Et si Stephen Curry était la nouvelle icône NBA ?

De plus en plus populaire, Stephen Curry est en passe de rejoindre LeBron James, Kobe Bryant et Kevin Durant au rang des superstars planétaires.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Et si Stephen Curry était la nouvelle icône NBA ?
Stephen Curry était déjà le chouchou de la gente féminine et il s’impose de plus en plus comme l’idole du plus grand nombre. A 26 ans, le jeune homme au visage d’adolescent est le joueur en vogue. Il est l’un des candidats au titre de MVP et il est le joueur le plus populaire de la NBA si l’on en croit les résultats des votes pour le All-Star Game (il a terminé en tête des suffrages devant LeBron James). Le weekend de festivités à New York confirme la tendance actuelle : Stephen Curry s’affirme comme le nouveau visage de la NBA.
[superquote pos="d"]"J'espère incarner un jour le visage de la NBA." Stephen Curry[/superquote]« J’espère l’être un jour », reconnait même l’intéressé à CSN.
Le meneur des Golden State Warriors est populaire bien au-delà des frontières d’Oakland et de la Californie. La grosse pomme l’adore et les fans des Knicks – qui gardent en tête que Curry espérait être drafté par la franchise new-yorkaise en 2009 – lui manifestés leur soutien lors du All-Star Weekend. Il était l’une des têtes d’affiches de l’événement et il a remporté haut la main le concours à trois-points.
« Le soutien des fans me fait plaisir. Je ne m’attendais pas à ça. Je n’étais même pas invité il y a deux ans donc c’est assez spécial pour moi », explique Stephen Curry. « Ma mère m’a envoyé un message il y a quelques jours. Elle me disait que j’avais été snobé il y a deux ans et que je suis désormais en tête des votes pour le All-Star Game. »
La cote de la star est montée en flèche depuis son explosion lors de la deuxième moitié de la saison 2013-2014 et ses 54 points inscrits… Au Madison Square Garden de New York. Il est désormais le deuxième joueur à vendre le plus de maillots après LeBron James. Curry revient de loin et on s’interroge déjà sur la suite de sa carrière : peut-il s’affirmer comme la nouvelle coqueluche de la ligue et rejoindre ainsi le King, Kevin Durant ou Kobe Bryant parmi les superstars planétaires ?

Un joueur atypique dans le corps d'un individu lambda

[caption id="attachment_207745" align="alignleft" width="300"] Stephen Curry est l'un des candidats pour le titre de MVP cette saison.[/caption] Stephen Curry est beau. Ce détail peut paraître terriblement futile, voire même déplacé étant donné que l’on parle d’un basketteur. On ne juge pas un joueur sur son physique (ou du moins, pas sur sa capacité à séduire). Mais soyons honnêtes, l’image renvoyée par une personnalité publique a une influence sur son succès à l’échelle mondiale. Il faut un charisme certain pour plaire au plus grand nombre. Le meneur All-Star est le meilleur joueur de la meilleure équipe de la ligue. Il est extrêmement fort – 23,6 pts, 4,7 rbds et 7,9 pds de moyenne cette saison – mais le talent n’est pas synonyme de popularité, Tim Duncan peut en témoigner. Curry n’est pas seulement un joueur d’exception, c’est aussi un artiste de la balle orange. Un meneur fantasque et spectaculaire.
[superquote pos="d"]"Je mesure 1,90 m et je pèse 84 kilos dans les bons jours donc je pense que les fans s’identifient un peu plus à moi car je ne suis pas un montre athlétique."[/superquote]« J’essaye d’être le plus créatif possible sur le terrain et d’amuser au mieux les spectateurs. Plein de gens doivent se dire : ‘Regarde comment il joue, je peux faire la même chose.’ »
Cette remarque est très intéressante dans le cas du natif d’Akron (et oui, lui aussi…). Stephen Curry n’est pas un phénomène athlétique comme LeBron James. Il n’est pas plus grand, ni plus costaud que ses rivaux. Il ne saute pas aussi haut que les jeunes stars montées sur ressorts et il ne domine pas ses adversaires en puissance.
« Je mesure 1,90 m et je pèse 84 kilos dans les bons jours donc je pense que les fans s’identifient un peu plus à moi car je ne suis pas un montre athlétique. »
Il n’est un individu lambda pour autant. Le cocktail subtil de vivacité, d’agilité, de coordination et d’adresse dont fait preuve Stephen Curry est hors du commun et c’est la raison pour laquelle nous l’avions mis en couverture de notre numéro consacré aux « freaks » de la NBA (REVERSE#46). Toujours est-il que le jeune homme dégage une impression de facilité sur un parquet que l’on peine à expliquer au vu de ses caractéristiques physiques. Ses dribbles enchantent les fans et son adresse extérieure fascine. On a envie d’être comme Stephen Curry et surtout, on a le sentiment que l’on est capable d’être comme lui – même si ce n’est évidemment pas le cas – alors qu’il est bien plus compliqué de s’imaginer dominer de la manière dont LeBron James domine une rencontre.

Un produit marketing en puissance ?

[caption id="attachment_66304" align="alignleft" width="300"] Stephen Curry, enfant, sur les genoux de basketteur de père.[/caption] La NBA et ses partenaires commerciaux devraient surfer sur le succès de Stephen Curry. Il est déjà un produit marketing prisé – même si cet aspect le distingue encore d’un LeBron ou d’un Kobe Bryant – et il enchaîne les publicités. Il ne sera peut-être jamais l’égal des deux superstars citées précédemment mais il est une alternative que la ligue a tout intérêt à exploiter. Au-delà de son jeu, il est aussi un personnage apprécié en dehors des parquets. Il a une image de gendre idéal propre sur lui sans être ennuyeux pour autant. C’est un père de famille capable de se mettre en scène avec humour avec sa femme, ses frères, sa sœur ou ses enfants, comme ce fut le cas dans la vidéo « Chef Curry with The Pot », visionnée à plus d’un million de reprise. [youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=YjU7BYcJwIw[/youtube] Stephen a aussi une histoire particulière. Il est le fils de la gâchette Dell Curry, ancien joueur NBA, frère de Seth Curry, lui aussi passé par la ligue (même si moins talentueux que son aîné) et de Sydel Curry, joueuse de Volley-ball à l’université d’Elon. Il est aussi cette superstar adulé par ses coéquipiers et même par ses adversaires.
[superquote pos="d"]"Ce n'est pas un façade. Il est vraiment comme ça et cela signifie beaucoup pour les fans." Draymond Green[/superquote]« C’est l’une des stars les plus humbles de la NBA. Il a la foi, des principes et des valeurs », confie Shaun Livingston.   « Les fans connaissent sa personnalité. C’est l’un des joueurs les plus appréciés de la NBA. Ce n’est pas une façade, il est vraiment comme ça et cela signifie beaucoup pour le public », ajoute Draymond Green.
La Curry-mania n’est pas soudaine, même si elle est tout de même relativement récente. Son développement suit son cours et il ne manque peut-être qu’un sacre NBA aux Warriors pour que Stephen Curry soit considéré comme l’équivalent de LeBron James et consorts en termes d’image et d’impact sur les amateurs de balle orange.
Afficher les commentaires (50)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest