qu’après les mecs sont en confiance et, même si vous défendez mieux, ils continuent de vous mettre les paniers sur la tête. Je trouve que Mike Gelabale fait du très, très bon travail défensivement. Avec les qualités qu’il a, Nico doit pouvoir détruire les extérieurs adverses. On le voit par courtes séquences être capable de couper les passes et de mettre une intensité défensive de ce niveau-là, mais il faut qu’il le fasse plus longtemps. Quand je vois Papanikolaou défendre et mettre la misère à tous les joueurs extérieurs… Normalement, Nicolas Batum c’est au-dessus de Papanikolaou, il est tout à fait capable de faire ça. Suivez Stephen Brun sur twitter
Afficher les commentaires (10)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest