Stephen Curry, c’est pas encore ça

Stephen Curry a sauvé son match avec un magnifique 4e quart-temps. Toutefois, il est encore loin de son meilleur niveau et de celui qui permettrait à son équipe de gagner ces Finales.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Stephen Curry, c’est pas encore ça
S'il est allé faire un tour sur les réseaux sociaux après le game 3 cette nuit, Stephen Curry y aura trouvé une bonne nouvelle : Matthew Dellavedova, son garde du corps attitré, est allé à l'hôpital pour soigner de violentes crampes directement après le match. L'Australien n'est donc pas complètement increvable, malgré le petit calvaire qu'il a encore fait subir au meneur des Warriors la nuit dernière. Si vous vous vous êtes contenté de la dernière heure de jeu ou pire, de la feuille de match, vous vous direz probablement que Stephen Curry va beaucoup mieux au regard de ses statistiques : 27 points à 10/20 (7/13 à 3 pts). Ce n'est, malheureusement pour Golden State, que partiellement vrai. [superquote pos="d"]"Je dois trouver des moyens différents pour gagner et c'est un challenge qui me plait"[/superquote]C'est indéniable, on a retrouvé un Curry parfaitement ingérable dans le 4e quart-temps. Avec 17 points inscrits et 5 paniers extérieurs réussis dans ce laps de temps, le MVP a remis les Warriors dans le coup pour gommer un retard de 20 points. Profitant de séquences où Dellavedova était sur le banc ou s'occupait de Leandro Barbosa à la demande de David Blatt, le meneur All-Star a retrouvé la formule pour inscrire des paniers très complexes dans leur réalisation ou très loin du cercle, ce qui lui avait fait défaut dans le game 2. En termes de gestion du tempo et d'orchestration du jeu, c'était là aussi un peu mieux, après trois quarts-temps de circulation de balle poussive.
"Je crois que j'ai trouvé des solutions pour être capable d'attaquer sur les pick and roll et sur certaines isolations. Je dois trouver des moyens différents pour que l'équipe soit performante et c'est un challenge qui me plait. Désormais, nous sommes dans la position de l'agresseur. Si on doit remporter cette série, ce sera en adoptant cette attitude", a commenté Curry, venu sans sa pile électrique de fille en conférence de presse d'après-match.
https://www.youtube.com/watch?v=3IjaG4e5Mmg [superquote pos="g"]Kerr : "Steph avait peu d'énergie et manquait d'émotion".[/superquote]Le problème, c'est que si Golden State s'est retrouvé dans cette situation comptable très compliquée, c'est avant tout parce que Stephen Curry était à côté de la plaque pendant presque trois quarts-temps... Difficile de dire si c'est par crainte de l'échec ou à cause d'une quelconque gêne physique, mais le langage corporel du Californien n'était pas le même que d'habitude. Pendant une bonne partie du match, on ne l'a pas vu  se faufiler dans les espaces, dribbler avec agilité et habileté ou dégainer à 200 à l'heure en sortie de dribble ou d'écran comme de coutume. Généralement souriant et un peu chambreur lorsqu'il inscrit un panier, il a cette fois simplement paru soulagé de faire un peu trembler le filet. Même Steve Kerr, que l'on sait précautionneux et paternel avec son meneur, lui a demandé lors d'un temps mort d'être plus agressif, après avoir constaté que Dellavedova était en train de l'"outscorer" sans problème...
"Steph a réussi un énorme 4e quart-temps, c'est clair. Mais j'ai trouvé qu'il avait peu d'énergie et manquait d'émotion. Pourtant, on a besoin de ça de la part de tout le monde. Je n'ai pas aimé l'attitude générale de l'équipe pendant trois quart-temps."
Les optimistes estimeront que le dernier quart-temps de Stephen Curry est un signe qu'il montrera son vrai visage dans le game 4. Les autres s'appuieront sur ses trois pertes de balle dans les deux dernières minutes pour dire qu'il est encore loin d'être redevenu lui-même. Réponse dans la nuit de jeudi à vendredi, pour un match déjà crucial pour les Warriors.  
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest